Avertir le modérateur

04/07/2018

SNCF. 150 millions d’euros investis pour améliorer l’information des clients

Bonsoir,

On espère que cette technologie va profiter aux agents SNCF sur le terrain qui souvent sont pénalisé et perdu au beau milieu d'un aléa.

Mais aussi et surtout les usagers qui subissent chaque jour les aléas quotidiens : retards, suppression de train.

Car pour l'instant la SNCF ne sait pas gérer les gros aléas, c'est la panique à bord. Nous sommes livré à nous même, heureusement que le téléphone portable existe mais que de stress bien inutile.

Eric

 

https://www.ouest-france.fr/economie/transports/sncf/sncf...

Ouest France Publié le 04/07/2018 à 11h55

Un agent de la SNCF le 9 avril 2018 à la gare Saint-Lazare de Paris. (photo d'illustration)Un agent de la SNCF le 9 avril 2018 à la gare Saint-Lazare de Paris. (photo d'illustration) | Philippe Lopez / AFP

Ce mardi 3 juillet, la SNCF a annoncé un programme avec un investissement de 150 millions d’euros sur trois ans pour rendre l’information voyageur plus performante. Découvrez le programme "Information First".

Après les grèves et les nombreuses pannes qui impactent la SNCF et ses utilisateurs, l’entreprise a décidé de voir les choses en grand avec « Information First », un programme avec un investissement de 150 millions d’euros sur trois ans pour rendre l’information voyageur plus performante. « Le défi est de mettre à disposition de chacun des 5 millions de voyageurs quotidiens une information fiable, réactive, cohérente et personnalisée, tout particulièrement en situation perturbée », explique la SNCF.

Pour ce faire, l’entreprise a défini plusieurs indicateurs afin de mesurer de qualité des informations et la satisfaction des voyageurs. « Beaucoup de choses ont été corrigées par rapport à l’été dernier » a assuré Benjamin Huteau, le responsable du programme « information voyageur » à la SNCF.

Moderniser les écrans d’affichages

Parmi les propositions phares de la SNCF, il y a la modernisation des écrans d’affichages en gare. « Les écrans de la gare Montparnasse et ceux de la gare de Paris-Est seront entièrement renouvelés fin 2018. » explique la SNCF qui espère éviter la panne qui avait paralysé la gare Montparnasse en décembre dernier. 2 000 écrans plus grands et lisibles seront déployés dans toutes les gares.

De plus, pour mieux gérer les incidents, des « centres de commandements » vont voir le jour dans les dix plus grandes gares. Ils permettront de réunir dans un même lieu plusieurs corps de métiers comme les agents d’escale, les contrôleurs et les conducteurs afin de réagir plus rapidement le cas échéant. Le premier centre de ce genre sera inauguré à Paris-Nord en octobre 2018.

Scénarisation des situations perturbées

La SNCF a décidé de scénariser des situations perturbées. « Les premiers résultats ont déjà pu être mesurés lors de la crise du 12 juin dernier à Saint-Lazare. La gare a été fermée plus de 5 heures, suite à la découverte du défaut électrique au poste d’aiguillage, mais 5 gares de « report » ont été désignées en grande banlieue avec une information client disponible sur tous les canaux. »

Une application pour partager les perturbations

Depuis le mois d’avril, la SNCF a intégré dans son application mobile, une fonctionnalité de type « Waze » qui permet de signaler aux autres voyageurs des retards ou de l’affluence à bord. Les clients deviennent donc eux aussi acteurs de l’information. C’est environ 2 000 signalements par jour qui sont enregistrés. Ainsi, les informations recueillies sont immédiatement transmises vers les centres opérationnels.

De son côté la SNCF promet dès ce mois de juillet, sur la ligne Paris-Lyon, un envoi automatique en temps réel, par SMS, des informations de retard et de suppression des trains à l’ensemble des clients TGV et Intercités ayant laissé leurs coordonnées.

Tous ces changements devraient être réalisés pour début 2019.

01/04/2018

Guillaume Pepy sur la grève à la SNCF : "Il y aura des lignes fermées"

http://www.lejdd.fr/societe/guillaume-pepy-sur-la-greve-a...

23h00 , le 31 mars 2018

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, dévoile son plan d'actions pour aider les voyageurs à faire face à la grève.

Dans le JDD, Guillaume Pepy, le président de la SNCF, estime que la grève perlée, qui commencera lundi soir, "sera très pénalisante pour [les] clients": "Elle a été pensée pour avoir un maximum d’impact sur le trafic et être la plus économe possible pour les grévistes. Ses modalités vont créer beaucoup de difficultés. [...] Trois jours après la reprise du trafic, une nouvelle séquence de grève démarrera. Cela va désorganiser complètement la production. Exemple : si l’entretien technique d’un train ne peut être fait à cause de la grève, il ne pourra plus rouler. Et nous finirons par manquer de matériel."

Il mise tout sur "l'information" 

S'il est encore trop tôt pour dire combien des 15.000 trains quotidiens seront supprimés, Guillaume Pepy pointe le risque de fermeture de lignes, malgré le service minimum : "S’il manque des aiguilleurs, la loi ne nous permettant pas d’en réquisitionner, il y aura donc des lignes fermées." Et de détailler les mesures prises pour informer les clients : "Sur les grandes lignes, les trains annoncés la veille à 17 heures seront garantis. Nous enverrons un mail ou un SMS à toutes les personnes qui ont une réservation pour confirmer ou infirmer la circulation de leur train la veille à partir de 17 heures."

Le président de la SNCF mise en effet tout sur "l'information" et détaille dans le JDD les moyens mis en place : "Nous allons veiller à ce qu’il n’y ait plus d’écart entre les infos disponibles sur notre site Internet et celles diffusées dans les gares, dans les trains et sur l’appli SNCF. Nous vérifierons train par train que les données sont identiques. Nous avons également doublé le nombre de serveurs informatiques pour faire face à l’explosion des requêtes. Par ailleurs, nous avons pris la décision de fermer tous nos sièges les jours de grève."

23/03/2018

Grèves : la SNCF doit informer "au moins 24 heures" avant

https://www.clicanoo.re/AFP/Article/2018/03/23/Greves-la-...

image article

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a demandé hier à ce que la SNCF respecte son devoir de communiquer son plan de transport "au moins 24 heures" à l'avance pendant toute la période de grèves, ce que l'entreprise publique a assuré faire.

"La loi impose que le plan de transport adapté soit communiqué aux usagers au plus tard 24 heures avant le début de la perturbation", rappelle la Fnaut dans une lettre adressée au Premier ministre Edouard Philippe. "Force est de constater que pour le transport ferroviaire cette information est, en général, délivrée la veille de la perturbation aux environs de 17H00, ce qui ne correspond pas à l'exigence légale", déplore l'association d'usagers.

Cette information tardive empêche, selon elle, les voyageurs d'organiser dans de bonnes conditions leurs déplacements du lendemain, alors qu'une grève deux jours sur cinq est prévue du 3 avril au 28 juin contre la réforme ferroviaire. La SNCF a quant à elle assuré que "dès mardi 20 mars à 17H00, soit 24 heures avant le début effectif de la grève, prévu le 21 mars à 19H00, l'ensemble des plans de transports, c'est-à-dire tous les horaires des trains devant effectivement circuler ce jour de grève, ont été mis à disposition de l'ensemble des clients".

"Obligations légales"

La SNCF "a ainsi répondu à ses obligations légales au regard de l'article 7 de la loi du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs", ajoute l'entreprise publique. La Fnaut estime que d'autres dispositions actuelles du code des transports sur l'organisation de la continuité du service public en cas de perturbation prévisible du trafic "sont mal appliquées ou insuffisantes". Elle demande ainsi que la SNCF n'augmente pas ses tarifs de TGV et Intercités pendant les épisodes de grèves "même s'il y a plus de monde qui prend ses billets au dernier moment", indique Bruno Gazeau, président de la Fnaut.

En temps normal, les règles de fixation des prix prévoient que ceux-ci augmentent quand la date du départ se rapproche et en fonction de la fréquentation. La SNCF a assuré que ses tarifs, "et notamment ceux des trains longue distance, seront tout à fait identiques à toute autre période dite normale". La Fnaut souhaite également "que le code des transports impose aux conventions TER, en cas de grève, de prévoir la possibilité pour les abonnés de suspendre facilement et immédiatement leur abonnement" et que soient mis en place "des dédommagements forfaitaires automatiques et proportionnels au nombre de jours de grève". Partout en France, des fonctionnaires dont des personnels de la santé, des cheminots mais aussi des retraités et des jeunes, étudiants ou lycéens voire des avocats, protestaient ensemble ce jeudi contre les réformes du gouvernement qui les touchent.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu