Avertir le modérateur

20/07/2016

SNCF : pas d’indemnisations après les grèves

Bonjour,

Cela concerne peut être la partie Auvergne mais ça sent vraiment pas bon.

On nous prend pour des moins que rien qui doivent accepter une situation exécrable et difficile qui s'est éternisée. La SNCF n'a aucune notion de service rendu.

Nous pouvons voir que dans d'autres régions , les usagers ne sont pas mieux traités.

Ce qui est complètement anormal c'est que c'est une grève NATIONALE mais des indemnisations au bon vouloir des directions régionales et un peu type mendicité.

Attendons septembre pour voir si la situation va changer et si j'ai eu tort.

Eric

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2016/07/19/sn...

Greve SNCF et retard de train. Accueil des voyageurs par la direction SNCF. Photo Remi Dugne - DUGNE Rémi

Greve SNCF et retard de train. Accueil des voyageurs par la direction SNCF. Photo Remi Dugne - DUGNE Rémi

Ils avaient un abonnement SNCF, mais les grèves de mars à juin les ont empêchés d’en profiter pleinement. Les voyageurs réguliers d’Auvergne ne seront pas indemnisés par la société ferroviaire. 
Ils avaient pourtant motif d’espérer : En Ile-de-France, la présidente de Région Valérie Pécresse a annoncé que l’abonnement régional serait partiellement remboursé pour les voyageurs qui n’ont pas pu bénéficier du service minimum. Tarifs préférentiels à la rentrée?? « Il y a deux ans, la SNCF avait fait un geste au niveau national », raconte Olivier, qui prend tous les jours la ligne Clermont-Montluçon pour aller travailler. Cette année, la décision de rembourser ou non a été laissée aux directions régionales de la SNCF. « Pendant la grève, on nous avait dit qu’on nous tiendrait au courant… », regrette celui qui a dû prendre sa voiture, malgré son abonnement travail.

Et puis, mi-juin, plus de nouvelles. « Si un remboursement avait été décidé, la SNCF aurait déjà communiqué dessus », raille un syndicaliste de la CGT cheminot.

De son côté, la SNCF justifie son choix : « Nous avons remplacé des trains par des bus et nous avons communiqué sur Internet et dans les gares à propos du trafic disponible ».

En revanche, l’éventualité de proposer des tarifs préférentiels sur les abonnements TER à la rentrée est à l’étude. La décision devrait être connue en septembre. Pourquoi un tel temps de latence?? Probablement pour éviter d’offrir des réductions en été, lorsque les clients ne possèdent plus d’abonnement pour aller au travail. Un délai synonyme de bonne volonté de la part de la SNCF, si toutefois la mesure commerciale est adoptée… Enfin, les clients peuvent demander d’eux-mêmes le remboursement normal d’un trajet Intercité ou Prem’s annulé ou ayant eu du retard 61 jours après la date d’achat. Les voyageurs impactés par la grève peuvent donc encore faire la démarche.

Et ailleurs ? 
 
Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne à la SNCF. Cette dernière a annoncé aux abonnés TER des régions Hauts-de-France et Bourgogne – Franche-Comté un remboursement partiel de leurs abonnements pour septembre 2016. En cause : la grève des cheminots, mais pas seulement. La Bourgogne – Franche-comté a également vu son réseau fortement perturbé par les intempéries. 
Le dédommagement représentera 20 % du montant de leur abonnement au mois de juin 2016 pour les Hauts-de-France et 25 % pour la Bourgogne-Franche-Comté. Les usagers devront se faire connaître avant le 30 septembre. 
En Ile-de-France, les usagers du Pass Navigo (annuel ou mensuel, actif en mai et juin 2016) se verront également indemniser jusqu'à 20 euros selon le type d'abonnement. Seuls les usagers des lignes perturbées par les grèves et les intempéries bénéficieront de ce remboursement.

Grégoire Nartz

22/04/2016

La SNCF lui verse 2400 euros pour « retards répétés »

A quand une prise de conscience générale de l’État et de la SNCF ?

Ce n'est pas du tout normal de subir des retards à répétition et donc d'être souvent en retard au travail, de louper des rendez-vous personnel, de ne pouvoir répondre à CHAQUE fois à la famille pour aller chercher un enfant.

Belle spécificité français ou c'est normal de ne pas être ponctuel.

Les conséquences sont très souvent dramatique : perte d'un emploi, surcout pour rattraper le travail, prévenir une personne tierce, perte d'un contrat, perte de crédibilité etc....

Être ponctuel c'est le respect de son travail, de ses proches et donc de soi même.

Enfin si cela pouvait changer ça serait une bonne chose !

Eric

http://www.ledauphine.com/drome/2016/04/21/la-sncf-lui-ve...

Drôme - SAINT-PAUL-TROIS-CHÂTEAUX

Son épais dossier sous le bras, il ne cache pas, à la barre, sa colère contre la SNCF. Ce chargé de clientèle chez Orange  domicilé à Saint-Paul-Trois-Châteaux a décidé de saisir la juridiction de proximité pour demander une indemnisation à la SNCF pour les retards répétés, trains supprimés pour cause de grèves ou autres motifs… dont il a fait les frais. « Je travaille à Avignon. Je prenais le train pour réduire les coûts.  Mais j’étais très souvent en retard. Ce n’était plus possible. Je devais à chaque fois louer un véhicule en urgence pour pouvoir me rendre à mon travail ». Un préjudice qu’il a estimé en trois ans et demi, à quelque 4000 € et dont il demande le remboursement.
  « Aujourd’hui je ne prends plus le train ! Le divorce est consommé avec la SNCF », lâche-t-il. Le Tricastin a en effet obtenu sa mutation à Montélimar.  Ce jeudi matin, à l’audience civile de la juridiction de proximité, il a finalement décidé d’accepter la proposition d’indemnisation de quelque 2400 € de la SNCF (soit 1711 euros pour remboursement sur l’abonnement et 648 euros pour ses frais de véhicule en remplacement) . Une proposition qu’il avait reçue seulement la veille de l’audience au tribunal d’instance de Montélimar.  « Je déplore vivement que la SNCF oblige à faire toute cette procédure, pour finalement envoyer une offre de conciliation juste la veille de l’audience», a d’ailleurs relevé le juge de proximité François Meunier, qui a demandé par ailleurs le versement de l’indemnisation d’ici un mois.  

Par F.Va. | Publié le 21/04/2016 à 19:05

24/03/2016

Suppression de TER: la région demande une importante indemnisation

http://www.leprogres.fr/economie/2016/03/23/suppression-d...

La région Auvergne-Rhône-Alpes, touchée comme d’autres par la suppression de TER en raison du manque de conducteurs, a demandé une importante compensation financière à la SNCF, entre 15 et 20 millions d’euros, a indiqué mercredi un de ses vice-présidents.

Le 23/03/2016 à 19:07

Vingt-et-un trains express régionaux (TER) vont être supprimés quotidiennement à partir du 4 avril et jusqu’à début juillet, a précisé la direction de la SNCF en Auvergne-Rhône-Alpes, en raison de cette pénurie conjoncturelle de conducteurs.
Jusqu’à présent, les principales difficultés engendrées par cette pénurie semblaient circonscrites aux Hauts-de-France (ex-Nord-Pas-de-Calais-Picardie) et à Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, ayant reconnu le 11 mars une «erreur» de prévision du nombre de départs à la retraite des conducteurs de TER.

«C’est ahurissant», s’est ému le vice-président de la région Auvergne-Rhône-Alpes en charge des Transports, Patrick Mignola. «Nous avons demandé le quadruplement des pénalités initialement prévues par la convention TER ou la rétrocession du bénéfice de la dernière année de la convention.»
La première hypothèse équivaudrait à une compensation financière d’environ 15 millions d’euros, la seconde d’environ 20 millions, selon l’élu.
M. Mignola met également en avant les «problèmes» rencontrés par l’entreprise ferroviaire dans la région pour justifier ces sommes: «on a un vrai problème de ponctualité et de régularité des trains, un problème incommensurable en matière d’infrastructures et maintenant on a le problème des conducteurs».
«Il faut que la SNCF nous indemnise pour l’ensemble de son oeuvre», a commenté le vice-président.
La prochaine convention liera la SNCF et la nouvelle collectivité de 2017 à 2022.

En Auvergne-Rhône-Alpes, les suppressions de train décidées par la SNCF concernent les liaisons Saint-André-le-Gaz-Grenoble (8), Saint-Étienne-Firminy (2), Saint-Étienne-Montbrison (3) et Saint-Étienne-Roanne (8).
«Nous avons choisi des horaires qui permettent de diminuer au maximum les désagréments pour les voyageurs», a fait valoir une responsable de la direction régionale de la SNCF en précisant qu’un total de 1.200 trains circulent quotidiennement dans la région.

Une campagne d’information associant l’envoi de courriels, de SMS et la distribution en gare des nouvelles grilles horaires est organisée depuis mars, selon la même source.
«Les usagers du TER de la région Rhône-Alpes vont faire les frais des choix politiques désastreux du gouvernement, de la SNCF et de la région politique Auvergne-Rhône-Alpes», ont dénoncé les cheminots lyonnais de la CGT dans un communiqué.
«Les mesures annoncées vont jusqu’en juillet mais c’est un remède à moyen terme compte tenu des délais de formation des futurs conducteurs», a fait valoir Gabriel Exbrayat, de l’antenne locale de la Fédération nationale des usagers des transports, en déplorant être «mis devant le fait accompli».

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu