Avertir le modérateur

03/09/2016

Suppressions de TER: nouvelles pénalités pour la SNCF en Paca

http://www.maritima.info/depeches/societe/region/43977/su...

Les régions Paca et Auvergne-Rhône-Alpes vont imposer des pénalités à la SNCF en raison de nouvelles suppressions de TER par manque de conducteurs, un problème reconnu par la compagnie ferroviaire qui entend "régler cette situation d'ici la fin de l'année".

La pénurie de conducteurs de TER a touché plusieurs régions depuis février et a conduit la SNCF à mettre en place des "plans de transports adaptés", incluant des suppressions de trains en heures creuses et des bus de substitution.

"Les difficultés de début d'année perdurent et n'ont donc pas été solutionnées en dépit de vos engagements", a écrit Christian Estrosi, président de Paca, dans un courrier adressé au président la SNCF, Guillaume Pepy, et publié sur son compte Twitter mardi.

M. Estrosi y déplore la suppression de 7% des TER circulant en semaine et 4% le weekend, sur la période du 29 août au 6 novembre et annonce qu'il "exigera le remboursement" des dessertes non réalisées, ce que prévoient les conventions entre la SNCF et les régions.

En Auvergne-Rhône-Alpes, le "plan de transport adapté" appliqué depuis avril devait s'achever en juillet mais se poursuivait début septembre sans date de fin connue.

"La situation est inacceptable. C'est 100% la responsabilité de la SNCF, on va leur imposer des pénalités", a déclaré à l'AFP le président de la région, Laurent Wauquiez, qui avait déjà demandé une compensation de 15 à 20 millions d'euros pour la période d'avril à juillet.

Les régions Hauts de France et Nouvelle-Aquitaine avaient aussi réclamé des pénalités à la SNCF.

"Depuis le début de l'année, on a amélioré la situation" mais Paca et Auvergne Rhône-Alpes "restent les plus affectées" par le manque de conducteurs, a expliqué à l'AFP Olivier Devaux, directeur des opérations TER à la SNCF.

Dans chaque région "une quarantaine" de trajets quotidiens sont actuellement supprimés, sur 1.400 en Auvergne-Rhône-Alpes et 560 en Paca (420 le weekend), et la compagnie souhaite "régler cette situation d'ici la fin de l'année", a-t-il ajouté.

M. Pepy avait reconnu en mars une "erreur de prévision" du nombre de départs à la retraite et promis le recrutement de 1.000 nouveaux conducteurs en 2016.

"A fin juin, 560 sont entrés en formation", a indiqué M. Devaux, rappelant que l'apprentissage du métier de conducteur dure 18 mois et que "compte tenu de ces délais, l'amélioration de la situation ne peut être que progressive".

afp

02/08/2016

TER Auvergne-Rhône-Alpes : Wauquiez demande des comptes

http://lepatriote.fr/ter-auvergne-rhone-alpes-wauquiez-de...

le 29 juillet 2016 - Aurore DESSAIGNE

TER Auvergne-Rhône-Alpes : Wauquiez demande des comptes
DR - Laurent Wauquiez cherche le soutien des usagers.

Laurent Wauquiez demande des indemnisations au président SNCF Mobilités suite au perturbations sur la ligne TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Le 27 juin dernier, Laurent Wauquiez, président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, a adressé une lettre de recommandation à Monsieur Guillaune Pepy, président de la SNCF Mobilités.

Il dénonce le "niveau de service inacceptable"  que subissent les usagers du TER sur la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il justifie ses propos par les "différentes grèves depuis février dernier, s'ajoutent les perturbations liées à la pénurie de conducteurs et aux conséquences du "déshuntage" des matériels X73500".

DES ABONNEMENTS GRATUITS ?

De ce fait, Monsieur Wauquiez demande de mettre tout en oeuvre pour "une indemnisation de l'ensemble des abonnés" des différentes lignes, afin d'"être à la hauteur des préjudices subis par les usagers".

Il indique attendre cette indemnisation pour "la rentrée de septembre". Elle pourrait prendre la forme de "deux mois d'abonnement gratuit".

La réponse de Monsieur Pepy va donc être attendue avec impatience du côté de Monsieur Wauquiez et l'ensemble des usagers de la région.

Aurore DESSAIGNE

28/07/2016

Grèves SNCF : la FNAUT demande un dédommagement systématique et forfaitaire des abonnés

http://www.fnaut.fr/actualite/communiques-de-presse/452-g...

Créé le 27 juillet 2016

Depuis le début 2016, les services ferroviaires ont été profondément dégradés par les grèves SNCF (jusqu’à 53 jours sur les lignes Lyon-Grenoble/Chambéry), qui se sont ajoutées aux perturbations récurrentes « habituelles ».

Les usagers du train ont alors connu une vraie galère : salariés ayant des horaires à respecter, étudiants devant passer des examens, auxiliaires de vie ayant en charge des malades ou des personnes âgées, parents devant récupérer des enfants après leur travail...

Ces usagers, pour qui le transport public est vital et qui sont tout sauf des nantis, ont vu leurs vies professionnelle et familiale chamboulées par un accroissement notable des temps de transport, le stress lié à la saturation des véhicules et les horaires devenus aléatoires.

Des dédommagements disparates et insuffisants

Le dédommagement accordé par les directions régionales de la SNCF, à titre commercial ou à la demande des élus ou des associations d’usagers, est disparate par ses modalités et ses montants :

- une réduction de 35 % de l’abonnement de septembre est offerte en Occitanie ; 30 % en Aquitaine et en Lorraine ; 25 % en Bourgogne ; 20 % dans les Hauts-de-France, en Alsace et en Champagne-Ardenne ; 0 % en Pays de la Loire, en Normandie et, sans doute, en Auvergne, sous prétexte qu’un service « minimum » a été assuré ou que des services routiers ont remplacé tous les services supprimés, comme si le car offrait la même vitesse et le même confort que le train… ;

- un dédommagement (20 euros) est prévu en Ile-de-France, seulement pour les usagers des lignes où le service « minimum » d’un train sur 3 en heure de pointe n’a pas été assuré, et sur demande ; il exclut en particulier les 550 000 usagers du réseau Saint-Lazare touchés par 30 jours de grève.

Par ailleurs, le montant de ce dédommagement est notoirement insuffisant : il n’est pas représentatif de la gêne pénible, prolongée, et des préjudices financiers imposés aux usagers.

La FNAUT demande un dédommagement systématique et forfaitaire

Le dédommagement demandé par les abonnés pour le préjudice subi est légitime. Il doit être proportionnel au nombre des jours de grève, même si des services routiers de substitution ont été mis en place. Son montant doit être d’au moins 50 % du prix du voyage.

Par ailleurs la FNAUT demande que les conventions de transport urbain, TER et TET prévoient un dédommagement systématique pour les usagers réguliers en cas de situation difficile.

Il est de l’intérêt des Régions et de la SNCF que les usagers soient indemnisés correctement en cas de perturbation grave, prolongée et répétitive du service public. Faute de quoi une part croissante des usagers se tournera durablement vers la voiture, le covoiturage ou l’autocar.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu