Avertir le modérateur

06/03/2018

Gare de St Quentin Fallavier jeudi 1er mars 2018: aucun entretien

Bonjour,

Nous étions présent l'ADUT en gare de St Quentin Fallavier dès 6h30 pour notre distribution annuelle d'adhésion.

Alors que la neige était tombé et nous avait surpris au petit matin, nous avons constaté que durant les 3 heures de présence aucun service d'entretien des quai mais aussi l'escalier n'ont été nettoyé.

La couche de neige est resté intact seulement piétiné par les usagers qui sont passé.

Nous avons aussi noté que les voyageurs ne peuvent mêmes plus s'abriter convenablement en attendant le train. Pire un train est passé à tout vitesse balançant son lot de neige sur les voyageurs.

Le passage de gare à halte de St Quentin Fallavier est une régression en terme de service.

Eric

20180301_071531.jpg

20180301_071550.jpg

20180301_071602.jpg

 

06/02/2018

Automates : J+37 Rien ne bouge sur les gares de la Bièvre !...

Bonjour,

Vous êtes nombreux et nombreuses à nous faire remonter à nous faire les amendes reçut suite à l'absence d'automates dans les gares de la bièvre : Chabons, Virieu sur Bourbre et Le grand Lemps.

37 jours suite à la mise en place des automates théorique, on ne peux que constater qu'ils sont toujours hors service.

Photo Virieu 21 janvier 2018.jpg

Nous espérons une mise en service complète et efficace pour tous les usagers pour toute cette zone isolée

20/01/2018

« H00 », le plan de la SNCF pour faire partir les trains à l'heure

https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-trans...

Lionel Steinmann

Les trains qui partent avec 3 minutes de retard ont seulement 30 % de chances de ne pas arriver avec au moins 5 minutes de retard. C'est une des explications de la dégradation de la régularité ces dernières années. - Gilles ROLLE/REA

La SNCF lance une série de mesures pour rappeler ses agents au respect strict des horaires de départ, afin de diminuer les retards à l'arrivée.

Après les bonnes résolutions, l'action. Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF, a présenté le 15 janvier à Aubervilliers à 400 directeurs d'établissement, le plan pour accroître la robustesse du système ferroviaire, c'est-à-dire diminuer le nombre de trains en retard.

Une mesure, la plus emblématique, a donné son nom à l'ensemble du programme : « H00 ». Il s'agit de rappeler à l'ensemble des équipes la nécessité de respecter strictement l'horaire de départ. « Il y a une vraie bataille des idées à mener là-dessus » (auprès des salariés), a indiqué Guillaume Pepy, selon des propos rapportés par la communication interne. Nous avons perdu de vue l'impératif du départ à l'heure. »

Dégradation de la régularité

Aujourd'hui, seuls 78 % des trains respectent précisément l'horaire. Et ceux qui partent avec 3 minutes de retard ont seulement 30 % de chances d'avoir moins 5 minutes de retard à l'arrivée. C'est une des explications  de la dégradation de la régularité ces dernières années.

Et partir à l'heure, rappelle « H00 », veut dire à la seconde près. « Il est trop souvent admis qu'un départ à 15 h 02 peut se faire jusqu'à 15 h 02 minutes et 59 secondes, souligne Alain Krakovitch, patron de l'activité Transilien et sponsor du programme. C'est oublier que dans les gares les plus fréquentées, les départs et les arrivées sont calés à 10 secondes près. » Un manque de rigueur qui peut sembler bénin peut donc déboucher  sur des retards en cascade .

 

Mobilisation collective

Par ailleurs, « il n'y a pas un, mais plusieurs H00 », rappelle Alain Krakovitch. De nombreuses opérations sont nécessaires en amont du départ du train : sortie de l'atelier, mise à quai, nettoyage le cas échéant... Les agents en charge de ces étapes doivent eux aussi s'astreindre à un respect rigoureux des horaires qui leur sont assignés. Avec cette mobilisation collective, la SNCF veut parvenir fin 2018 à 90 % de trains partant à l'heure pile.

L'entreprise ferroviaire va par ailleurs revisiter plusieurs règles d'exploitation cette année, à commencer par l'alerte radio. Aujourd'hui, celle-ci entraîne la fermeture des circulations sur une vaste zone dès qu'un incident est détecté sur les voies.

Des mesures de sécurité à revoir

Mais cette mesure de sécurité est finalement contre-productive, car les passagers des trains bloqués n'hésitent pas à ouvrir les portes malgré les consignes pour descendre eux-mêmes sur les voies... Ce qui étend encore la zone de blocage et repousse d'autant la reprise du trafic.

Avec au final de longs retards pour des dizaines de milliers de voyageurs. Sur le réseau Transilien, ils sont chaque année 4 millions à subir les conséquences d'une alerte radio.

Afin de limiter ces effets collatéraux, la SNCF va se servir de la géocalisation des trains pour définir de nouvelles règles, et principalement un périmètre de circulation suspendue plus réduit. Dans la même logique, les règles s'appliquant au cas de voyageurs malades devraient être eux aussi revues.

À noter

En décembre, le taux de ponctualité au départ n'était que de 72,6 % pour les TGV et 72,5 % pour les Transiliens, selon les statistiques de la SNCF.

Lionel Steinmann

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu