Avertir le modérateur

23/07/2013

Le trafic SNCF perturbé à cause de la foudre

http://www.ledauphine.com/savoie/2013/07/23/le-trafic-snc...

La foudre a perturbé le trafic SNCF. Photo DL/Patrick ROUX

La foudre a perturbé le trafic SNCF. Photo DL/Patrick ROUX

Soirée galère pour de nombreux voyageurs de la région, hier soir. Mardi (22 juillet 2013) entre 19 heures et 21 heures, une centaine de trains circulant entre Chambéry, Lyon et Grenoble ont subi des retards. Trois TER et deux TGV sont même restés bloqués en pleines voies à hauteur de Saint-André-le-Gaz (Isère). Selon la SNCF, les voyageurs ont été ravitaillés directement à bord des trains. 

Selon un vacancier arrivé non sans mal et tardivement à Bourg-Saint-Maurice, en Savoie, "les incidents ont laissé des tas d’usagers sans solution pour se déplacer".

Incident dans le Rhône

C’est la foudre qui est à l’origine de ces incidents : une installation au niveau de Vénissieux (Rhône), dans la banlieue de Lyon, a été endommagée. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.ledauphine.com/isere-nord/2013/07/24/plusieurs...

Plusieurs trains à l’arrêt deux soirs de suite

 

Une signalisation défaillante dans le secteur d’Heyrieux dimanche soir, une installation victime de la foudre lundi soir.

19/07/2013

De nouvelles rames d’ici 2015 sur le TER Lyon - Grenoble

http://www.lyonmag.com/article/55921/de-nouvelles-rames-d...

Le Conseil régional ne laissera pas en plan les voyageurs du train Grenoble - Lyon : c'est ce qu'a déclaré en substance la vice-présidente de Région, Eliane Giraud. L'élue est revenue vendredi matin dans le Dauphiné Libéré sur les inquiétudes exprimées par l'Adut, l'association des usagers de la ligne, au sujet d'un éventuel abandon des investissements de la Région vers le rail. D'ici 2015, de nouvelles rames seront mises en circulation sur la ligne, affirme Eliane Giraud ; elles assureront davantage de confort aux voyageurs, et surtout, grâce à une meilleure capacité, elles permettront à tout le monde de faire le trajet assis, même aux heures de pointe.

14/07/2013

Pour quitter Lyon à vélo, il faut prendre le TER

Bonsoir,

Il faudra équiper les trains de vraies places à vélo mais surtout forcer nos élus de la région a promouvoir le vélo de monsieur tout le monde à mettre dans le vélo.

Car pas tout le monde n'a pas un vélo pliable autorisé officiellement à accéder dans les voitures des trains. Ces vélos coutent une véritable fortune sans parler de leur pauvre solidité, sans parler du rachat obligatoire pour la grande majorité des gens.

Pourquoi faire compliqué lorsque c'est si simple ???

Eric

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actuali...

Par Florent Deligia et Razik Brikh

Publié le 13/07/2013  à 09:26

La fausse piste cyclable du pont de la Mulatière © F. Deligia
La fausse piste cyclable du pont de la Mulatière © F. Deligia

Cela n'aura échappé à personne, la quinzième étape du Tour de France ne partira pas de Lyon, mais de Givors. Le parcours étant le plus long de cette centième édition, il était difficile de le rallonger. Pourtant, pour les cyclistes lyonnais, une autre raison demeure : il est particulièrement compliqué de quitter la ville par le Sud à vélo, notamment par le pont de la Mulatière. Quel est donc ce point noir qui nuit à la part modale du Sud-ouest lyonnais ?

Pont de la Mulatière, direction Sud / Nord : malgré un marquage au sol, cette piste cyclable n’en est pas une. Il s’agit en fait d’une voie de service dédiée à l’autoroute A7. Excédé de ne pas pouvoir faire la jonction entre le Sud-Ouest et la Presqu’île, le collectif “Les déjantés de la Mulatière” a choisi de tracer sa propre piste cyclable en février dernier. Une manière de rappeler que chaque jour 1 300 cyclistes empruntent ce passage. Pour le sens Nord / Sud pas de solution : point de fausse piste cyclable à l'horizon pour se protéger de la circulation.

Pour Gilbert Pelloux de l'Association Française de développement des Véloroutes et Voies Verte, il est tellement difficile de sortir de Lyon au sud qu’il préfère donner un conseil plutôt insolite au cycliste : “Je dis aux gens : Vous allez à la Part-Dieu, vous prenez le TER et vous descendez à Givors. Là, vous êtes à peu près tranquille, même si ce n’est pas parfait et pas toujours bien signalé, il y a des endroits peu agréables et au bout d’un moment, par hasard, vous arrivez enfin à la Via Rhôna avec 65 kilomètres tranquilles jusqu’à Saint-Vallier.”

Le pont Raymond Barre interdit aux grands Lyonnais du Sud-Ouest ?

Paradoxalement, la situation actuelle du pont de la Mulatière prive les grands Lyonnais du Sud-Ouest d'un accès direct au futur pont Raymond Barre, à moins qu'ils ne décident de passer par la piste fantôme de la Mulatière, peu adaptée dans tous les cas aux familles avec enfant.

Conscient de ce problème, Gilles Vesco, Vice-Président du Grand Lyon en charge des modes doux tente de rassurer : "On réfléchit à un encorbellement, une extension accrochée à la passerelle côté sud, un peu en contre-bas pour éviter d’être à hauteur des voitures. Il est déjà inscrit au plan Modes doux 2009-2020. On peut imaginer un financement assuré jusqu’à 40 % par le conseil général et le Grand Lyon, et aller chercher le reste de l’argent du côté de la Région, de l’État, voire de l’Europe, pour inscrire cet aménagement dans le projet Via Rhôna. En attendant, avec le prolongement de la ligne B du métro, j’ai sollicité Bernard Rivalta pour que les vélos puissent monter en gare d’Oullins, jusqu’à Debourg".

En attendant, pour faire Oullins, Gerland, il faut donc soit passer par la piste fantôme de la Mulatière ou bien remonter le quai Jean-Jacques Rousseau, dénué d'aménagements pour les cyclistes, couper sur Bellecour, puis revenir vers le Sud. Difficile d'en vouloir aux familles qui préféreront prendre leur voiture.

Le problème de la zone Seveso

Au-delà du problème du pont de la Mulatière, la sortie de Lyon par le sud est également bloquée par la zone Seveso du couloir de la chimie. Un itinéraire existait par le passé, mais son histoire est elle aussi insolite, comme le rappelle Paul Rey du comité départemental du Rhône de cyclisme : “Il y a un empilement de responsabilités qui créait parfois des situations problématiques. Le 4 juillet 1998, le Grand Lyon a inauguré une voie qui allait jusqu’à l’île de la Chèvre. En 2001, il est fermé de manière brutale, sans qu’aucun panneau l’annonce en amont pour prévenir les cyclistes. Les causes sont simples : en 1998, le Grand Lyon n’avait pas la compétence sur ces territoires. En 2001, il contacte la préfecture pour l’améliorer, et là cette dernière dit : “Stop, ce n’est pas possible, car il y a la zone Seveso.” Depuis douze ans, la voie a été laissée à l’abandon, les vestiges sont toujours présents. Le Grand Lyon et le conseil régional ne sont jamais montés au créneau auprès du préfet pour trouver une solution.”

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu