Avertir le modérateur

11/03/2015

Plusieurs voies pour désengorger la gare de la Part-Dieu

http://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-des-marches-...

Vincent Charbonnier / Correspondant à Lyon | Le 11/03 à 00:19

Le noeud ferroviaire lyonnais est le principal chantier du volet métropolitain du contrat de plan Etat-région.

Le noeud ferroviaire lyonnais est un serpent de fer qui préoccupe les élus depuis des années. 60 % des voyageurs rhônalpins qui empruntent quotidiennement les trains express régionaux passent par la gare de la Part-Dieu, qui est l'un des douze points noirs français pointés par la commission nationale Mobilité 21. Pour fluidifier le trafic qui passe par la gare lyonnaise, le sixième contrat de plan Etat-région mobilise près des deux tiers des crédits alloués au volet territorial consacré à la Métropole de Lyon : 421 millions d'euros entre 2015 et 2020. Ces investissements portent sur la création d'une douzième voie à la Part-Dieu, sur l'amélioration des voies J et K à Perrache, en direction de Saint-Etienne, sur des aménagements techniques dits de robustesse entre Saint-Clair et la Guillotière, ainsi que sur l'électrification de l'accès ferroviaire au port Edouard-Herriot. D'un montant de 216 millions d'euros, le chantier le plus important concerne le pôle d'échanges multimodal de la Part-Dieu dont la surface d'accueil va plus que doubler et être portée à 33.000 m2 pour éviter la thrombose qui le menace. Dans sa configuration actuelle, il n'est plus en mesure d'absorber la demande croissante de voyageurs estimée à 220.000 à l'horizon 2030 au lieu de 120.000 actuellement. Pour le désengorger, il est prévu d'ouvrir un accès aux quais depuis l'avenue Pompidou et de créer des accès directs à chaque quai sans passer par le hall central. Ce dernier sera libéré de la plupart des commerces et des services, transférés dans des galeries latérales aux voies ferrées. Les premiers travaux devraient démarrer en 2017. La première tranche sera bouclée d'ici à 2021. Des études prospectives seront également engagées pour esquisser l'avenir de la Part-Dieu à quinze ou vingt ans. Avec le creusement éventuel d'une nouvelle gare souterraine.

Vincent Charbonnier

02/03/2015

Plan Etat-Région Rhône-Alpes: 4,5 milliards sur la table

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/03/02/p...

L'Etat et la Région Rhône-Alpes ne travaillent pas chacun de leur côté quand il s'agit de dépenser, mais bien côte-à-côte. Le dernier "contrat" qui vaut pour les années 2015 à 2020, prévoit de consacrer 4,5 milliards d'euros à des projets "structurants". 

  • France 3 Alpes avec communiqué
  • Publié le 02/03/2015 | 17:39
© AFP

© AFP

Les contrats de plan ont été créés par la loi Rocard du 29 juillet 1982. Le Gouvernement, par l'intermédiaire du préfet de région, s'accorde avec l'exécutif de la Région pour la réalisation de projets d'aménagement du territoire. Extraits de quelques investissements à venir dans les Pays de Savoie et en Isère. 

FERROVIAIRE

Pour Savoie et Haute-Savoie, la dépense annoncée est de 296 millions d'euros. Au programme, la poursuite de l'amélioration de la desserte de l'agglomération genevoise, de la fiabilité dans la vallée de l'Arve (RER franco valdo genevois et Saint Gervais-Vallorcine, étude sur le développement ferroviaire dans la vallée) et de la liaison ferroviaire entre Aix-les-Bains et Annecy.

Isère (41 M€): fiabilisation de la liaison Lyon-Chambéry-Grenoble et amélioration de la qualité de service et de l'intermodalité sur l'étoile ferroviaire grenobloise. À ce titre, sont notamment prévus: les aménagements de voies en gare de Saint-André-le-Gaz, la voie supplémentaire à quai en gare de Grenoble, le déplacement de la halte de Pont-de-Claix (Flotibulle) et des études sur l’étoile ferroviaire grenobloise.

L'État et la Région participeront au financement des acquisitions foncières et des études pour le Lyon-Turin à hauteur de 12 millions d'euros. 

SNCF Réseau prévoyant des ralentissements, voire la fermeture de certaines lignes, si des travaux de "régénération" ne sont pas réalisés. Le contrat prévoit de financer des travaux pour maintenir des liaisons:
- Grenoble – Veynes – Gap
- Saint-Gervais – Vallorcine.

TRANSPORT PAR CABLE

Plusieurs projets de transport par câble sont en cours d'études, plus ou moins avancées et un montant de 118 millions d'euros vont leur être attribués:

  • le projet de Funiflaine qui relie la gare de Magland à la station de Flaine en Haute-Savoie
  • un projet de liaison dans la métropole de Grenoble entre le terminus du Tram A à Fontaine jusqu'au contrefort de Chartreuse
  • un projet à Chambéry reliant le quartier de Chambéry-le-Haut à la gare côté Cassine

ROUTES

La priorité est donnée au traitement de "certains noeuds de congestion" comme l'échangeur du Rondeau sur l'A480, à Grenoble. 

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

360 millions vont être débloqués en Rhône-Alpes au service de l'Enseignement supérieur, de la recherche, et de l'innovation. 
Grenoble fait partie des sites sélectionnés au niveau national pour l'Opération Campus. A la clef, rénovation et construction de logements étudiants au standard international et offre de services sur les campus.

PREVENTION DES RISQUES

Un effort sera porté sur l'amélioration des prévisions d'évènements météorologiques violents en zone de montagne (Alpes du Nord), ainsi que sur la gestion des risques naturels, dont les inondations. L'Etat promet 19,6 millions d'euros. 

CULTURE

Construire, rénover les grands équipements culturels régionaux, l'Etat et la Région contractualiseront respectivement 6M€ et 16M€, sur des opérations telles que:

le Musée de Paladru: Etat : 1 M€ / Région 1M€
le Musée savoisien de Chambéry : Etat : à déterminer / Région 2 M€

la rénovation de Château Rouge – Annemasse : Etat : à déterminer / Région : 1,5 M€

Dans le détail, c'est donc la mobilité qui semble au coeur de ce plan: 

Isère

Mobilité - Isère

 


Savoie

Mobilité - Savoie

 


Haute-Savoie

Mobilité - Haute-Savoie

 

01/03/2015

L'idée d'un tram entre le Nord Isère et Lyon Part-Dieu s'invite dans la campagne des Départementales

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/03/01/l...

C'est le moment ou jamais! En période de campagne électorale, les candidats sont prêts à toutes les promesses. Certains l'ont prouvé, ce dimanche 1er mars, en venant signer un engagement pour défendre le projet de prolongation du tram de Lyon-Part-Dieu à l'agglomération de Pont-de-Chéruy. 

  • Par Franck Grassaud
  • Publié le 01/03/2015 | 17:47, mis à jour le 01/03/2015 | 18:50
Le tram T3 © Maxppp

© Maxppp Le tram T3

La photo de famille valait le détour en mairie de Pont-de-Chéruy. Il y avait là 35 membres du Collectif PARFER, une dizaine de maires, un député et les candidats UMP, FN, Front de Gauche, Divers Gauche aux élections départementales du nouveau canton de Charvieu-Chavagneux. 

Les défenseurs du prolongement du tram T3 vers le Nord Isère ont d'abord remis une pétition à ces politiques. Un huissier a constaté les signatures de 11.000 personnes en faveur de ce tram. Puis élus et candidats ont été appelés à s'engager pour le projet. Et ils se sont exécutés. 

Reportage France 3 Rhône-Alpes

 
Les élus et candidats s'engagent pour le tram
 
Pourtant, la prolongation a été rejetée par une majorité d'élus du territoire au début de l'année 2014. Après cela, le Collectif a effectué une vaste campagne d'information auprès de la population pour expliquer pourquoi la solution reste la plus adaptée pour les trajets entre cette partie du Nord Isère et La Part-Dieu.
© DR

© DR

La réforme territoriale, un espoir

Des rencontres avec Alain Cottalorda, actuel président du Conseil Général de l'Isère, et des élus de la Région Rhône-Alpes ont mis en évidence que la réforme territoriale engagée par le Gouvernement pourrait être une opportunité pour réactiver ce projet.

Les défenseurs se sont mis à croire de nouveau à "leur" tram, comptant sur le Plan Etat-Région pour le financer.  

Actuellement en car, par la ligne Transisère, il faut plus 1 heure, hors aléas de circulation, pour relier l'agglo de Pont-de-Chéruy à Lyon. Avec le prolongement du tram T3, une cinquantaine de minutes suffiraient. Mais les autorités voient les choses autrement et semble vouloir imposer un BHNS, un Bus à haut niveau de service, moins coûteux. Sur sa voie goudronnée, le BHNS irait jusqu'à Meyzieu ZI et là, les usagers pourraient prendre le tram. Ce changement de moyen de transport en cours de route n'est pas du goût du collectif. 

Tram jusqu'à Pont-de-Chéruy

Selon eux, du fait de la rupture de charge, il ne faudrait pas compter sur plus de 2.400 à 3.200 voyages/jour avec un BHNS contre 4.300 à 6.100 voyages/jour pour le tram.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu