Avertir le modérateur

03/02/2019

PHOTOS. Beaucoup de neige et des dizaines d'arbres sur la voie SNCF entre Lyon, Chambéry et Grenoble. Le trafic reprend.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-al...

La ligne SNCF a rouvert entre Lyon, Grenoble et Chambéry après les fortes chutes de neige, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes
La ligne SNCF a rouvert entre Lyon, Grenoble et Chambéry après les fortes chutes de neige, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes

Une trentaines d'arbres sont tombés sur la ligne SNCF entre Lyon, Grenoble et Chambéry après de fortes chutes de neige, avec plusieurs TER annulés, dimanche 3 février. Le trafic reprend très progressivement.

Par Renaud Gardette

Une neige collante et très lourde : avec 30 cm de poudreuse sur les voies, et presque autant sur les arbres, la ligne TER entre Lyon, Grenoble et Chambéry a été sérieusement touchée par les intempéries.

Vers 04h30, les premiers arbres sont tombés sur les voies. Vers 06h00 une reconnaissance a été lancée : il y avait énormément de branchages sur les voies et sur les fils des caténaires. Les agents SNCF ont donc dégagé les branches et les arbres d'un diamètre inférieur à 50 cm.  Pour les autres, il a fallu faire appel à deux sociétés privés, qui ont dégagé au total une trentaine d'arbres.

Première reconnaissance à bord d'une locomotive spécialisée, sur la ligne TER Lyon - Grenoble et Chambéry, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes
Première reconnaissance à bord d'une locomotive spécialisée, sur la ligne TER Lyon - Grenoble et Chambéry, dimanche 3 février. / © SNCF Rhône-Alpes

Vers 09h30 la portion entre Chambéry et Saint-André-le-Gaz a pu rouvrir. Aucun bus de substitution n'a été recherché puisque les conditions de circulation sur l'autoroute A48 n'étaient guère meilleures.

En début d'après-midi, la ligne TER entre Le-Grand-Lemps, Virieu-sur-Bourbre et Châbon restait encore fermée. La SNCF tablait sur un retour complet à la normale d'ici la fin de la journée.

Un arbre penché par la neige sur les lignes d'alimentation des TER, entre Lyon et Grenoble, dimanche 3 février. / © SNCF
Un arbre penché par la neige sur les lignes d'alimentation des TER, entre Lyon et Grenoble, dimanche 3 février. / © SNCF
Vers 14h00, un arbre est à nouveau tombé sur les voies à cause du poids de la neige, entre Saint-André-le-Gaz et Chambéry. Mais l'intervention devait être menée rapidement et sans grande difficulté selon la SNCF.
La neige est tombée à gros flocons sur la ligne TER entre Lyon, Grenoble et Chambéry. / © SNCF Rhône-Alpes
La neige est tombée à gros flocons sur la ligne TER entre Lyon, Grenoble et Chambéry. / © SNCF Rhône-Alpes

Isère : l'autoroute A48 rouverte après une nuit de fermeture à cause de la neige

https://www.francebleu.fr/infos/transports/isere-l-autoro...

dimanche 3 février 2019 à 5:05 - Mis à jour le dimanche 3 février 2019 à 10:05 Par Justine Dincher et Élisa Montagnat, France Bleu Isère et France Bleu

En raison de fortes chutes de neige, la circulation sur les routes de l'Isère est très délicate. Le trafic des trains entre Lyon et Grenoble est également perturbé.

Le Col de la Rossatière sur l'A48 en Isère est un passage "délicat" en cas de chutes de neige.
Le Col de la Rossatière sur l'A48 en Isère est un passage "délicat" en cas de chutes de neige. © Maxppp - Patrick Guyot

Grenoble, France

La circulation a été rétablie dimanche matin, mais la nuit a été longue pour certains automobilistes. Les difficultés ont commencé en début de soirée, samedi 2 février, sur l'autoroute A48 entre Bourgoin-Jallieu et Grenoble en Isère. En raisons d'importantes chutes de neige, la montée du col de Rossatière a été particulièrement pénible pour certains automobilistes qui sont restés bloqués plusieurs heures. Une centaine de véhicules se sont retrouvés coincés. Tous les automobilistes (et leurs voitures) ont finalement été évacués de l'autoroute entre minuit et 2 heures du matin.

Par conséquent, la préfecture de l'Isère avait décidé "d'interdire la circulation de tous les véhicules, dans les deux sens de circulation, (...) pour une durée indéterminée". L'axe concerné par cet arrêté se situait entre le noeud A48/A43 à Coiranne et le noeud A48/A49 à Voreppe. L'autoroute a rouvert aux alentours de 9 heures ce dimanche matin, mais seules les voitures équipées de pneu-neige sont autorisées à circuler ce dimanche.

Difficultés aussi sur les routes secondaires

Sur les axes secondaires, d'autres automobilistes se sont retrouvés coincés. Quatre salles de fêtes ont été ouvertes pour les recueillir, aux Abrets, à Virieu, à Rives et à la Frette. 

En milieu d'après-midi ce dimanche, toutes les routes nationales et départementales de l'Isère sont praticables. Toutes les stations de ski sont accessibles, à condition d'être équipé en conséquence.

La circulation est interdite pour les véhicules de plus de 7.5 tonnes, sur la RD1085, au niveau du col du Banchet entre les communes de La Frette et le Mottier, et sur la RD1075, au niveau du col du Banchet entre les communes de Les Abrets en Dauphiné et Chirens. 

Les trains détournés entre Lyon et Grenoble

La circulation des trains sur la ligne SNCF a été interrompue entre Lyon et Grenoble "en raison d'une rupture de caténaires, suite à une chute d'arbre présumée", dit la préfecture de l'Isère, "Les conditions de circulation dues à la neige ne permettent pas aux équipes d'accéder aux voies pour effectuer une reconnaissance de localisation et la réparation." 

Le trafic est détourné par l’axe Lyon/Ambérieu, puis ensuite par l'axe Chambéry/Lyon lorsque ce dernier sera dégagé. Ainsi, les gares de la Verpillière, Bourgoin-Jallieu et la Tour-du-Pin peuvent être desservies. 

En revanche, entre Rives et Saint-André-le-Gaz, les gares de Voiron, Châbons, Virieu-sur-Bourbre et le Grand-Lemps ne sont pas du tout desservies. La SNCF ne prévoit pas de retour à la normale avant le début de soirée, les agents travaillent actuellement pour dégager les installations électriques de la neige.

10.000 foyers privés d'électricité dimanche matin

Par ailleurs, une rupture de câble de moyenne et basse tension a entraîné des coupures d'électricité. Plus de 10 000 foyers étaient impactés ce matin en Isère. En milieu de journée, la situation est revenue à la normale pour plus de la moitié d'entre eux. Pour le reste, les interventions sont en cours.

Enfin, un avion EasyJet n'a pas pu décollé hier soir de l'aéroport de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs. 140 passagers ont du dormir dans l'aérogare. Tous les vols sont assurés ce dimanche, à l'aéroport Grenoble-Alpes-Isère.

Des dizaines d'automobilistes piégés sur l'A48 - Visactu
Des dizaines d'automobilistes piégés sur l'A48 © Visactu

05/01/2019

Travaux en gare de Lyon-Part Dieu : pourquoi la Région continue à soutenir l’insoutenable. [Collectif de l'Avant Pays-savoyard]

Message du collectif de l'avant pays-savoyard :

https://dutrainenavantpays73.wixsite.com/website/accueil/...

Interrogés par un membre du Collectif, Ministère des transports et Préfecture font le dos rond sur la question qui leur a été posée depuis un mois et demi : comment est-il possible d’impacter de manière aussi grave, et sur une si longue période le trafic d’une ligne, à cause de travaux dans une gare, soit-elle névralgique ?

Visiblement grande gêne des institutions devant le mantra, encore livré en salle des fêtes de Pont de Beauvosin le 18 décembre dernier, devant 200 personnes, par le Directeur des services transport AURA.

Tellement énorme que même la SNCF n’a pu raisonnablement en rester là, dans la réponse écrite apportée à Madame le Maire de Lépin le Lac, outrée par le massacre de la desserte de sa gare :

"[...] le passage par Ambérieu des trains Lyon-Chambéry, doit également permettre d’améliorer la régularité et la qualité de service sur l’axe Lyon-Grenoble, ligne connaissant des résultats en dessous de nos exigences et de la performance fixée par la Convention nous liant avec notre Autorité Organisatrice."

En interne on parle de « robustesse de production », mais pas uniquement en regard des exigences de la Convention TER... Il s’agit surtout d’expliquer aux cheminots que des

trains à l’heure permettront de gagner « des appels d’offres » dans le cadre de la mise en concurrence, obligatoire en 2024, mais possible dès… 2020.

 

A qui profite le crime?

Mais comment mettre des trains à l’heure quand les infrastructures ferroviaires ont été délaissées pendant des décennies par l'"actionnaire" principal (l’Etat), et que d’incessantes restructurations internes transforment gares et lignes en déserts ?

Comment présenter en fin d’année 2019 un bilan d’exploitation par ligne présentable, en vue de rester en course dans les appels d’offre à venir ? L’alternative, la seule : la solution (au plus tôt) par le vide !

La Région AURA ne contredira pas. Car une ligne "propre" est à même d'attirer le chaland concurrent. Pas évident pour autant que le privé se montre sur un marché TER peu "juteux" Quoiqu’il restera toujours l’opérateur privé de transport public franco-québécois Kéolis détenu à 70% par…le groupe SNCF !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu