Avertir le modérateur

19/09/2016

ADUT - Manque de clarté et de réponses lors de la réunion avec la SNCF du mardi 6 septembre

Manque de clarté et de réponses lors de la réunion avec la SNCF du mardi 6 septembre, nous avons tout de même obtenu que des éléments précis nous soient donnés pour le 16 septembre.

Nous avons abordé tous les sujets ci-dessous :

- Les deux mois d'abonnements gratuits demandés par notre association. Après une heure de négociation = peu d’espoir à attendre même si nous avons revu notre demande à 30% de dédommagement sur TOUT TYPE d’abonnement pour le mois prochain. Mme BELLOT, directrice commerciale, ne nous a « pas laissé beaucoup d’espoir ».

- Pour les usagers de la ligne SAG – Chambéry ayant payé la totalité de leur abonnement sur le trajet Lépin ou Le Pont de Beauvoisin et Lyon Part-Dieu lors de la fermeture de cette ligne alors qu’un engagement écrit avait été pris par SNCF mobilité pour l’application du tarif La Tour du Pin-Lyon : réponse de la SNCF cela n’a pas pu se faire mais on va étudier les réclamations . Et ceux qui ne réclament pas ? Réponse de la SNCF : « on va commencer par ceux qui ont réclamé ».

- Pour la réduction de l'offre de trains sans réduction de l'abonnement : réponse de la SNCF « on est désolé » traduction on n’a pas su anticiper les départs en retraite et la formation des nouveaux embauchés, mais aucun mot sur les 53 jours de grève, alors chers usagers vous vous passerez de train . On indemnise la Région avec laquelle nous avons un contrat mais pas vous !

- La découverte par les usagers, les associations et les élus, des suppressions de trains et des suppressions de dessertes lors de la mise en place des grilles horaires début septembre, sans aucune communication : réponse de la SNCF : « il n'y a plus de comité de ligne, mais des tracts et SMS ont été distribué. »

- Entre les "on est désolé", "on n'a pas de réponse pour le moment", "on va étudier le sujet", une seule consolation les trains supprimés à partir de mai 2016 seront remis en service le 10 décembre, mais pour l’instant encore que des paroles. Attendons les écrits puis les faits car de nouvelles tranches de travaux sont en préparation.

Les dirigeants régionaux de la SNCF mobilité ne se sont pas montrés le 6 septembre et ce sont seulement des salariés de bonne volonté qui ne pouvaient prendre aucune décision que nous avons eu en face de nous.

Pour nous, La société SNCF est une locomotive en déshérence, sans conducteur, sans énergie et sans destination.

--

Association Dauphinoise des Usagers du Train

1285, Route de la croix St Marc

38440 Ste Anne sur Gervonde
Email : adut.ter.ra@gmail.com
Blog :  http://adut.20minutes-blogs.fr/

15/09/2016

La région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 120 millions pour améliorer les lignes ferroviaires sur 5 ans

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne/allier/mo...

Le vice-président transports de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Patrick Mignola, a annoncé lundi "un plan de sauvetage" de 120 millions d'euros pour les lignes ferroviaires sur cinq ans.

  • AFP
  • Publié le

SNCF Certaines sont en service depuis 33 ans, d'autres sont qualifiée de «malades» par la SNCF...

© GERARD JULIEN / AFP

© GERARD JULIEN / AFP

"Il faut améliorer les infrastructures" car en France "une ligne ferroviaire a 33 ans de moyenne d'âge", a expliqué Patrick Mignola au micro de l'antenne locale de la radio chrétienne, RCF Lyon, citant dans la région des problèmes notamment sur les lignes autour d'Aurillac, de Montluçon ou entre Saint-Etienne et Clermont-Ferrand ou Grenoble et Gap. Et ces lignes, parce qu'elles sont en retard, engendrent d'autres retards, a-t-il ajouté. La région va en conséquence "présenter un plan de sauvetage fin septembre" de "quasiment 120 millions d'euros" sur cinq ans, soit "un doublement des investissements" prévus.
 
Parmi les investissements envisagés, Patrick Mignola a cité le noeud ferroviaire de Saint-André-le-Gaz (Isère) qui sert notamment pour deux lignes "malades", celle de Lyon-Grenoble et de Lyon-Chambéry avec des travaux attendus pour fin 2017. Il a également cité pour 2019-2020, la construction d'une voie nouvelle à la gare Part-Dieu de Lyon ou la création d'une "seconde gare souterraine" sur le modèle du parking Méditerranée de la gare de Lyon à Paris.
 
Dans un rapport interne datant de mars et rendu public en mai, SNCF réseau estimait que les 1 336 kilomètres de petites lignes de la région Auvergne-Rhône-Alpes nécessitaient d'importants investissements pour être encore exploitées. Ce diagnostic avait été commandé par le précédent exécutif régional, désormais dirigé par Laurent Wauquiez (LR).
 
Les voies n'ont pourtant pas été laissées à l'abandon. Le gestionnaire du réseau ferroviaire français a investi entre 2008 et 2015 150 millions d'euros, auxquels s'étaient ajoutés l'effort réalisé par la région Auvergne dans le cadre du Plan Rail (210 millions d'euros) et les divers contrats de plan
État-région (CPER) avec l'Auvergne et Rhône-Alpes (180 millions d'euros au total).
               
A l'issue de la publication du rapport, Patrick Mignola avait estimé que "pour le simple maintien à niveau du réseau", "200 millions d'euros" étaient nécessaires sur cinq ans, souhaitant que soit revu dans ce contexte le contrat plan État-Région pour financer ces futurs travaux.

28/07/2016

Chantier spectaculaire de la SNCF sur la ligne Lyon-Chambéry, sur le viaduc du Grenant à la Bridoire, en Savoie

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/savoie/chant...

Les grandes manoeuvres sont en cours à La Bridoire, en Savoie. Un viaduc vieux de plus d'un siècle, le viaduc du Grenant est remplacé par un ouvrage flambant neuf.entre Saint-André-le-Gaz et Chambéry, 

  • France 3 Alpes avec communiqué
  • Publié le , mis à jour le
© Xavier Schmitt

© Xavier Schmitt

Le chantier qui dure deux mois et demi, du 23 juin au 31 août s'inscrit dans le programme de modernisation des voies ferrés de la région Auvergne--Rhône-Alpes, un investissement de 370 millions d'euros en 2016.
 
La mise en place du nouveau tablier se fera par la technique du lançage en utilisant l’ouvrage existant comme « avant-bec »Datant de 1884, cet ouvrage remarquable qui enjambe le torrent du Grenant est constitué d’un tablier métallique en fer puddlé à deux travées continues de 37 m de portée chacune, reposant sur deux culées et une pile intermédiaire en maçonnerie d’une hauteur de 40 m.
Bien que le tablier ait déjà bénéficié de renforcements par le passé, la structure métallique est dégradée et nécessite aujourd’hui d’être remplacée. Compte tenu des difficultés pour acheminer les éléments constitutifs du nouveau tablier par convois routiers et de l’impossibilité de le pré-fabriquer dans son intégralité à proximité immédiate de l’ouvrage existant, le futur tablier sera préfabriqué en 3 tronçons en gare de Saint-Béron – La Bridoire.

L’acheminement, sur 3 km environ, des 3 tronçons du futur tablier entre la gare de Saint-Béron – La Bridoire et la zone de chantier se fera par convois ferroviaires au début de la période d’interruption des circulations de 10 semaines.
Une piste d’accès grue et poids lourds d’environ 400 m sera créée depuis le passage à niveau jusqu’à la zone d’assemblage située en arrière de l’actuel viaduc du Grenant. Le montant des travaux est de 3,7 M€ financés à 100% par SNCF Réseau.

Toujours dans ce cadre, SNCF Réseau  engage  un autre chantier  qui va également impacter la ligne Lyon-Chambéry cet été : l’élargissement du pont Saint-Charles à Cognin.

Reportage de Xavier Schmitt et Jean-Pierre Rivet.
 
 
 
Chantier SNCF au Viaduc du Grenant

Intervenants: Raphaël Schaeffer, Chef de projet société Eiffage, Gérard, Spectateur journalier, Priscille Carré de Malberck, Directrice des opérations SNCF Réseau

Le pont Saint-Charles permet à la voie ferrée de franchir la route départementale D 1006. Un certain nombre d’avaries sur cet ouvrage imposent de réaliser des travaux de régénération, et en particulier de remplacer le tablier métallique.

Les travaux menés par SNCF Réseau consistent à élargir l’ouvrage en déplaçant la culée (partie située sur la rive destinée à supporter le poids du tablier) située côté St-André-le-Gaz. L’ouverture droite actuelle de 8m sera portée à 10,50m.

La future voirie routière sera ainsi composée :
 de deux voies de circulation de 3,50 m chacune,
 d’un trottoir de 1,50 m situé côté Saint-André-le-Gaz,
 d’une piste cyclable de 2m située côté Chambéry, dont 50cm permettant d’éviter l’effet de paroi avec la culée.

Après les travaux, le pont-rail sera composé :
 d’un tablier à pose de voie ballastée,
 de deux accotements lourds en béton armé,
 de la culée existante côté Chambéry,
 d’une nouvelle culée côté St-André-le-Gaz.
Le montant des travaux est de 2,4 Md’€ co-financés par Chambéry Métropole, le conseil départemental de Savoie et SNCF Réseau.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu