Avertir le modérateur

04/04/2016

La SNCF supprime huit TER sur l'axe Grenoble-Lyon par manque de conducteurs

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/grenob...

21 TER sont supprimés quotidiennement à partir de ce lundi 4 avril et jusqu'à début juillet en Auvergne-Rhône-Alpes, dont huit entre Grenoble et Saint-André-le-Gaz. 

  • France 3 Alpes
  • Publié le 29/03/2016 | 12:16, mis à jour le 04/04/2016 | 14:38
© Franck Grassaud

© Franck Grassaud

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, avait reconnu le 11 mars dernier une "erreur" de prévision du nombre de départs à la retraite des conducteurs de TER. On croyait que seules les Régions Hauts-de-France (ex-Nord-Pas-de-Calais-Picardie) et Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes étaient touchées. Auvergne-Rhône-Alpes s'est rajoutée à la liste.

Dans la Région, les suppressions de train décidées par la SNCF concernent notamment l'Isère et particulièrement les liaisons entre Grenoble et Saint-André-le-Gaz, soit huit TER supprimés. Les autre liaisons concernées: Saint-Étienne-Roanne (8 suppressions), Saint-Étienne-Firminy (2) et Saint-Étienne-Montbrison (3).

Auvergne-Rhône-Alpes demande au moins 15 millions d'euros d'indemnisation

"C'est ahurissant", s'est ému le vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en charge des Transports, le Savoyard Patrick Mignola. "Nous avons demandé le quadruplement des pénalités initialement prévues par la convention TER ou la rétrocession du bénéfice de la dernière année de la convention."

La première hypothèse équivaudrait à une compensation financière d'environ 15 millions d'euros, la seconde d'environ 20 millions, selon l'élu. M. Mignola met également en avant les "problèmes" rencontrés par l'entreprise ferroviaire dans la région pour justifier ces sommes: "on a un vrai problème de ponctualité et de régularité des trains, un problème incommensurable en matière d'infrastructures et maintenant on a le problème des conducteurs".

"Il faut que la SNCF nous indemnise pour l'ensemble de son oeuvre", a commenté le vice-président. La prochaine convention liera la SNCF et la nouvelle collectivité de 2017 à 2022.

La CGT dénonce les "choix politiques désastreux du gouvernement"

"Nous avons choisi des horaires qui permettent de diminuer au maximum les désagréments pour les voyageurs", a fait valoir une responsable de la direction régionale de la SNCF en précisant qu'un total de 1.200 trains circulent quotidiennement dans la région. Une campagne d'information associant l'envoi de mails, de SMS et la distribution en gare des nouvelles grilles horaires est organisée depuis mars, selon la même source.

"Les usagers du TER de la région Rhône-Alpes vont faire les frais des choix politiques désastreux du gouvernement, de la SNCF et de la région politique Auvergne-Rhône-Alpes", ont dénoncé les cheminots lyonnais de la CGT dans un communiqué.

"Les mesures annoncées vont jusqu'en juillet mais c'est un remède à moyen terme compte tenu des délais de formation des futurs conducteurs", a fait valoir Gabriel Exbrayat, de l'antenne locale de la Fédération nationale des usagers des transports, en déplorant être "mis devant le fait accompli".

03/04/2016

Menace terroriste: la SNCF va déployer des agents armés dans les trains

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/menace-terrorist...

Par LEXPRESS.fr , publié le , mis à jour à

Guillaume Pepy, patron de la SNCF, annonce le renforcement des mesures de sécurité dans les trains et les gares (illustration)Guillaume Pepy, patron de la SNCF, annonce le renforcement des mesures de sécurité dans les trains et les gares (illustration)express 3 avril 2016.jpg

Portiques de sécurité, patrouilles armées, chiens renifleurs, vidéosurveillance... Guillaume Pepy a annoncé le renforcement des mesures de sécurité dans les gares et les trains.

Depuis l'attentat manqué du Thalys, la question de la sécurité dans les trains est au centre des préoccupations. Le patron de la SNCF Guillaume Pepy a détaillé ce dimanche dans le Grand Rendez-vous Europe 1/iTélé quelques-unes des mesures qui allaient être mises en oeuvre dans les prochaines semaines, à la suite de l'adoption de la loi Savary sur la sécurité et la lutte contre la fraude dans les transports.  

Des agents de sûreté pourront patrouiller armés dans les trains

"Nos agents de sûreté vont avoir le droit de circuler, armés ou en civil, dans les trains", a déclaré Guillaume Pepy. Ils seront "habilités, entraînés à tirer". En outre, les agents de la SNCF pourront fouiller des bagages. Dans les trains, toujours, "les images des caméras de surveillance seront surveillées en permanence par un centre de sécurité". 

Dans les gares, les portiques de sécurité seront maintenus pour les Thalys. "Une trentaine de chiens renifleurs, une vingtaine d'unité de profileurs" seront également déployés, ainsi que des dispositifs de détection des explosifs et des armes à l'entrée des quais dans certaines gares. "On va renforcer la sécurité et moderniser les caméras de surveillance qui détecteront les mouvements suspects", a ajouté le patron de l'entreprise. 

Le surcoût qu'entraînent ces mesures de sécurité ne sera pas supporté par les clients, a assuré Guillaume Pepy, qui indique que "la SNCF dépense environ 400 millions d'euros pour ses mesures de sécurité".  

Loi Savary: pour les fraudeurs, la fête est finie

La proposition de loi Savary, votée le 9 mars 2016, doit par ailleurs rendre la vie dure aux resquilleurs dans les transports publics. Notamment en créant un "délit de soustraction à relevé d'identité" (le fait de fuir quand on est arrêté par un contrôleur), passible de deux mois de prison et 7500 euros d'amende; ceux qui déclinent leur identité devront la justifier (pour éviter les adresses fantaisistes), sous peine de 11 euros d'amende.  

Les multirécidivistes (dès cinq fraudes par an) seront susceptibles de se voir infliger six mois de prison et 7500 euros d'amende. Enfin, ceux qui signaleront sur les réseaux sociaux la présence de contrôleurs dans le métro seront passibles de deux mois de prison et 3750 euros d'amende.

30/03/2016

Pas de tram et des bus au compte-gouttes dans l'agglo de Grenoble

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/grenob...

Pas un tramway, des bus au compte-gouttes, les transports en commun de l'agglo grenobloise seront particulièrement touchés par le mouvement de grève du jeudi 31 mars. 

  • France 3 Alpes avec communiqué
  • Publié le 30/03/2016 | 16:52, mis à jour le 30/03/2016 | 16:52
TRAM - Illustration © CC

© CC TRAM - Illustration

Lignes circulant à 100% 

  • Pour les Proximo, la ligne 21.
  • Pour les Flexo, les lignes 40 à 63, ainsi que les lignes 65 et 69

Lignes ne circulant pas 

  • Pour le Tram, les lignes A, B, C, D et E
  • Pour les Chrono, les lignes C1, C2, C3, C4, C5 et C6
  • Pour les Proximo, les lignes 11, 12, 13, 16, 19, 20 et 22

Lignes circulant mais perturbées

  • Les lignes 14, 15 et 17 circulent, mais risquent d’être limitées par les manifestations en centre-ville de Grenoble.
  • La ligne 18 circule, sauf pour les départs de 7h13, 8h13, 9h13, 16h15, 17h15 en direction de Flottibulle et de 7h45, 8h45, 15h47, 16h46, 17h46 en direction de Grange du Château.
  • Sur la ligne 66, seuls les départs suivants sont assurés: 7h20, 8h15, 9h20, 17h00 en direction d'Echirolles Gare et 15h27, 16h49, 17h50, 19h17 en direction de Jarrie Clos Jouvin.
  • Sur la ligne 67, seuls les départs suivants sont assurés: 7h00, 7h14, 7h29, 8h14, 9h40, 11h00, 13h35 en direction de Grand’Place et 9h20, 12h15, 16h15, 17h10, 17h55, 18h50 en direction d'Herbeys.
  • Sur la ligne 68, tous les services sont assurés, sauf les départs de 7h10 et 8h30 de Bresson, et le départ de 18h05 de La Rampe.

Les services scolaires sont assurés.

Les agences de Mobilité Centre-Ville, Grand Place, StationMobile et le service AlloTAG sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu