Avertir le modérateur

11/12/2016

Pollution. Laurent Wauquiez se dit "prêt à mettre 10 millions d'euros" dans le fret ferroviaire transalpin

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/pollution-la...

Laurent Wauquiez, président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé ce samedi 10 décembre qu'il était prêt à débloquer 10 millions d'euros "immédiatement" pour créer un nouveau quai de chargement afin de renforcer l'autoroute ferroviaire alpine et lutter contre la pollution des vallées.

  • Avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
wauquiez

"La Région ne peut pas rester les bras croisés face à la pollution de nos vallées et on veut lancer un grand plan pour la relance du fret ferroviaire alpin" qui est passé de "12 à 2 tonnes en dix ans", a déclaré  M. Wauquiez depuis Aiton en Savoie où se trouve "l'unique quai de chargement côté français".


Alors que plusieurs agglomérations en France et les vallées alpines connaissent un pic de pollution durable, ce plan de relance du fret avait déjà été évoqué dans la semaine par le vice-président de la région chargé des Transports, Patrick Mignola (MoDem), qui a pris attache avec les transporteurs à cette fin.

"Organiser une grande conférence de dépollution de nos vallées au premier semestre 2017"

Pour que fonctionne mieux l'Autoroute ferroviaire alpine (AFA, 175 km entre la France et l'Italie pour transporter des camions sur des wagons spéciaux), "il faut qu'elle démarre plus en amont",estime M. Wauquiez en avançant la possibilité d'un nouveau quai de chargement à Grenay (Isère), sur la ligne ferroviaire Lyon-Grenoble. 

Dans l'attente, il "demande à l'Etat de porter de 6 à 10 le nombre de navettes par semaine" sur l'AFA et veut que cette décision "soit prise dès la semaine prochaine". Il veut également organiser "une grande conférence de dépollution de nos vallées au premier semestre 2017" avec pour objectif "d'augmenter de 50% le fret ferroviaire en trois ans"
 
 
Laurent Wauquiez

Le chef de file des Verts à la région, Jean-Charles Kohlhaas, applaudit à l'idée de "faire du report modal plus en amont" des vallées mais suggère un autre emplacement:
"Grenay est sur une ligne ultra-saturée qui connait déjà de nombreux retards, il faut aller juste de l'autre côté, à Ambérieu-en-Bugey (Ain), sur la ligne vers Chambéry", où existe déjà une gare ferroviaire "qui fait la taille de la Part-Dieu et qui est très sous-utilisée".

Quant aux 10 millions d'euros annoncés, "il n'existe pas de ligne budgétaire dédiée au report modal dans le budget régional que nous devons adopter la semaine prochaine, il faudrait la créer!", ironise-t-il.

19/11/2016

SNCF Réseau : le port de Lyon en accès direct

http://www.lantenne.com/SNCF-Reseau-le-port-de-Lyon-en-ac...

Préparée depuis des mois, la phase 3 de la centralisation et de l’automatisation du système de gestion des circulations ferroviaires vient d’avoir lieu à Lyon laissant pendant 62 heures complètement vides les gares de Perrache, de La Guillotière et de Vaise. Le port de Lyon vient de bénéficier d’une entrée ferroviaire enfin directe.


1.200 trains transitent chaque jour par le NFL © La Guillotière
1.200 trains transitent chaque jour par le NFL © La Guillotière
"La commande centralisée du réseau est une opération essentielle de modernisation qui va permettre d’améliorer la fiabilité, la ponctualité, la qualité, la fluidité des transmissions de l’information en interne et auprès des clients et donc, à terme, elle participera à la réduction des coûts, à l’émergence aussi de nouveaux métiers et elle fera gagner trois ou quatre points de régularité", a indiqué Jean-Christophe Archambault, directeur régional SNCF Mobilités.

40 trains de fret chaque jour

Chaque jour, circulent sur le fameux nœud ferroviaire lyonnais 350 TER, 50 TGV, 40 trains de fret et 230 mouvements techniques (entrées et sorties de dépôts, mise en place de matériels à quai…). Il profitera de ce saut technologique qui sera achevé en 2030 avec la mise en place de quinze centres de commandes informatisées sur l’ensemble du territoire. "Un tiers des minutes perdues en Auvergne-Rhône-Alpes par l’ensemble des trains le sont dans l’étoile ferroviaire lyonnaise", observe Gilles Cheval, directeur régional SNCF Réseau. En fait, ce sont 1.200 trains qui transitent chaque jour par le NFL, point névralgique ferroviaire français et européen.

"Un train venant du nord entre maintenant directement dans le port"

Les actions nécessaires à l’augmentation de l’offre ferroviaire nécessitent des modifications des infrastructures existantes. Au port de Lyon-Édouard Herriot, l’amélioration des fonctionnalités permettent de répondre aux besoins spécifiques des trafics fret et ceci passe par une entrée ferroviaire directe dans le port depuis La Guillotière, reliée au réseau national et qui vient enfin d’être réalisée. Cette amélioration depuis longtemps réclamée entre dans le cadre du Contrat de plan État-Région-désengorgement du NFL. "Un train venant du nord entre maintenant directement dans le port", observe Gilles Cheval, tandis que l’électrification des voies se poursuit… En attendant l’amélioration aussi des entrées routières.
 
Annick Béroud
Jeudi 17 Novembre 2016

12/10/2016

Alstom Belfort victime du productivisme de la CGT

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/02113...

Jean-Marc Vittori / Editorialiste

La direction d’Alstom avait une raison simple de vouloir fermer son usine de Belfort : plus personne ne veut acheter sa production. L’explication se trouve du côté de la SNCF et de ses syndicats. Pour le pire… et le meilleur.

Alstom est une entreprise qui gagne. Elle vient de signer un contrat pour des métros à Dubaï. Cet été, elle avait remporté un appel d'offres pour des TGV aux Etats-Unis sur la ligne Boston-Washington, et pour des trains régionaux en Italie, et des rames de métro à Lima, au Pérou. Elle a mis en service de nouvelles voitures de métro à Chengdu, en Chine. Fin 2015, elle avait signé la fourniture de 800 locomotives en Inde. Le groupe ferroviaire construit aussi un centre de formation et de maintenance qui embaucherait jusqu'à 600 personnes à Widnes, au Royaume-Uni où le tiers des véhicules ferroviaires en circulation sont sortis des usines Alstom. Il a reçu en septembre le trophée du « fournisseur de l'année » décerné par Deutsche Bahn, l'exigeante cousine allemande de la SNCF. Difficile de voir ici une entreprise moribonde.

Pourtant, le même Alstom est une entreprise qui perd. La direction a annoncé début septembre l'arrêt de la production d'une usine dans son berceau historique de Belfort. Ce projet a déclenché un délire gouvernemental d'aussi belle facture que l'affaire « Leonarda » (cette expulsion hallucinante d'une famille rom) et des flopées de commentaires. Mais les raisons de cette fermeture ont à peine été évoquées. Or elles sont très instructives. Et révèlent que les syndicats peuvent être capables du meilleur comme du pire.

En préalable, l'usine de Belfort est victime d'une exigence croissante de ses clients : le « contenu local ». Techniquement, ses locomotives peuvent parfaitement prendre le bateau pour être livrées un peu partout dans le monde. Politiquement, c'est plus compliqué. Les acheteurs de locomotives sont très dépendants des pouvoirs publics nationaux ou locaux. Ils en ont besoin pour gagner leurs marchés ou étendre leur réseau. Depuis la crise, ces pouvoirs publics demandent encore plus souvent que les contrats signés profitent surtout au tissu économique local. Celui qui veut remporter un contrat doit s'engager à produire l'essentiel sur place, ou au moins au pays. En Chine et en Inde comme aux Etats-Unis... et en France. Ce n'est pas un hasard si le plus grand site français d'industrie ferroviaire, celui de Crespin près de Valenciennes, qui emploie plus de 2.000 salariés, appartient au canadien Bombardier qui y fabrique trains, métros et tramways. Les usines françaises doivent viser d'abord le marché français, à commencer par la SNCF. Il faut donc regarder à quoi ressemble ce marché pour le site de Belfort, qui fabrique des locomotives de fret et des motrices de TGV. Or ce marché n'est pas très porteur, à la fois pour de bonnes et de mauvaises raisons.

Commençons par le fret. Au secours ! On a ici l'impression d'être au coeur de la France qui échoue. Le constat d'abord. Le rail fait moins du dixième du transport de marchandises. Depuis le début des années 2000, le trafic a fondu de plus de 40 %. Aucun autre pays européen n'a connu telle dégringolade (le trafic a même progressé d'un tiers en Allemagne, reflétant la vigueur de son industrie). Le gouvernement encourage la route. Il a autorisé en 2011 la circulation de camions plus lourds (44 tonnes au lieu de 40). C'était la contrepartie de la création de l'écotaxe... finalement annulée pour calmer une jacquerie bretonne.

La SNCF, elle, a très peu investi dans le fret pour donner la priorité à la grande vitesse. Sur des centaines de kilomètres, des lignes « capillaires » réservées au fret sont dans un tel état qu'elles sont menacées de fermeture. Les rigidités sont partout. Il faut réserver la circulation d'un train de marchandises dix-huit mois à l'avance. Mais le vendredi, le tiers des conducteurs n'ont pas leur feuille de route pour la semaine suivante. Les trains de fret freinent vingt secondes après l'activation du freinage. Ils peuvent mettre trois jours pour traverser la France. Et aussi... se perdre.

Le fret a certes été ouvert à la concurrence, qui a pris le quart du trafic en quelques années. Mais les syndicats de la SNCF se sont battus pour que les concurrents privés soient soumis à des règles sociales presque aussi fortes que la compagnie publique, aussi bien en matière de salaires que d'organisation du travail. Au départ de 30 %, l'écart de coût a été ramené autour de 10 %. Au plus grand bonheur des routiers qui échappent à ce carcan, surtout s'ils sont polonais ou bulgares ! Pas étonnant que le carnet de commandes de locomotives de fret en France soit aussi plat qu'un quai de gare.

Au regard du fret, le TGV est une fabuleuse réussite. Mais le formidable essor des années 1990 et 2000 est terminé. Les lignes les plus rentables ont été construites et les prochaines seront déficitaires. De plus, les péages payés par les TGV pour passer sur les lignes ont explosé. Au conseil d'administration de la SNCF, les administrateurs salariés de la CGT ont mené alors un vrai raisonnement économique en pointant la « productivité du capital ». Si les salariés doivent faire des efforts d'efficacité, aucune raison que les machines n'en fassent pas aussi ! Le message a eu du mal à passer dans une société d'ingénieurs où l'équipement est une perpétuelle priorité. Mais le PDG, Guillaume Pepy, a insisté. Le choix se résume en une équation simple : une rame de TGV, c'est le salaire de 10.000 cheminots pendant un an. Comme les compagnies aériennes low cost avec leurs avions, la compagnie ferroviaire a donc décidé d'employer davantage ses rames TGV. Les résultats ont été spectaculaires. Avec une retombée immédiate : la SNCF a moins besoin d'acheter des rames... ce qui est une catastrophe pour l'usine de Belfort. Face au dépérissement visible et prévisible des marchés de Belfort, la direction d'Alstom aurait peut-être pu agir plus tôt ou autrement. Faute d'action, il n'est pas extravagant de fermer une usine dont les marchés disparaissent. N'en déplaise au gouvernement.

@jmvittori
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu