Avertir le modérateur

10/02/2018

SNCF : «Les conditions sont réunies pour un mouvement social plus dur qu'en 1995»

http://www.leparisien.fr/economie/sncf-les-conditions-son...

Economie|Vincent Vérier| 07 février 2018, 11h17

 

Fabien Villedieu, cheminot et délégué syndical SUD-Rail. LP/MATTHIEU DE MARTIGNAC

 

Fabien Villedieu, délégué SUD-Rail, conducteur à Paris Sud-Est, met en garde le gouvernement, alors qu'un rapport proposant des pistes de réformes pour l'entreprise publique va être remis dans les prochains jours.

Système ferroviaire à bout de souffle, discussions sur l'ouverture à la concurrence du rail, remise du rapport Spinetta au gouvernement... Voici les ingrédients d'un cocktail qui risque de s'avérer explosif et laisse entrevoir la perspective d'un conflit social dur à la SNCF. Ce que confirme le syndicaliste Sud-Rail, Fabien Villedieu, qui estime que les conditions sont réunies pour un mouvement plus dur encore qu'en 1995. La SNCF avait alors été bloquée par trois semaines de grève. La CGT appelle déjà ses adhérents à un mouvement de grève ce jeudi.

Comment est le climat social à la SNCF ?

Fabien Villedieu. Il est extrêmement tendu. Les cheminots attendent avec impatience le rapport de M. Spinetta et le projet de loi du gouvernement pour savoir à quelle sauce ils vont être mangés.

Que craignez-vous ?

Nous sommes attaqués de toutes parts. On présente l'ouverture à la concurrence ferroviaire comme de la modernité. Mais il suffit de voir ce qui s'est passé dans le fret français. Depuis son ouverture à la concurrence en 2003, le trafic a été divisé par deux et les marchandises sont transportées par camions. En Angleterre, elle a conduit à une augmentation des prix. Le transport représente 14 % du budget d'un Londonien. C'est du délire.

Que proposez-vous ?

On demande un moratoire et un bilan des ouvertures à la concurrence qui ont déjà été faites avant de foncer tête baissée dans le mur.

Le gouvernement estime que c'est l'occasion de moderniser la SNCF...

Si ça veut dire pour un cheminot travailler jusqu'à 70 ans avec des conditions de travail de plus en plus dures, ce n'est pas moderne, c'est rétrograde.

Beaucoup de Français jugent le statut des cheminots trop avantageux. Que répondez-vous ?

Si c'était vraiment le cas, la SNCF n'aurait pas autant de difficultés à recruter. Etre cheminot, ça veut dire travailler la nuit, le dimanche, les jours fériés et par tous les temps. Aujourd'hui (NDLR : mardi), j'ai des collègues qui bossent sous la neige pour entretenir et surveiller le réseau. Notre statut, ce sont des années de combat. Pas question de repartir d'une feuille blanche.

La SNCF doit-elle évoluer en société de droit privé ?

Non. Ce serait un pas supplémentaire vers la privatisation. On a vu ce que celle des autoroutes a donné. C'est un saccage.

Les usagers doivent-ils s'attendre à des grèves ?

Les conditions sont réunies pour aller vers un mouvement plus dur qu'en 1995. Tout dépendra de ce que proposera le gouvernement. Emmanuel Macron a peut-être été élu sur un mandat mais les syndicats de la SNCF aussi. Nous sommes là pour défendre les conditions de travail et les rémunérations des cheminots.

09/01/2018

Que vaut la contre-attaque de la SNCF pour satisfaire les voyageurs?

https://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/que-vaut-la-co...

Par , publié le , mis à jour le

Pagaille à la gare du Nord après une coupure électrique, décembre 2016.

Pagaille à la gare du Nord après une coupure électrique, décembre 2016. REUTERS/Yves Herman

La SNCF annonce une panoplie de mesures pour améliorer la ponctualité des trains et l'information des voyageurs. Mais leur réussite nécessite une profonde remise en cause. Pas forcément sur les rails.

Ont-ils été sermonnés? Reçus ce lundi par la ministre des Transports Elisabeth Borne, le président du directoire de la SNCF Guillaume Pepy et le PDG de SNCF Réseau Patrick Jeantet ont un programme chargé pour 2018. Alors que deux incidents d'exploitation ont semé la pagaille à la gare Montparnasse au cours de l'année écoulée, ils se sont engagés à renforcer "les trois fondamentaux" de l'entreprise, selon le communiqué du ministère: soit sécurité, ponctualité du service, et information des voyageurs. 

C'est à dire? Il s'agit avant tout de déployer le programme Rob.In (robustesse et information voyageurs), lancé officiellement le 11 septembre dernier après qu'un rapport d'experts internationaux a dénoncé au début du mois de juillet les "difficultés structurelles" de l'entreprise à satisfaire ses clients.  

La robustesse, dans le lexique ferroviaire, c'est la capacité à rendre un service fiable et ponctuel. Une gageure, dans le contexte du vieillissement du réseau, qui entraîne des dysfonctionnements imprévisibles, et des travaux nécessaires à son entretien, qui perturbent de façon programmée la circulation des trains. 

Circulation des trains: à la recherche du bon chef de gare

"Aujourd'hui chaque activité de SNCF Mobilités à ses propres parcours de production de trains: l'organisation est parcellisée entre le TGV, les TER, les Intercités et le fret. Chacun est dans son tube, plus personne ne se parle. Le programme Rob.In consiste à synchroniser les différents plans de transports pour améliorer la circulation de l'ensemble des trains", explique Véronique Martin, élue CGT au conseil d'administration. 

Il s'agirait donc de retrouver un chef de gare. Dans leur rapport, les experts suggéraient de confier à SNCF Réseau la responsabilité de l'exploitation du réseau. "La réforme de 2014 a commis une erreur en confiant la responsabilité du réseau à SNCF Mobilités", accuse Jean Lenoir, vice-président de la Fédération Nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut), "dans la situation actuelle, chacun privilégie ses propres trains. SNCF Mobilités n'est pas bien placé pour trouver l'optimum. Par contre SNCF Réseau, qui a une vision d'ensemble et qui vit des péages, a tout intérêt à améliorer la circulation des trains. Surtout dans l'optique de la prochaine ouverture à la concurrence." 

Faute de coordination, le réseau français est sous-exploité à hauteur de 30% par rapport à ceux de nos voisins européens, selon la Fnaut. Dès la mi-juillet, la SNCF avait promis "d'inscrire les recommandations des experts dans la réalité avant l'été 2018." Mais pas un mot sur une prédominance de Réseau sur Mobilités dans le communiqué paru à l'époque. Il évoquait simplement une responsabilité conjointe. De fait, comme Guillaume Pepy est à la fois président du directoire de la SNCF et PDG de SNCF Mobilités, cette dernière entité prime. "La présidence du directoire devrait aller à SNCF Réseau", critique Jean Lenoir. 

Information voyageurs: une appli SNCF mais pas de miracle

Quelles nouveautés du côté de l'information aux voyageurs? Ce lundi, les dirigeants de la SNCF ont promis un "affichage systématique et lisible dans toutes les gares concernées" de tous les travaux ayant des conséquences sur la circulation des trains, un "indicateur de gravité des incidents d'exploitation du réseau affectant les voyageurs", et un rapport quotidien sur la régularité des trains TER, Transilien, Intercités et TGV.

Des "mesures complémentaires" par rapport au Rob.In, qui misait avant tout sur le perfectionnement de l'appli SNCF pour les smartphones. "L'appli, la solution miracle censée tout résoudre quand on ne sait pas quoi faire, alors qu'un tiers des Français ne maîtrisent pas l'usage des smartphones", raille Jean Lenoir. "L'entreprise mise sur l'appli, mais en cas de situation perturbée, les usagers préfèrent avoir de vrais agents en face d'eux", assure Véronique Martin. Encore faut-il que ceux-ci disposent d'informations fiables, ce qui n'était pas le cas pour les deux incidents de la gare Montparnasse.

26/11/2017

Saint-Martin-le-Vinoux : un adolescent électrisé sur un wagon SNCF par les caténaires

http://www.ledauphine.com/isere-sud/2017/11/26/saint-mart...

Les sapeurs-pompiers ont secouru et évacué l’adolescent resté allongé sur le toit du wagon. Photo Le DL/Jean-Benoît VIGNYLes sapeurs-pompiers ont secouru et évacué l’adolescent resté allongé sur le toit du wagon. Photo Le DL/Jean-Benoît VIGNY

Un jeune homme qui était monté sur un wagon de marchandises -sur la plate-forme de triage SNCF de Saint-Martin-le-Vinoux- a été électrisé lorsqu’un arc s’est formé entre le wagon et les caténaires, ce dimanche peu avant 17 heures. L’adolescent, qui serait âgé de 15 ans, est resté alors allongé sur le toit du wagon. Placés dans l’impossibilité d’intervenir sans courir un grand danger, les sapeurs-pompiers ont dû attendre que la SNCF coupe l’alimentation électrique des lignes. A 16 h 45, ils ont rejoint le jeune garçon, qui semblait bien conscient, l’ont conditionné et sont parvenus à le redescendre au sol, a constaté le Dauphiné Libéré sur place. L’adolescent, dont le pronostic vital ne serait pas engagé et qui souffrirait de brûlures, a été évacué sur le CHU. Le trafic SNCF sur les lignes Lyon-Grenoble et Valence-Grenoble a été totalement neutralisé et il est toujours très perturbé.

http://www.dailymotion.com/video/x6alt7e

Par D.M. | Publié le 26/11/2017 à 18:22 |Mis à jour il y a environ 1 heures

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu