Avertir le modérateur

01/07/2013

Coup de gueule contre une réforme ferroviaire trop favorable à la SNCF

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/tran...

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Fabrice Gliszczynski | 01/07/2013, 16:10 - 611 mots

Dans un courrier commun, des acteurs économiques importants (CGPME, CCI France...), des associations nationales représentatives des clients fret et voyageurs, et les industriels de la filière ferroviaire demandent à François Hollande une réforme ferroviaire différente de celles qui se dessine. Ils ne souhaitent pas que la SNCF ait l'emprise sur le gestionnaire d'infrastructures comme cela se profile, un schéma qui risque de faire obstacle à l'arrivée de la concurrence.

« Ne donnez pas la mainmise du système ferroviaire à la SNCF sans véritable contrôle. Sinon il n'y aura pas de concurrence en France et la filière du ferroviaire souffrira de l'absence de développement de la SNCF. La réforme ferroviaire que vous souhaitez mettre en place s'apparente à usine à gaz.». Ils ne l'ont pas formulé ainsi évidemment mais tel est en substance le message envoyé par huit acteurs et utilisateurs du réseau ferroviaire français à François Hollande.

Le 7 juin dernier, l'association française des ports intérieurs (Afpi), l'association des utilisateurs de transport fret (Autf), la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), la fédération des industries ferroviaires (FIF), l'association des chambres de commerce et d'industrie (CCI France) la fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut), la fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), France nature et environnement (FNE), ont envoyé un courrier à François Hollande lui faisant part de leur inquiétude « de voir les débats internes au rail masquer l'urgence d'une réorientation stratégique et d'un choc d'innovation et de productivité ».

Stricte indépendance du GIU

« Le rail français doit apprendre à s'appuyer sur le pluralisme européen et à gérer la concurrence. Ils dénoncent le projet de créer un gestionnaire d'infrastructure intégré (GIU), rattachée à la SNCF. En effet, ce GIU doit regrouper Réseau ferré de France (RFF), la Direction de la circulation ferroviaire (entité de la SNCF) et les cheminots de la SNCF travaillant à la maintenance du réseau (SNCF Infra). Les huit signataires du courrier réclament en effet « la stricte indépendance de ce GIU à l'égard de l'opérateur national de services (la SNCF, ndlr) (...) qui sera une garantie de l'ouverture de notre réseau au pluralisme européen ».

Ces différents acteurs dénoncent "le manque de fiabilité de l'offre de fret" et estiment, dans le transport de passagers, que "le succès de la de fréquentation des TER ne saurait masquer le coût pour les Régions". L'offre des intercités transrégionaux est médiocre et sollicite de plus en plus les finances publiques. Le TGV lui-même donne des signes d'essoufflement économique. Une spirale de sous-utilisation et de sous-productivité du réseau s'amorce qui conduit à une crise ferroviaire grave".

Pas de réforme dissuasive pour de nouveaux concurrents

Ce lundi, les mêmes en ont remis une couche. De manière publique cette fois et sur un ton plus véhément. Dans un communiqué commun, les industriels de la filière « expriment leur attente d'une réforme ferroviaire simple, offensive, et ambitieuse » (...) « et réaffirment que le pluralisme ferroviaire européen et la concurrence, peuvent devenir un atout pour la France, pour les utilisateurs du rail et pour la filière ferroviaire ».

Et d'ajouter : « la réforme ne doit en aucun cas conduire à une organisation complexe repliant le rail sur lui-même, qui serait dissuasive pour de nouveaux utilisateurs de notre réseau, in fine pour les clients, et constituerait un manque à gagner pour le pays ». 

La situation du fret et des intercités inquiète

Ils tirent notamment la sonnette d'alarme concernant « la situation du fret, de la sous-estimation de sa gravité et des conséquences » et des intercités. Les industriels demandent que « le report modal du Grenelle de l'environnement devienne une réalité ».

Dans le courrier adressé à François Hollande, les huit signataires estime que « l'Etat doit demander à la SNCF de réorienter sa stratégie de fret et d'engager la revalorisation des intercités ». Pour le transport de voyageurs, ils estiment qu' "maillage du territoire, coordonné par les Régions, donnerait un second souffle aux TER. Il inclurait les intercités modernisés, compétitifs à moyenne distance, omme il en existe dans d'autres pays, ouvrant aux indutries ferroviaires la perspective d'une nouvelle génération de matériel roulant". 

20:10 Publié dans Fret, RFF, SNCF, TER, TGV | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2013

Enquête publique sur le projet de LGV Poitiers-Limoges : la FNAUT remet un avis négatif

Bonjour,

Nous retrouvons la même abérration pour le Lyon -Turin mais en bien plus petit :

le Poitiers-Limoges ne coutera "QUE" 1.6 Milliards d'euros bien loin de notre Lyon - Turin dont le cout est évalué au bas mot à 26 milliards d'euros !!!

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2013/05/30/l...

Cordialement,

Eric

 

http://www.revuedescollectiviteslocales.com/Enquete-publi...

Si la FNAUT est généralement favorable à l’extension du réseau des lignes ferroviaires à grande vitesse, elle a désapprouvé de longue date le projet Poitiers-Limoges dont l’impact environnemental élevé, du fait de la topographie du territoire traversé, ne trouve pas de contrepartie en terme d'utilité collective.

Le projet est mal justifié
Contrairement à la LGV Tours-Bordeaux en construction, le barreau Poitiers-Limoges ne concernerait qu’un bassin de population restreint et ne permettrait de transférer que de faibles trafics aériens et routiers sur le rail. Il ne désengorgerait aucune ligne classique parallèle au bénéfice de trains régionaux et de fret.

Le projet est dangereux pour l’aménagement du territoire
Bien au contraire, la mise en service de la LGV Poitiers-Limoges assècherait et fragiliserait la ligne classique Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT). Selon RFF, il faudrait en effet, pour
rentabiliser le barreau Poitiers-Limoges, ramener de 11 aujourd’hui à 4 le nombre de relations quotidiennes qui subsisteraient sur la ligne POLT, ce qui pénaliserait le Centre et la Creuse de
manière inadmissible.

Une alternative plus pertinente existe
Une desserte TGV de Limoges de performances comparables peut être obtenue par la poursuite de la modernisation de la ligne POLT (en particulier entre Châteauroux et Limoges) puis par un
branchement sur la future LGV Paris-Lyon passant par la région Centre (projet POCL), ce qui renforcerait la rentabilité du POCL.

Des choix rationnels sont nécessaires
Le financement de l’extension du réseau des LGV est suffisamment difficile pour que l’Etat, RFF et les régions se concentrent sur des projets utiles, techniquement bien conçus, bénéfiques à
l’aménagement du territoire et économiquement réalistes : le projet Poitiers-Limoges doit être abandonné.

17/05/2013

Chimilin L’Adec réaffirme son opposition au projet Lyon-Turin

http://www.ledauphine.com/isere-nord/2013/05/17/l-adec-re...

L’Adec réaffirme son opposition au projet Lyon-Turin

 Lundi, l’assemblée générale de l’Adec (Association de défense de l’environnement de Chimilin) a été l’occasion de faire le point sur les finances ...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu