Avertir le modérateur

22/06/2012

Gouvernance ferroviaire : la Fnaut contre une reprise en main par la SNCF

 

 

 

T.B et L.F | 21/06/2012 | 16:37 | Transport et infrastructures

 

La Fédération nationale des associations d’usagers de transports (Fnaut) se prononce contre la réunification de la gestion des infrastructures au profit de la SNCF. Un des principaux sujets que devra trancher la ministre de l’Ecologie et des Transports dans les prochaines semaines.

 

En 1997, Réseau ferré de France (RFF) naissait, via la réforme Pons-Idrac. La Fédération nationale des associations d’usagers de transport (Fnaut) avait alors abondé « avec prudence » dans le sens de la réforme. Aujourd’hui, la SNCF abrite et gère pour le compte de RFF, la Direction de la circulation ferroviaire ainsi que la branche SNCF Infra (maintenance et modernisation du réseau). Et elle paie, à l’instar d’autres opérateurs (Thello, etc.), des péages à RFF pour l'utilisation des voies et les services ferroviaires en gare. Fin 2011, lors des Assises du ferroviaire, Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre de l’Ecologie et des Transports,  avait annoncé́ l’intention du gouvernement d'unifier la gestion de l'infrastructure en rassemblant les structures de RFF, de la DCF et de SNCF Infra dans un même organisme. « Une réunification peut sembler logique, voire indispensable, car le rail est un transport guidé, ce qui plaide en faveur d’une gestion intégrée de l’infrastructure et de l’exploitation, indique la Fnaut. Cependant, si les causes structurelles de conflits entre RFF et SNCF disparaissaient, pourquoi les deux entreprises ne collaboreraient elles pas dans leur intérêt commun malgré leur séparation ? »

 

« Définir une politique cohérente des transports »

 

La séparation et donc l’apparition de RFF avait d’ailleurs permis l’émergence d’idées innovantes comme le cadencement, la desserte des ports, les opérateurs ferroviaires de proximité pour le wagon isolé, la régénération du réseau classique grâce à la hausse des péages du TGV. « Redonner tout le pouvoir à la SNCF en lui confiant le pilotage du système ferroviaire est dangereux, martèle la fédération d’usagers. La stratégie de régression actuelle de la SNCF répond à ses intérêts propres à court terme et elle continue de dégrader toutes ses offres, y compris l’offre TGV, en élaguant peu à peu ses activités non rentables au lieu de chercher à les valoriser. » Pour remédier à ces problèmes, la Fnaut préconise des orientations qu’elle estime « adaptées au contexte français et qui évitent tout dogmatisme ». Selon la Fnaut « la réunification de la gouvernance ferroviaire ne constitue pas un objectif en soi. L’important n’est pas le détail du schéma institutionnel mais la qualité des liens fonctionnels, qui doivent être étroits, entre les différents acteurs, associée à une volonté forte de l’Etat se traduisant par une politique des transports claire dont il assure le suivi rapproché de la mise en œuvre ».

 

Pour arriver à cela, la Fnaut détaille le rôle que devrait jouer chaque acteur de la gouvernance du rail. Pour en connaître le détail, lire ci-dessous.

 

L’Etat :

 

« l’Etat doit définir une politique cohérente des transports (en particulier l’offre de services et les infrastructures jugées nécessaires pour des raisons économiques, écologiques ou d’aménagement du territoire), assurer la coordination des visions de RFF, de la SNCF et des autorités organisatrices, contrôler l’application de sa politique en lien étroit avec le régulateur, garantir un financement pérenne du rail (aujourd’hui la dégradation du réseau classique est seulement ralentie) et éviter la dérive de la dette ferroviaire (son service représente 25% du montant total des péages, les péages TGV représentant quant à eux 33% du coût du billet) ».

 

Le régulateur :

 

« Un régulateur, l’ARAF, fixe aujourd’hui les principes d’attribution et de tarification des sillons et arbitre entre les différents opérateurs et entre les différents types de circulations (TER, TET, fret) en cas de conflit sur leur attribution. Au-delà de son rôle de « gendarme du rail », il doit aussi, en tant que bras armé de l’Etat planificateur, contribuer à l’élaboration de la politique du transport ferroviaire et à son contrôle (politique des péages ; arbitrage entre les différents types de circulations : TGV, TER et TET, fret ; prise en compte des besoins des usagers du rail ; plan à moyen voire long terme concernant les infrastructures) en lien avec l’Etat, les régions, RFF et les opérateurs. C’est la clé de voûte du système. »

 

Le gestionnaire de l’infrastructure :

 

« Il faut rapidement regrouper au sein de RFF les différentes fonctions relatives à l’infrastructure : tracé des sillons (horairistes) ; tarification, attribution et vente des sillons ; gestion des circulations (aiguilleurs et régulateurs) ; maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage pour la maintenance, la modernisation et le développement du réseau ferré. »

 

Les opérateurs :

 

« Les opérateurs ferroviaires, connaissant les perspectives d’évolution du réseau et des péages, doivent être forces de proposition d’améliorations pour le moyen et le long terme ; pour ce faire, des « tables rondes » doivent être organisées avec les autres acteurs : gestionnaire d’infrastructure, autorités organisatrices de transports (Etat et régions), usagers du réseau. »

 

Le gestionnaire des gares :

 

« Une entité Gares doit assurer la fonction Guichet unique (pas de commercialisation à l’aérienne), l’intégration des fonctions techniques (mouvement des trains) et commerciales (information et vente) nécessaire pour gérer notamment les situations perturbées, la valorisation commerciale des emprises disponibles et la préservation des installations indispensables au développement du trafic (fret compris) à long terme. Cette entité peut être autonome, ou rattachée à RFF ou à la SNCF, elle doit collaborer avec les différentes autorités organisatrices pour garantir le bon fonctionnement de l’intermodalité. »

 

FOCUS

La gouvernance ferroviaire, débat idéologique ?

Dans un essai intitulé « Quel rail après 2012 ? », paru ce printemps aux éditions de L’aube, Bernard Soulage et Louis Nègre, deux spécialistes des transports résumaient les positions en présence au sujet de la gouvernance ferroviaire. Pour le sénateur UMP Louis Nègre, « ce n’est pas en alourdissant le « diplodocus » qu’est la SNCF que nous allons avoir une organisation plus efficiente. La question n’est pas de savoir qui fait quoi mais quel est le meilleur système pour la plus grande efficacité pour les clients et au moindre coût pour les finances publiques. Je propose donc que la SNCF se concentre sur son domaine de compétence en tant qu’opérateur majeur des transports publics »

Bernard Soulage, membre du PS, président des Villes et régions européennes de la grande vitesse, estime quant à lui que « une holding avec le passage du personnel infra sous la responsabilité de la nouvelle structure qui succèderait à RFF et avec la création de deux entités, un opérateur et un gestionnaire d’infrastructures disposant de personnels et de moyens forts. Mais il faut que cela soit sous la forme d’une holding ».

 

T.B et L.F | Source LE MONITEUR.FR

19:53 Publié dans FNAUT, RFF, SNCF | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2012

Comment améliorer le secteur des transports

http://www.20minutes.fr/economie/884615-comment-ameliorer...

 Créé le 22/02/2012 à 14h19 -- Mis à jour le 22/02/2012 à 15h18

 Les transports parisiens sont souvent saturés aux heures de pointe sont l'une des cibles de la FNAUT


Les transports parisiens sont souvent saturés aux heures de pointe sont l'une des cibles de la FNAUT MARZARI EMANUELE/SIPA

 TRANSPORTS - La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) présentait ses propositions mercredi...

Quel meilleur moment que la présidentielle pour faire bouger un secteur trop souvent critiqué pour son immobilisme? La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) a publié mercredi sa charte des transports, adressée aux candidats à la présidentielle, avec l’objectif de faire bouger un secteur jugé délaissé par la politique (une seule des soixante propositions d'Hollande porte sur les transports, par exemple) et qui mériterait d’être réformé en profondeur.

 >> Routes, TGV, métro, TER, que faut-il changer pour rendre les transports plus efficaces? Donnez-nous vos propositions, idées et critiques dans les commentaires ou en écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr

 L’immobilisme du secteur inquiète

 De la saturation de la ligne 13 du métro parisien à la dépendance pétrolière en passant par le prix de l’essence et les soucis environnementaux, la FNAUT passe en revue les principaux enjeux des transports collectifs, privés et de marchandises en France à ce jour. «Saturés dans les agglomérations mais absents dans les zones périurbaines, les transports connaissent une situation paradoxale», explique Jean Sivardière, président de la FNAUT. D’un côté les infrastructures se dégradent vite et ne sont très souvent pas restaurées et de l’autre l’accès à l’emploi, à l’enseignement ou aux soins est rendu difficile.

 Le constat de la FNAUT met en avant «un état des lieux assez inquiétant», notamment la mobilité des piétons et des cyclistes, la menace pesant sur les services ferroviaires tels les TER, Intercités ou les TGV, la diminution de moitié du fret ferroviaire, les nuisances de l’automobile en zone urbaine et le réchauffement climatique. Il y a par ailleurs «trop de camions et trop d’avions sur la courte distance», selon Jean Sivardière.

 

La FNAUT propose le partage des trafics qui doit être rééquilibré en développant des alternatives collectives, ou même idéalement la marche à pied ou le vélo. En outre, chaque mode de transport doit être cantonné à son domaine de pertinence, doit payer ses coûts économiques et externes (environnement). Enfin, l’aménagement du territoire pour favoriser la mobilité doit être une priorité.

 

Mieux hiérarchiser les projets

 

Tout d’abord, il s’agirait de faire des choix judicieux en matière de nouvelles infrastructures, le réseau routier ayant déjà une longueur égale aux réseaux allemands et britanniques réunis. «Il y a aujourd’hui, trop de projets routiers ou des investissements inutiles comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes», affirme le président. La FNAUT s’engage en faveur d’une hiérarchisation des projets de lignes à grande vitesse, abandonnant ainsi notamment la ligne Poitiers-Limoges. Ils se positionnent pour une accélération des investissements de transports communs. Des idées qui pourraient avoir toutefois un coût pour les riverains si la fiscalité n’est pas modifiée.

 Le deuxième volet  de la charte se penche justement sur cet aspect fiscal. Chaque mode de transport doit payer ce qu’il coûte à la collectivité. Par exemple, «le kérosène des avions n’est aujourd’hui pas taxé et devrait l’être comme les carburants routiers et il rapporterait 1,3 milliard d’euros par an à l’Etat», assure Jean Sivardière. La FNAUT prône également un retour de la TVA à 5,5% pour les transports publics.

 La réglementation doit par ailleurs être plus stricte.  La vitesse maximale sur l’ensemble du système routier doit selon la FNAUT être diminuée de 10 km/h, cela mettrait la France dans la moyenne européenne. Les plans de déplacements urbains (loi Lepage de 1996) doivent être obligatoires aux agglomérations de moins de 100.000 habitants. Du côté des syndicats, la loi Bertrand sur le service prévisible pour les transports terrestres, très favorable aux usagers, est jugée très positivement.

 Enfin, la gouvernance et poursuivre la décentralisation. Le stationnement urbain, l’augmentation de la part régionale de la TIPP font partie des priorités de la FNAUT, la TIPP flottante étant jugée dangereuse. «La répartition des compétences entre agglomérations et régions doit être relu car il n’y a quasiment aucune coordination entre région et département», juge le président. La FNAUT souhaite évoluer vers une réunification ou à l’opposé une séparation totale du système ferroviaire. Enfin, à l’instar de la SNCF face à Veolia, la fédération est pour une ouverture à la concurrence des TER, afin de relancer ce type de transports.

 Avec un plan très axé environnement, c’est sans surprise que les programmes d’Eva Joly et de Corinne Lepage, sur leur partie transport, séduisent le plus la FNAUT.  Cette dernière attend désormais une réponse ou une réaction des candidats.

 Bertrand de Volontat

22:56 Publié dans FNAUT, TER | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2011

TER : la Fnaut s’inquiète de la baisse de la qualité de service

http://www.ville-rail-transports.com/content/16237-ter-la...

La qualité de service du TER laisse fortement à désirer dans de nombreuses régions (trains supprimés, en retard ou surchargés), juge la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) dans un communiqué du 8 juillet.

Elle s’inquiète aussi d’un risque de paupérisation du service.

Pour y faire face, la Fnaut suggère de réaliser des économies, ce qui passe pour les régions, autorités organisatrices des TER, notamment par un moindre financement des routes.

Pour renforcer les finances des collectivités, la Fnaut propose d’étendre le versement transport des entreprises à l’ensemble du territoire et d’augmenter la part régionale de la TIPP. Enfin, la fédération se dit favorable, à certaines conditions, à une hausse des tarifs car « un service public dont les tarifs s’éloignent beaucoup de la réalité économique doit être fortement subventionné et il est fragilisé en cas de baisse de volonté politique ».

21:37 Publié dans FNAUT | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu