Avertir le modérateur

01/06/2013

Enquête publique sur le projet de LGV Poitiers-Limoges : la FNAUT remet un avis négatif

Bonjour,

Nous retrouvons la même abérration pour le Lyon -Turin mais en bien plus petit :

le Poitiers-Limoges ne coutera "QUE" 1.6 Milliards d'euros bien loin de notre Lyon - Turin dont le cout est évalué au bas mot à 26 milliards d'euros !!!

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2013/05/30/l...

Cordialement,

Eric

 

http://www.revuedescollectiviteslocales.com/Enquete-publi...

Si la FNAUT est généralement favorable à l’extension du réseau des lignes ferroviaires à grande vitesse, elle a désapprouvé de longue date le projet Poitiers-Limoges dont l’impact environnemental élevé, du fait de la topographie du territoire traversé, ne trouve pas de contrepartie en terme d'utilité collective.

Le projet est mal justifié
Contrairement à la LGV Tours-Bordeaux en construction, le barreau Poitiers-Limoges ne concernerait qu’un bassin de population restreint et ne permettrait de transférer que de faibles trafics aériens et routiers sur le rail. Il ne désengorgerait aucune ligne classique parallèle au bénéfice de trains régionaux et de fret.

Le projet est dangereux pour l’aménagement du territoire
Bien au contraire, la mise en service de la LGV Poitiers-Limoges assècherait et fragiliserait la ligne classique Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT). Selon RFF, il faudrait en effet, pour
rentabiliser le barreau Poitiers-Limoges, ramener de 11 aujourd’hui à 4 le nombre de relations quotidiennes qui subsisteraient sur la ligne POLT, ce qui pénaliserait le Centre et la Creuse de
manière inadmissible.

Une alternative plus pertinente existe
Une desserte TGV de Limoges de performances comparables peut être obtenue par la poursuite de la modernisation de la ligne POLT (en particulier entre Châteauroux et Limoges) puis par un
branchement sur la future LGV Paris-Lyon passant par la région Centre (projet POCL), ce qui renforcerait la rentabilité du POCL.

Des choix rationnels sont nécessaires
Le financement de l’extension du réseau des LGV est suffisamment difficile pour que l’Etat, RFF et les régions se concentrent sur des projets utiles, techniquement bien conçus, bénéfiques à
l’aménagement du territoire et économiquement réalistes : le projet Poitiers-Limoges doit être abandonné.

08/05/2013

Les lacunes des rapports Bianco et Auxiette

http://www.lantenne.com/Les-lacunes-des-rapports-Bianco-e...

Si l'intérêt des pouvoirs publics pour le ferroviaire est salué, la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) relève plusieurs oublis et flous dans les propositions des rapports Bianco et Auxiette. Dans le fret, l'absence d'analyse sur les opérateurs ferroviaires de proximité étonne.


© OSR France
© OSR France
Au lendemain de la publication des rapports Bianco et Auxiette sur la réforme et la gouvernance du système ferroviaire français, la Fnaut dresse un bilan mitigé. Si la création d'un gestionnaire d'infrastructures unifié (GIU) est confirmée dans le premier et croise ses attentes, il est néanmoins épinglé pour "son flou, ses lacunes et la complexité de certaines de ses propositions". Pointé en particulier dans le rapport Bianco, le manque de précision "sur l'autonomie, stratégique et comptable, du futur GIU par rapport à la SNCF. 

"C'est à l’État de désendetter le système ferroviaire"


Un rapprochement entre RFF et la SNCF ne doit pas se traduire par le retour à une pensée unique, à l'abandon des innovations introduites par RFF, et à de nouvelles entraves à la concurrence". Critiquée également, l'absence de suggestions sur l'augmentation de la productivité et de la qualité de service de l'entreprise ferroviaire nationale, ainsi que sur l'alternative proposée dans le fret, le wagon isolé en particulier, par les opérateurs ferroviaires de proximité (OFP). Conditions de rééquilibrage de la concurrence entre les modes, préparation à l'ouverture du marché dans le voyageur, représentation des clients du rail dans le GIU sont d'autres lacunes relevées par la Fnaut. Laquelle rejette en outre le financement du futur gestionnaire unifié par les "bénéfices" de la SNCF. Cette piste "l'inciterait à rechercher davantage d'économies à court terme par des transferts sur route de services voyageurs et fret, et déboucherait sur une réduction de la consistance du réseau ferré. C'est à l’État de désendetter le système ferroviaire comme l'a fait l'Allemagne en 1994" via "une fiscalité écologique reflétant une politique multimodale des transports". La fédération s'interroge enfin sur la création d'un "Haut comité des parties prenantes alors que l'Araf pourrait être renforcée".

Approche fret insuffisante

Plus clément, l'avis rendu sur le rapport Auxiette sur la gouvernance ferroviaire et le rôle notamment des collectivités territoriales regrette toutefois que "le transport local de fret ne soit pas abordé" à travers les OFP. La mise à l'écart de délégation de service public pour l'exploitation des trains régionaux (TER) et interrégionaux (Intercités) dans le but de stimuler la concurrence, ainsi que du transfert des compétences transport des départements aux régions y est critiquée. Au chapitre toujours du transport de voyageurs, la Fnaut s'oppose à "la liberté tarifaire totale des régions" proposée. "Cette liberté ne peut que déboucher sur une simple hausse des tarifs" à la différence d'une "cohérence nationale" défendue par la fédération.

 

Érick Demangeon

 

Mardi 7 Mai 2013

20:49 Publié dans FNAUT, RFF, SNCF, TER | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2013

Les TER de plus en plus souvent remplacés par des autocars : les usagers grognent

http://www.rtl.fr/actualites/info/transports/article/les-...

Créé le 06/02/2013 à 12h10

 

Un TER stationné en gare Saint-Charles à Marseille.

Un TER stationné en gare Saint-Charles à Marseille. / AFP / P.Valasseris

De plus en plus de TER roulent sur les routes. Autrement dit, ces trains régionaux sont remplacés par des cars. Dernier exemple en date : la ligne Alès-Bessèges, dans le Gard. Suite à sa fermeture, les passagers font les 30 kilomètres en bus. Pour Jean Sivardière, le président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports, ça n'est pas du tout une bonne idée.

Eric Vagnier | 06/02/2013 - 12h51

http://admedia.rtl.fr/online/sound/2013/0206/7757772252_j...

18:46 Publié dans FNAUT, SNCF, TER | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu