Avertir le modérateur

09/05/2018

La grève à la SNCF a assez duré, sa prolongation est “dangereuse” estiment certains usagers

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-al...

Photo d'illustration / © CHRISTOPHE SIMON / AFP.
Photo d'illustration / © CHRISTOPHE SIMON / AFP.

Les voyageurs de la SNCF sont à bout estime la FNAUT Auvergne-Rhône-Alpes. Dans un communiqué publié ce mercredi 9 mai 2018, l'association d'usagers des transports publics réclame la fin du mouvement. Elle interpelle gouvernement et syndicats.

Par YG avec communiqué.

Si elle rappelle en préambule, dans son communiqué publié ce mercredi 9 mai 2018, qu'elle "respecte le droit de grève", la FNAUT, l'association d'usagers des transports publics dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, estime que "sa prolongation est dangereuse pour l'avenir du rail".

La patience des usagers semble s'émousser alors que la grève à la SNCF se poursuit. La Fédération nationale des usagers des transports a en tout cas décidé de hausser le ton. Selon elle, la grève perturbe le trafic "au moins 3 jours sur 5, et non 2 comme l’affirment les syndicats qui l’organisent".

Pour la FNAUT, "tous les voyageurs en ont assez". Assez du temps perdu, mais aussi des frais engendrés : "pertes de revenu, gardes d’enfants, transport de substitution (autocar, covoiturage, véhicule personnel, taxi, parking), nuits d’hôtel".

Pour l'association, la prolongation du mouvement "met le système ferroviaire en danger". Les voyageurs apprendraient ainsi à se passer du train pour se tourner vers "les modes de transport concurrents - automobile, covoiturage, autocar, avion à bas coût, camion – au détriment de la sécurité routière et de l’environnement".

"La grève doit cesser rapidement" 
estime l'association d'usagers. Elle met dos à dos le gouvernement et les syndicats. Le gouvernement est invité à "préciser les conditions dans lesquelles la dette ferroviaire sera reprise par l’Etat". Quant aux organisation syndicales, elles doivent "mettre fin à une grève devenue incompréhensible pour l’opinion, car elle affecte gravement l’activité économique et met leur entreprise et le rail en péril, et d’accepter l’introduction de la concurrence dans le secteur ferroviaire"

Pour ce mercredi 9 mai 2018, 16e journée de grève, la SNCF fait part d'un taux total de grévistes en matinée de 14,46%, le plus faible depuis le début du mouvement de grève le 3 avril par épisode de deux jours sur cinq. 

Les prochains jours de grève sont pour l'instant toujours programmés les 14 et 15 mai prochain. Toutes les prévisions de trafic sont à retrouver sur le site des TER.

La grève des cheminots a assez duré, les voyageurs sont à bout

Voici le communiqué de la FNAUT:

Communiqué du 9 mai 2018

La grève des cheminots a assez duré, les voyageurs sont à bout.
Elle doit cesser rapidement, sa prolongation est dangereuse pour l’avenir du rail.
La FNAUT respecte le droit de grève mais elle estime que sa prolongation est devenue insupportable
pour les voyageurs captifs du train et qu’elle est très dangereuse pour l’avenir du rail.
La grève devient insupportable pour les voyageurs
La grève perturbe l’ensemble des services au moins 3 jours sur 5, et non 2 comme l’affirment les syndicats
qui l’organisent. Sur de nombreuses lignes, le trafic ferroviaire est totalement interrompu.
Ce sont les usagers captifs du train qui seront les plus pénalisés : salariés modestes, travailleurs précaires,
étudiants, lycéens. Contrairement à ce qui est parfois affirmé, beaucoup d’entre eux ne trouvent pas
d’alternative au train : ils ne s’habituent pas à la grève, la galère devient insupportable.
Mais tous les voyageurs en ont assez. Outre les pertes de temps, ils se voient imposer des frais importants :
pertes de revenu, gardes d’enfants, transport de substitution (autocar, covoiturage, véhicule personnel, taxi,
parking), nuits d’hôtel. Les indemnités proposées par SNCF Mobilités sont, et de loin, insuffisantes.
La prolongation de la grève met le système ferroviaire en danger
Une grève prolongée habitue les voyageurs non captifs du train et les chargeurs à se passer du train. Elle les
incite à tourner définitivement vers les modes de transport concurrents - automobile, covoiturage, autocar,
avion à bas coût, camion – au détriment de la sécurité routière et de l’environnement. A la perte immédiate
de recettes pour SNCF Mobilités s’ajouteront des pertes ultérieures durables, surtout dans le secteur du fret.
La grève décrédibilise par ailleurs le rail auprès de l’Etat et des Régions. Elle les incite à penser qu’en
définitive, la collectivité peut se passer d’un train sur deux, que les effectifs de la SNCF sont excessifs et
qu’il est irrationnel d’investir sur le rail - alors que le rail souffre d’un sous-investissement chronique.
La grève doit cesser rapidement
Les députés ont adopté la réforme ferroviaire en première lecture. La FNAUT demande donc :
- au gouvernement, de préciser les conditions dans lesquelles la dette ferroviaire sera reprise par l’Etat, de
renforcer l’investissement sur le réseau ferré et de lancer, en lien avec les régions, un programme
spécifique de sauvegarde des lignes régionales dégradées et menacées de disparition faute d’entretien ;
- aux syndicats de mettre fin à une grève devenue incompréhensible pour l’opinion, car elle affecte
gravement l’activité économique et met leur entreprise et le rail en péril, et d’accepter l’introduction de la
concurrence dans le secteur ferroviaire (en Allemagne, elle est approuvée par les voyageurs et aussi par le
principal syndicat de cheminots).

 

CP Fnaut grève 9 mai.pdf

04/05/2018

ADUT rejoint la coordination pour demander le remboursement des abonnements

Bonjour à tous,

L'ADUT ne reste pas les bras croisés, après des prises de position dans les médias locaux, voire + avec le Pèlerin magazine (et oui), l'ADUT rejoint la coordination nationale des collectifs et associations d'usagers (CNCAUT) pour que nous soyons indemnisés des abonnements payés alors que nous avons dû faire face à des dépenses supplémentaires pour rejoindre nos lieux de travail.

Comme vous le devez le savoir via les réseaux sociaux, la coordination a mis en place une pétition nationale : https://www.change.org/p/se-fa ire-rembourser-nos-abonnements -sncf-pendant-les-jours-de-gr% C3%A8ve-du-2-avril-au-28-juin avec près de 68 000 signatures à ce jour.


https://www.fnaut.fr/actualite /communiques-de-presse/655-la- cncaut-et-la-fnaut-prennent- des-initiatives-convergentes

Communiqués de presse, le 3 mai 2018   

La CNCAUT et la FNAUT prennent des initiatives convergentes


La CNCAUT (Coordination nationale des collectifs et associations d’usagers du train) et la FNAUT ont pris des initiatives convergentes pour obtenir le dédommagement des usagers du train pénalisés par la grève des cheminots.

La FNAUT va relayer les demandes des signataires de la pétition de la CNCAUT.


Une grève qui pénalise gravement les usagers du train

La grève des cheminots affecte gravement la situation des usagers de la SNCF. Les plus pénalisés d’entre eux sont les plus modestes, captifs du train - travailleurs précaires, étudiants, lycéens - mais aussi tous ceux qui ne bénéficient pas de possibilités de télétravail ou ne peuvent recourir au covoiturage.

Depuis trois semaines, et pour une période annoncée au moins équivalente, les usagers souffrent d'une « grève perlée » de deux jours et de perturbations importantes les trois jours qui suivent. La qualité de service ne correspond plus à l'abonnement souscrit  et génère des dépenses supplémentaires imprévues pour nombre de voyageurs.


Des initiatives convergentes

La CNCAUT, qui s'est créée pour faire connaître les difficultés des voyageurs et réclamer le remboursement des abonnements SNCF (TGV, Intercités, TER, Transilien et RER), a rencontré un grand succès. Elle a été soutenue dès sa création par plusieurs associations locales de la FNAUT. Elle regroupe aujourd’hui les 67 000 voyageurs signataires de sa pétition, et des associations indépendantes.

De son côté, la FNAUT, qui fédère 165 associations locales, a saisi le Premier ministre des le début du conflit pour réclamer un dispositif d’indemnisation exceptionnelle des voyageurs et l’inscription d’une obligation d’indemnisation dans le code des transports en cas de grève prolongée (sur proposition de l'ADUT pour le point concernant les abonnements illico annuels). Elle a rencontré la SNCF aux niveaux régional et national pour présenter ses exigences.


La FNAUT relaie les revendications de la CNCAUT

La poursuite du conflit a créé les circonstances d'un soutien actif  de la CNCAUT par la FNAUT, association de consommateurs agréée par l’État. Ce soutien permettra de mieux faire entendre les revendications  des 67 000 signataires de la pétition, des associations locales d’usagers, et plus largement des 4,5 millions de voyageurs quotidiens.

A l’issue de leur rencontre du 2 mai , la CNCAUT et la FNAUT ont convenu de travailler pour porter ensemble leurs exigences vis-à-vis de la SNCF et des pouvoirs publics :

- TGV et Intercités : demandes de remboursement des abonnements confirmées et seuils jugés inacceptables.

- Pour les TER (hors RER Ile-de-France, réunion prévue le 17 mai), 60 % minimum et plus selon les régions et les circulations pouvant aller jusqu’à 100 % en cas de non circulation.

- Des modalités à préciser (en particulier cas des abonnements non renouvelés) et des modes opératoires à expliquer.

A plus long terme, inscription dans les conventions, une règle minimale simple et équitable de dédommagement liée aux jours et circulations perturbés.


--

Association Dauphinoise des Usagers du Train
1285, Route de la croix St Marc
38440 Ste Anne sur Gervonde
Email : adut.ter.ra@gmail.com
Blog :  http://adut.20minutes-blogs. fr/
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu