Avertir le modérateur

24/08/2018

Chaleur dans le métro : des fenêtres… en attendant la clim

https://www.leprogres.fr/lifestyle/2018/08/23/chaleur-dan...

Pour lutter contre les températures étouffantes dans le métro, des ouvertures sur les vitres sont expérimentées. Quant à la climatisation, il faudra attendre 2019, pour qu’une partie du réseau soit équipée.

Le 23/08/2018 à 10:20

Des fenestrons réalisés dans les vitrages des lignes A et B. Une dizaine de rames (sur 32) en sont équipées aujourd’hui. Photo archives Sébastien CALEMARD Des fenestrons réalisés dans les vitrages des lignes A et B. Une dizaine de rames (sur 32) en sont équipées aujourd’hui. Photo archives Sébastien CALEMARD

Vous pensiez peut-être trouver du frais en voyageant en sous-sol ? Raté ! Eventails et brumisateurs seront vos meilleurs amis du moment. Avec un réseau de bus et de trolleybus climatisé à 97 % et un tram entièrement climatisé, le métro se révèle finalement moins confortable pour les usagers. Surtout l’après-midi et en début de soirée, l’été, quand les températures grimpent parfois au-delà de 40 °C dans les rames. Dans les stations, dont la majorité a été créée à fleur de chaussée, là aussi, on souffre de la chaleur et du manque d’air, comme à Laurent-Bonnevay, par exemple. 

Lignes A et B : des fenêtres à battants

Mais il y a du nouveau cette année. Les lignes A (Perrache/La Soie) et B (Charpennes/Gare d’Oullins) expérimentent depuis cet été des fenestrons dans une dizaine de rames (sur 32). Le métro avait en effet été conçu, en 1976, avec des vitrages fixes, contrairement à son grand frère parisien (toujours pas climatisé à l’exception de quelques lignes “réfrigérées”). Entre Rhône et Saône, on pensait, à l’époque, qu’une simple ventilation avec prise d’air à l’extérieur et rejet en bout et bas de caisses des rames suffirait. Malgré l’inconfort des voyageurs (et parfois des malaises) durant plusieurs étés, il aura donc fallu attendre 2018, pour qu’une solution soit tentée. Le déploiement de ces fenêtres à battants continue. D’ici septembre, deux rames supplémentaires seront équipées, selon le Sytral, qui prévoit d’en installer sur 26 rames (sur 32) avant juin 2019. Pour quel résultat ? Aucune sensation de frais n’est réellement perceptible dans la rame, mais le filet d’air corrige un sentiment d’oppression. Il faut, de préférence s’installer à l’oblique du courant d’air permis par les fenêtres (huit par rames), ces dernières étant fort réduites. Problème : elles ne sont pas toutes laissées en position ouverte ! Si l’hiver, il sera possible au gestionnaire du réseau de les maintenir fermées, l’été, les voyageurs peuvent toutefois aisément les activer.

Mais pourquoi ne pas y installer la climatisation ? « C’est impossible, techniquement » souligne Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral, l’autorité des Transports en commun. « Et on ne va pas jeter des rames qui peuvent encore servir ! » poursuit l’élue tout en soulignant le coût du matériel roulant, soit quelque 400 millions d’euros sur deux mandats (2008-2020). Les rames de la ligne A sont d’ailleurs prévues pour durer jusqu’en 2030-2032. Il faudra donc encore patienter pour avoir du frais sur la ligne historique du métropolitain lyonnais. 

Ligne B : la climatisation à partir de 2019

À la faveur de l’automatisation de la ligne B, de nouvelles rames climatisées seront mises en service sur la ligne qui sépare Charpennes de la gare d’Oullins. à partir de 2019 et ce, jusqu’en 2023, date à laquelle la ligne sera étendue à Saint-Genis-Laval/Hôpitaux. De quoi… réchauffer les stations ? « Non, nous avons des puits d’aération dimensionnés pour évacuer l’air chaud que générera la climatisation », répond Fouziya Bouzerda.

Lignes C et D : ni fenêtre, ni climatisation

La ligne D (Gare de Vaise-Gare de Vénissieux) et le funiculaire C pour la Croix-Rousse ne sont pas équipés de fenêtres à battants. Le Sytral a estimé que la profondeur du réseau à certains endroits (Bellecour, Saint-Jean, Croix-Rousse) permettait de réguler la température.

Rafraîchissement des rames

On essaye par ailleurs de rafraîchir au maximum les rames. Une partie des voitures des lignes A et B est ainsi stationnée en arrière gare, plus fraîche que le remisage (garage), pendant la nuit. Les autres rames stationnées en zone de remisage sont, elles, passées sous l’eau froide avant leur mise en service le matin. Quant aux rames de la ligne D, on les stationne dans les ateliers du Thioley (Vénissieux), à une température “modérée”, toujours selon le Sytral.

01/08/2018

Trains entre Lyon, Grenoble et Chambéry : l'Adut en a marre des rames surchargées en plein été

https://www.francebleu.fr/infos/transports/l-adut-en-a-ma...

mardi 31 juillet 2018 à 17:42

Par Céline Loizeau, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

Alors que des trains sont supprimés cet été, notamment en raison de travaux, les usagers de la ligne Lyon/Saint-André-le-Gaz/Grenoble-Chambéry doivent aussi composer avec moins de rames en service. Résultat, beaucoup de monde alors qu'il fait chaud.

22/04/2018

SNCF : l'étrange paradoxe des trains vides les jours de grève

http://www.europe1.fr/economie/sncf-letrange-paradoxe-des...

05h04, le 22 avril 2018

SNCF : l'étrange paradoxe des trains vides les jours de grève
Certains trains partent à vide les jours de grève.@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Alors que la grève contraint certains usagers de la SNCF à s'entasser dans des trains bondés, d'autres ont la surprise de voyager dans des wagons vides.

C'est reparti : la cinquième séquence de grève à la SNCF débute dimanche soir et se terminera mardi soir. La SNCF promet que 250 trains circuleront, à coup sûr, pendant tous les jours de grève jusqu'à la fin du mois, contre 800 en temps normal. Mais le paradoxe, c'est que lors des précédentes journées de grève, les trains n'étaient pas tout le temps pleins, voire quasiment vides parfois.

Des carrés de quatre pour une personne. C'est la drôle d'expérience qu'a vécu Catherine jeudi, alors qu'elle revenait de Bretagne. Ce matin-là, il n'y avait qu'un train pour assurer la liaison entre Rennes et Paris. Alors forcément, elle imaginait qu'il aurait beaucoup de voyageurs… mais non ! "Je m'attendais à devoir voyager entre deux wagons, assise sur mon sac, mais pas du tout, on avait des carrés de quatre pour une personne. Les gens ont dû prendre leurs dispositions pour voyager autrement parce que ça n'avait vraiment rien à voir avec l'affluence habituelle", raconte la voyageuse.

Voyageurs prévenus 15 jours avant. Une situation étrange que reconnaît la SNCF. Mais la compagnie l'assure : le problème est sur le point d'être réglé, explique Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF. "On a beaucoup dit aux voyageurs de ne pas venir en gare, de reporter leur voyage et que la différence entre entre jours de grève et jours normaux était bien réelle. C'est à nous de gérer les conséquences, pas aux voyageurs. Tous les trains qui sont mis en vente sur nos canaux de vente circuleront, c'est un engagement", assure-t-elle. Désormais, la SNCF promet de prévenir plus tôt les voyageurs des trains qui seront sûrs de circuler, 15 jours avant au lieu de deux jusqu'ici, pour leur permettre d'organiser leur voyage.

Par Naïla Derroisné, édité par C.L.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu