Avertir le modérateur

23/04/2015

Le Wi-Fi dans tous les trains, ce n'est pas pour demain

http://www.lefigaro.fr/voyages/2015/04/21/30003-20150421A...

Des voyageurs connectés à bord d'un TGV-Pro. © Sncf-médiathèque.

 

La SNCF vient d'annoncer l'installation du Wi-Fi à bord de ses trains. Mais à y regarder de plus près, cet équipement ne concerne qu'un tiers de la flotte et ne touche qu'une poignée de destinations. Explications.

Tous les passagers en ont rêvé, ce n'est hélas pas prêt d'arriver. Contrairement à un avion qui peut, pendant qu'il vole, recevoir un signal émis depuis une antenne terrestre, comme le permet aux États-Unis la société Gogo, ou bien par voie satellitaire, une méthode actuellement testée par Orange avec Air France, un train passe sous des tunnels, file entre deux rangées d'arbres, se glisse entre des immeubles… Autant d'obstacles qui nuisent à la bonne réception d'un signal.

Les 26 rames de Thalys seront équipées

Pourtant, la connexion est techniquement possible. La preuve par Thalys, précurseur du Wi-Fi à bord. Le transporteur a décidé de changer de procédé. Tous ses trains sont équipés d'antennes satellite. Mais, outre le problème des obstacles, l'augmentation vertigineuse des utilisateurs de smartphones a rendu plus criant le problème de la bande passante, cette caractéristique qui permet d'accueillir un nombre plus ou moins grand d'utilisateurs. Pour répondre à la demande, Thalys a décidé de revoir ce service, gratuit en confort 1. Le transporteur a fait appel au suédois Icomera pour mettre au point une solution de connexion par voie terrestre plutôt que par satellite. Cela implique que le réseau terrestre existant soit diversifié et perfectionné sur certaines portions du parcours pour garantir à bord un flux continu. Bonne nouvelle, les 26 rames Thalys devraient être dotées de cet équipement d'ici fin 2015.

300 passagers se connectent dans un TGV

Il n'en va pas de même pour les trains SNCF. D'abord, parce qu'en terme de flotte, des centaines de rames, et de réseau de voies ferrées, des dizaines de milliers de kilomètres la maison-mère se situe dans une toute autre catégorie. Le coût d'un tel changement technologique se trouve décuplé. Et pour quel bénéfice? On se souvient que l'essai de commercialisation du Wi-Fi à bord du TGV-Est avait été un échec cuisant. À l'heure du tout digital, les usagers ne comprennent pas qu'il faille payer pour communiquer. «On ne sort pas sa carte de crédit pour du Wi-Fi», juge un expert.

La SNCF a décidé de se plier à la demande mais de reporter la charge financière sur les opérateurs. Comme pour Thalys, elle leur a demandé de densifier le réseau 3G et 4G le long des voies. En contrepartie, ils pourraient augmenter leurs opérations: sur un TGV de 500 places, on estime que 300 passagers se connectent pendant le voyage. Toutefois, à bord d'un train circulant à 300 km/h, le smartphone doit changer d'antenne émettrice toutes les deux minutes. Un vrai casse-tête pour assurer une connexion fluide.

Une antenne sur le toit du train

© Sncf-Médiathèque.

 

La SNCF a ainsi lancé un appel d'offres avec pour objectif d'équiper 160 rames sur les 480 qu'elle possède. Les trois opérateurs Bouygues, Orange et SFR s'y emploient actuellement. La SNCF affirme qu'elle fera son choix parmi les solutions proposées aux cours de l'été. Les opérateurs préfèrent quant à eux évoquer l'automne.

L'installation consistera en une antenne installée sur le toit du train, qui redistribuera le Wi-Fi à l'intérieur des rames. Les lignes concernées par cette amélioration seront Paris-Lyon, Paris-Bordeaux et le TGV Est vers Metz et Nancy. Sur les autres lignes, les passagers se contenteront du réseau que captera leur téléphone.

Un coût de 350.000 € par rame

Ce choix étonne certains car les rames circulant entre Paris et Lille seraient tout à fait candidates à cette innovation puisqu'elles utilisent la même infrastructure que Thalys. La SNCF rétorque que la durée du trajet est trop courte pour justifier un investissement aussi important.

De même, pourquoi ne pas prolonger ce service au-delà de Lyon? D'autant que l'infrastructure terrestre entre Lyon et Marseille se trouve être d'excellente qualité et offre une bonne couverture réseau. Yves Tirode, le nouveau patron digital de la SNCF estime à 350.000 € le coût de l'équipement pour une seule rame. Une évaluation modérée par certains experts qui chiffrent l'installation à 200.000 €.

Il n'empêche, la problématique demeure inchangée pour la SNCF: comment financer un service aussi onéreux qui ne rapporte rien? Audacieuse, la Société nationale annonce que le Wi-Fi sera opérationnel à bord des 160 rames courant 2016. Les opérateurs émettent un avis plus réaliste: l'appel d'offres initial ne concernant qu'une seule rame, puis des tranches de 20 rames, l'opération devrait s'étaler sur plusieurs années. Patience…

09:19 Publié dans Confort, TGV, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2014

La SNCF va moderniser les toilettes dans les gares

http://www.europe1.fr/consommation/bientot-des-toilettes-...

Publié à 11h59, le 25 novembre 2014, Modifié à 15h30, le 25 novembre 2014

La SNCF va moderniser les toilettes dans les gares

© 2theloo.com

GRAND NETTOYAGE - La SNCF modernise ses toilettes pour les rendre "chaleureuses, et ludiques". Elle va même y installer des boutiques.

La compagnie ferroviaire va moderniser les toilettes des 38 gares les plus fréquentées de France, pour les rendre "modernes, chaleureux, et ludiques", révèle mardi Les Echos. Des boutiques y seront même installées.

Concrètement, ça va ressembler à quoi ? Après avoir passé un appel d'offres, la SNCF a décidé de faire appel à un prestataire unique pour ses nouveaux cabinets : le Néerlandais 2theloo. Ce dernier officie déjà à la Gare de Lyon, à Paris, et son offre va donc s'étendre à 37 autres gares. L'entreprise promet "un accueil client de qualité", incluant la présence systématique d'un salarié ainsi qu'une "une propreté irréprochable de l'espace et des équipements" assurée par un nettoyage en continu". Du papier peint décoré de motifs qui fleurent bon le patrimoine français (la Tour Eiffel et le Louvre à Paris, par exemple) décoreront également les murs.

Et surtout, la société installera des boutiques au sein des gares. Produits d'hygiène, boissons et cadeaux souvenirs pourront ainsi être consommés avant ou après votre petite ou grosse commission. Les utilisateurs des toilettes bénéficieront même de prix réduits sur la boutique.

En contrepartie, 2theloo a obtenu le droit d'augmenter le prix de l'accès aux toilettes, dans une limite de 70 centimes. Aujourd'hui, il vous en coûte entre 0 et 60 centimes selon les gares. L'argent ira à la société néerlandaise, pour se rémunérer de son service.

Pourquoi un tel programme ? Avant de mettre en œuvre son programme, la SNCF a réalisé une étude auprès de ses usagers. Verdict : "l'image des toilettes est globalement mauvaise, et plus mauvaise encore au niveau des clients non utilisateurs". L'idée est donc de rassurer l'usager réticent… Mais aussi de l'inciter à rester davantage en gare.

Avec l'ouverture prochaine des magasins le dimanche dans les gares, "la SNCF veut créer de véritables gares haut de gamme, des lieux de vie dans lequel l'usager aura envie de rester. La rénovation des toilettes participe de l'opération reconquête de la SNCF. Pour des gares haut de gamme, il faut des toilettes haut de gamme", analyse l'éditorialiste d'Europe1, Axel de Tarlé.

>> Écoutez à partir de 5''40 :

À quand les toilettes dans les trains ? La rénovation des toilettes participe donc d'une vaste opération commerciale. Mais elle ne suffit pas à séduire tous les usagers. "La propreté et la qualité des lieux sanitaires dans les gares sont un élément important. Mais la grande priorité aujourd'hui doit être dans les trains. Les doléances à ce sujet sont énormes encore aujourd'hui, y compris autour des trains récents", regrette ainsi Jean Lenoir, vice-président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), contacté par Europe1. Et ce dernier de poursuivre : "Lors de mon dernier voyage en TGV, un toilette sur six fonctionnait correctement. Ce n'est pas compréhensible". Selon une étude de la SNCF en date de 2009 et centrée sur les TGV, la satisfaction moyenne des clients concernant les toilettes atteignait 11/20.

14/04/2014

Opération WC propres dans les gares

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transpor...

Par Lionel Steinmann | 11/04 | 06:00

 La SNCF lance un appel d'offres sur les sanitaires d'une trentaine de gares pour « renouveler l'expérience client ».

 Fresque style « graffiti », dans les toilettes du néerlandais 2theloo à la gare de Lyon. - Photo DR

Fresque style « graffiti », dans les toilettes du néerlandais 2theloo à la gare de Lyon. - Photo DR

Un à un, la SNCF s'attaque aux stéréotypes qui gâtent son image auprès du public. Après le sandwich SNCF, rendu proverbial par son absence de goût et éradiqué l'an dernier à la faveur d'un changement de la restauration dans les trains, la compagnie ferroviaire s'attaque désormais à la qualité des toilettes en gare.

Pour le voyageur, ces lieux d'aisance évoquent pêle-mêle une odeur âcre, une faïence blanche hors d'âge et une propreté souvent aléatoire. Une perception sans doute injuste ici ou là, mais corroborée par les études menées par la SNCF : les WC en gare ont une mauvaise image, que ce soit auprès des utilisateurs comme des non-utilisateurs.

Pour y remédier, la compagnie vient de lancer un appel à candidatures pour exploiter les espaces sanitaires dans 26 de ses plus grosses gares, avec une extension possible à une trentaine d'autres. L'objectif est d'homogénéiser le niveau de qualité en faisant appel à un seul prestataire (ils sont plusieurs aujourd'hui), mais aussi d'«  améliorer l'expérience client ».

Recherche concept innovant

Les candidats devront rénover une partie des espaces qu'ils exploiteront, et sont invités à «  développer des concepts innovants ». La mise en place de services complémentaires (douche, espace pour changer bébé, maquillage…) est notamment évoquée. Les WC seront «  gardiennés », c'est-à-dire avec une présence humaine, comme c'est déjà souvent le cas. Selon la SNCF, les prestations proposées par le néerlandais 2theloo gare de Lyon à Paris, et par l'allemand Sanifair gare de l'Est correspondent assez bien à l'ambition de l'appel d'offres.

En proposant des WC de qualité aux voyageurs, la SNCF devrait accroître le temps qu'ils passent en gare, et donc augmenter leur faculté à consommer dans les espaces marchands, qui y sont de plus en plus nombreux. L'entreprise préfère, elle, mettre en avant que la mise à disposition de toilettes propres et bien tenues fait partie du minimum qu'elle doit aux voyageurs.

Le service ne sera toutefois pas gratuit : si la SNCF mettra à disposition les espaces, l'opérateur retenu se rémunérera en faisant payer l'accès, comme c'est déjà le cas aujourd'hui, avec un tarif de 0,50 centime d'euros gare Montparnasse aujourd'hui, et de 0,60 centime chez 2theloo gare de Lyon. Le futur prestataire fixera librement ses prix, même si la SNCF indique que le tarif fera partie des critères pour désigner le vainqueur de l'appel d'offres.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu