Avertir le modérateur

29/03/2016

Lyon: Une vingtaine de TER supprimée en Auvergne Rhône-Alpes faute de conducteurs

http://www.20minutes.fr/lyon/1814919-20160328-lyon-vingta...

TRANSPORTS A compter du 4 avril, plusieurs lignes seront affectées par cette diminution de l'offre de transport...

Lyon, le 19 novembre 2014. Illustration d'une rame TER Regio2N. Lyon, le 19 novembre 2014. Illustration d'une rame TER Regio2N. - Elisa Riberry / 20 Minutes

Elisa Frisullo

Publié le

La direction régionale de la SNCF qui évoquait, il y a encore quelques jours auprès des collectifs d’usagers, des « contraintes de production », reconnaît désormais une « erreur » dans ses prévisions. Résultat de cette mauvaise anticipation des départs à la retraite des conducteurs de trains, à compter du 4 avril, 21 TER sur les 1200 circulant chaque jour en Auvergne Rhône-Alpes vont être supprimés.

Les lignes les plus touchées dans la région, impactée comme d'autres territoires en France, seront les liaisons Saint-Etienne-Roanne, et Saint-André-le-Gaz, avec 8 TER supprimés chaque jour. Deux trains seront retirés sur la ligne Saint-Etienne-Firminiy et trois entre Saint-Etienne et Montbrison. 

Les usagers en colère

Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir les associations d’usagers, à l’instar de l’Adulst, Association de la ligne Lyon Saint-Etienne. « Nous sommes très surpris et mécontent d’une telle décision de la SNCF, qui est faite sans discussion et concertation avec l’ensemble des acteurs du ferroviaire. Ce manque de dialogue et d’écoute n’est en réalité qu’un manque d’anticipation de la SNCF », a réagit l’association, déplorant que les usagers des TER soient devenus «les parents pauvres de la SNCF». 

Rappelant le sentiment d’abandon très fort des voyageurs, confrontés à de fréquents retards ou à des supressions de trains, l’Adulst a réclamé une « réelle compensation financière pour les usagers empruntant les lignes impactées » et a demandé à la région Auvergne Rhône-Alpes, en charge des TER, d’obtenir de la SNCF  « un réel plan de prévision pour les prochaines années».

Une volonté de ne pas embaucher selon la CGT

Du côté du syndicat CGT Cheminots, la pilule a également du mal à passer. « Une formation de conducteur dure une année. L’anticipation est donc la base de la gestion de la SNCF », indique le syndicat, qui, derrière cette erreur de prévisions des effectifs, voit plutôt un « choix délibéré de la direction de ne pas embaucher de nouveaux conducteurs en nombre suffisant pour remplacer les départs à la retraite ».

« Cette erreur pourrait préfigurer une décision de réduction de l’offre, validée par le conseil régional, comme semble l’être la suppression des contrôleurs à bord des trains à partir de 1er juillet 216 », s’inquiète le syndicat.

>> A lire aussi : SNCF: La décision de supprimer des TER faute de conducteurs ne passe pas du côté de la Région

Suite à cette diminution de l’offre, le conseil régional, injoignable en ce lundi de Pâques, a indiqué à nos confrères du Progrès qu’elle avait demandé à la direction régionale de la SNCF « un quadruplement des pénalités initialement prévues par la convention TER ou une rétrocession du bénéfice de la dernière année de convention ». Soit une compensation financière comprise entre 15 et 20 millions d’euros.

Pour tenter de calmer la grogne des usagers, des cheminots et de la Région, la SNCF a prévu de remplacer certains trains supprimés par un service de cars. Selon la direction régionale citée par le quotidien régional, 69 futurs conducteurs seraient également en cours de formation pour être opérationnels entre le mois de mai et le dernier trimestre de l'année.

13/03/2016

Suppression de trains TER, la SNCF reconnaît une "erreur de prévision"

http://www.lepoint.fr/economie/suppression-de-trains-ter-...

Guillaume Pepy reconnaît qu'une erreur de prévision du nombre de départs à la retraite des conducteurs de TER a obligé le groupe à supprimer des trains.

Source AFP
Publié le | Le Point.fr
 
"Il manque environ une centaine de conducteurs pour ce premier semestre,  cela correspond à une erreur que nous avons faite il y a deux ans sur  notre prévision de départs à la retraite et, pour former un conducteur,  il faut environ 18 mois", a déclaré le président de la SNCF Guillaume Pepy au micro de France Info.

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a reconnu vendredi que le groupe avait fait une erreur de prévision du nombre de départs à la retraite de ses conducteurs de TER, l'obligeant à supprimer certains trains. « Il manque environ une centaine de conducteurs pour ce premier semestre, cela correspond à une erreur que nous avons faite il y a deux ans sur notre prévision de départs à la retraite et, pour former un conducteur, il faut environ 18 mois », a-t-il déclaré au micro de France Info. La situation devrait s'améliorer en juin, a-t-il promis.

« On fait tout ce qui est possible, on a demandé à certains conducteurs qui devaient partir à la retraite d'utiliser les congés qui leur restaient pour conduire, moyennant rétribution », a-t-il souligné, ajoutant que la SNCF allait recruter 1 000 nouveaux conducteurs au total cette année, comme l'an passé. Le manque de conducteurs de TER a obligé le groupe à supprimer certains trains en heures creuses dans les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Certains trains seront remplacés par des bus, mais pas de manière systématique. En Picardie, ce plan s'étale du 29 février au 16 avril et du 7 mars au 16 avril pour le Nord-Pas-de-Calais. Guillaume Pepy, qui a présenté dans la matinée les résultats annuels du groupe pour 2015, a également rappelé que la priorité de la SNCF était « les trains de la vie quotidienne et les réseaux des grandes villes ». « Le grand projet de la SNCF pour les cinq ans à venir, ce n'est pas un TGV de plus, c'est un RER de plus, qui va relier la gare Saint-Lazare à la porte Maillot, à la Défense et à Mantes, c'est-à-dire doubler en quelque sorte le RER A qui est le plus fréquenté d'Europe avec un million de voyageurs tous les jours », a-t-il rappelé.

29/02/2016

Quand la SNCF manque de conducteurs et supprime des trains

http://www.franceinter.fr/depeche-quand-la-sncf-manque-de...

éco du lundi 29 Février à 06H01

La SNCF manque de conducteurs pour ses trains © Romuald MEIGNEUX/SIPA - 2016

Plusieurs dizaines de trains sont supprimés chaque jour par manque de conducteurs, notamment sur les TER. La situation est plus tendue dans certaines régions comme le Nord-Pas-de-Calais Picardie.

Moins de trains en Picardie, à partir de ce lundi et ce durant un mois et demi, au moins. La SNCF va supprimer des TER en heure creuse. La raison, c'est que pour assurer le service normal, il manque des conducteurs.  La compagnie peine depuis quelques temps à en recruter suffisamment et donc la seule solution, c'est de réduire le nombre de trains en circulations.

Les usagers en Picardie vont donc en faire les frais mais ils ne sont pas les seuls. Cette semaine, par exemple, la région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes a déploré, dans un communiqué "musclé" la suppression de 24 trains TER, ce qui pénalise plus de 2.000 usagers, selon la région.

La Région ALPC refuse la suppression de 24 TER quotidiens imposée par la SNCF et résultant d’une pénurie de conducteurs

La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes a appris avec stupeur que SNCF ne pouvait plus assurer le plan de transport du Ter Aquitaine par manque de conducteurs (entre 16 et 20 sur le site de Bordeaux), un comble dans une période déjà compliquée pour les usagers.

La Région n’accepte pas cette situation. La Région investit pour que l’exploitant améliore la qualité du service, mais celui-ci se dégrade. Sans réaction rapide de SNCF pour rétablir le plan de transport, la Région ALPC prendra des mesures à la hauteur du service non rendu.

Pour rappel, la Région contribue à hauteur de plus de 120 M€ par an au fonctionnement du service Ter.

Parfois on déshabille Pierre pour habiller Paul : pour préserver l'Ile-de-France, la région qui possède le trafic ferroviaire le plus dense de France, c'est Champagne-Ardenne qui est ponctionnée.

Et le problème n'est pas marginal, mais national, assure la Fédération nationale des usagers des trains (Fnaut) dont les téléphones n'ont pas arrêté de sonner la semaine dernière. Des appels de partout : de la région Nord, d'Aquitaine, de Lorraine ou encore de Rhône-Alpes. Autant de régions où le fonctionnement de plusieurs lignes de TER pourraient être affectées faute de conducteurs.  

Les raisons de cette pénurie de conducteurs

Elles seraient à rechercher dans les départs à la retraite que la SNCF a mal anticipé et peine à remplacer.  Bien que le salaire des cheminots soit intéressant, le métier, bien souvent ne fait pas rêver : horaires décalés, formation de 18 mois et tests très exigeants. Devenir conducteur de train exige de devoir ingurgiter un manuel de 1000 pages, à apprendre quasi par cœur. La moitié abandonné en route ou échoue. A cela s'ajoute, en ce moment, la nécessité de solder ses congés de l'année précédente avant le 31 mars.

Pour Cyrille Vainsonneau, l'un des secrétaires nationaux de la Fédération générale autonome des agents de conduite-CFDT (FGAAC-CFDT), cette pénurie n'est pas près de se résorber et coûte très cher à la compagnie. Aux trains annulés et donc au manque à gagner, s'ajoute pour la SNCF le prix des chauffeurs déplacés sur d'autres régions, plus les pénalités versées aux opérateurs, souvent les régions, pour les trains qui ne passent pas. 

La SNCF comprend, dit-elle, la colère des collectivités et travaille à la calmer. 1200 conducteurs devraient être recrutés cette année. Un objectif atteignable, selon la direction.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu