Avertir le modérateur

29/03/2016

La SNCF supprime huit TER entre Grenoble et Lyon par manque de conducteurs

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/la-snc...

21 TER vont être supprimés quotidiennement à partir du 4 avril et jusqu'à début juillet en Auvergne-Rhône-Alpes, dont huit entre Grenoble et Lyon. 

  • France 3 Alpes avec AFP
  • Publié le 29/03/2016 | 12:16, mis à jour le 29/03/2016 | 12:16
© Franck Grassaud

© Franck Grassaud

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, avait reconnu le 11 mars dernier une "erreur" de prévision du nombre de départs à la retraite des conducteurs de TER. On croyait que seules les régions Hauts-de-France (ex-Nord-Pas-de-Calais-Picardie) et Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes étaient touchées. Auvergne-Rhône-Alpes vient de se rajouter à la liste.

Dans notre région, les suppressions de train décidées par la SNCF concerne donc en Isère les liaisons Saint-André-le-Gaz-Grenoble, soit huit TER supprimés. Les autre liaisons concernées : Saint-Étienne-Roanne (8 suppressions), Saint-Étienne-Firminy (2) et Saint-Étienne-Montbrison (3).

Auvergne-Rhône-Alpes demande au moins 15 millions d'euros d'indemnisation

"C'est ahurissant", s'est ému le vice-président de la région Auvergne-Rhône-Alpes en charge des Transports, le savoyard Patrick Mignola. "Nous avons demandé le quadruplement des pénalités initialement prévues par la convention TER ou la rétrocession du bénéfice de la dernière année de la convention."

La première hypothèse équivaudrait à une compensation financière d'environ 15 millions d'euros, la seconde d'environ 20 millions, selon l'élu.
M. Mignola met également en avant les "problèmes" rencontrés par l'entreprise ferroviaire dans la région pour justifier ces sommes: "on a un vrai problème de ponctualité et de régularité des trains, un problème incommensurable en matière d'infrastructures et maintenant on a le problème des conducteurs".

"Il faut que la SNCF nous indemnise pour l'ensemble de son oeuvre", a commenté le vice-président. La prochaine convention liera la SNCF et la nouvelle collectivité de 2017 à 2022.

La CGT dénonce les "choix politiques désastreux du gouvernement"

"Nous avons choisi des horaires qui permettent de diminuer au maximum les désagréments pour les voyageurs", a fait valoir une responsable de la direction régionale de la SNCF en précisant qu'un total de 1.200 trains circulent quotidiennement dans la région. Une campagne d'information associant l'envoi de mails, de SMS et la distribution en gare des nouvelles grilles horaires est organisée depuis mars, selon la même source.

"Les usagers du TER de la région Rhône-Alpes vont faire les frais des choix politiques désastreux du gouvernement, de la SNCF et de la région politique Auvergne-Rhône-Alpes", ont dénoncé les cheminots lyonnais de la CGT dans un communiqué.

"Les mesures annoncées vont jusqu'en juillet mais c'est un remède à moyen terme compte tenu des délais de formation des futurs conducteurs", a fait valoir Gabriel Exbrayat, de l'antenne locale de la Fédération nationale des usagers des transports, en déplorant être "mis devant le fait accompli".

Lyon: Une vingtaine de TER supprimée en Auvergne Rhône-Alpes faute de conducteurs

http://www.20minutes.fr/lyon/1814919-20160328-lyon-vingta...

TRANSPORTS A compter du 4 avril, plusieurs lignes seront affectées par cette diminution de l'offre de transport...

Lyon, le 19 novembre 2014. Illustration d'une rame TER Regio2N. Lyon, le 19 novembre 2014. Illustration d'une rame TER Regio2N. - Elisa Riberry / 20 Minutes

Elisa Frisullo

Publié le

La direction régionale de la SNCF qui évoquait, il y a encore quelques jours auprès des collectifs d’usagers, des « contraintes de production », reconnaît désormais une « erreur » dans ses prévisions. Résultat de cette mauvaise anticipation des départs à la retraite des conducteurs de trains, à compter du 4 avril, 21 TER sur les 1200 circulant chaque jour en Auvergne Rhône-Alpes vont être supprimés.

Les lignes les plus touchées dans la région, impactée comme d'autres territoires en France, seront les liaisons Saint-Etienne-Roanne, et Saint-André-le-Gaz, avec 8 TER supprimés chaque jour. Deux trains seront retirés sur la ligne Saint-Etienne-Firminiy et trois entre Saint-Etienne et Montbrison. 

Les usagers en colère

Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir les associations d’usagers, à l’instar de l’Adulst, Association de la ligne Lyon Saint-Etienne. « Nous sommes très surpris et mécontent d’une telle décision de la SNCF, qui est faite sans discussion et concertation avec l’ensemble des acteurs du ferroviaire. Ce manque de dialogue et d’écoute n’est en réalité qu’un manque d’anticipation de la SNCF », a réagit l’association, déplorant que les usagers des TER soient devenus «les parents pauvres de la SNCF». 

Rappelant le sentiment d’abandon très fort des voyageurs, confrontés à de fréquents retards ou à des supressions de trains, l’Adulst a réclamé une « réelle compensation financière pour les usagers empruntant les lignes impactées » et a demandé à la région Auvergne Rhône-Alpes, en charge des TER, d’obtenir de la SNCF  « un réel plan de prévision pour les prochaines années».

Une volonté de ne pas embaucher selon la CGT

Du côté du syndicat CGT Cheminots, la pilule a également du mal à passer. « Une formation de conducteur dure une année. L’anticipation est donc la base de la gestion de la SNCF », indique le syndicat, qui, derrière cette erreur de prévisions des effectifs, voit plutôt un « choix délibéré de la direction de ne pas embaucher de nouveaux conducteurs en nombre suffisant pour remplacer les départs à la retraite ».

« Cette erreur pourrait préfigurer une décision de réduction de l’offre, validée par le conseil régional, comme semble l’être la suppression des contrôleurs à bord des trains à partir de 1er juillet 216 », s’inquiète le syndicat.

>> A lire aussi : SNCF: La décision de supprimer des TER faute de conducteurs ne passe pas du côté de la Région

Suite à cette diminution de l’offre, le conseil régional, injoignable en ce lundi de Pâques, a indiqué à nos confrères du Progrès qu’elle avait demandé à la direction régionale de la SNCF « un quadruplement des pénalités initialement prévues par la convention TER ou une rétrocession du bénéfice de la dernière année de convention ». Soit une compensation financière comprise entre 15 et 20 millions d’euros.

Pour tenter de calmer la grogne des usagers, des cheminots et de la Région, la SNCF a prévu de remplacer certains trains supprimés par un service de cars. Selon la direction régionale citée par le quotidien régional, 69 futurs conducteurs seraient également en cours de formation pour être opérationnels entre le mois de mai et le dernier trimestre de l'année.

13/03/2016

Suppression de trains TER, la SNCF reconnaît une "erreur de prévision"

http://www.lepoint.fr/economie/suppression-de-trains-ter-...

Guillaume Pepy reconnaît qu'une erreur de prévision du nombre de départs à la retraite des conducteurs de TER a obligé le groupe à supprimer des trains.

Source AFP
Publié le | Le Point.fr
 
"Il manque environ une centaine de conducteurs pour ce premier semestre,  cela correspond à une erreur que nous avons faite il y a deux ans sur  notre prévision de départs à la retraite et, pour former un conducteur,  il faut environ 18 mois", a déclaré le président de la SNCF Guillaume Pepy au micro de France Info.

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a reconnu vendredi que le groupe avait fait une erreur de prévision du nombre de départs à la retraite de ses conducteurs de TER, l'obligeant à supprimer certains trains. « Il manque environ une centaine de conducteurs pour ce premier semestre, cela correspond à une erreur que nous avons faite il y a deux ans sur notre prévision de départs à la retraite et, pour former un conducteur, il faut environ 18 mois », a-t-il déclaré au micro de France Info. La situation devrait s'améliorer en juin, a-t-il promis.

« On fait tout ce qui est possible, on a demandé à certains conducteurs qui devaient partir à la retraite d'utiliser les congés qui leur restaient pour conduire, moyennant rétribution », a-t-il souligné, ajoutant que la SNCF allait recruter 1 000 nouveaux conducteurs au total cette année, comme l'an passé. Le manque de conducteurs de TER a obligé le groupe à supprimer certains trains en heures creuses dans les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Certains trains seront remplacés par des bus, mais pas de manière systématique. En Picardie, ce plan s'étale du 29 février au 16 avril et du 7 mars au 16 avril pour le Nord-Pas-de-Calais. Guillaume Pepy, qui a présenté dans la matinée les résultats annuels du groupe pour 2015, a également rappelé que la priorité de la SNCF était « les trains de la vie quotidienne et les réseaux des grandes villes ». « Le grand projet de la SNCF pour les cinq ans à venir, ce n'est pas un TGV de plus, c'est un RER de plus, qui va relier la gare Saint-Lazare à la porte Maillot, à la Défense et à Mantes, c'est-à-dire doubler en quelque sorte le RER A qui est le plus fréquenté d'Europe avec un million de voyageurs tous les jours », a-t-il rappelé.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu