Avertir le modérateur

20/05/2014

SNCF : 2.000 rames de TER commandées sont trop larges, selon Le Canard enchaîné

http://www.francebleu.fr/infos/sncf-2-000-rames-de-ter-co...

par Marina Cabiten, France Bleu

Mardi 20 mai 2014 à 18h01

La SNCF a commandé près de 2.000 rames TER neuves qui sont trop larges pour un grand nombre de quais, selon Le Canard enchaîné daté du mercredi 21 mai. L'hebdomadaire ajoute que Réseau ferré de France a déjà dépensé 80 millions d'euros pour raboter ces quais.

Départ du nouveau TER de la SNCF, Régiolis (Alstom), fin avril 2014 à Strasbourg Clément Lacaton © Radio France

Ca se joue à "une dizaine de centimètres" de chaque côté, selon Le Canard enchaîné. Dans son numéro du mercredi 21 mai, le journal satirique relate que la SNCF a commandé près de 2.000 nouvelles rames pour ses futurs TER, qui sont trop larges pour 1.200 quais concernés, dans des centaines de gares en France.

Résau ferré de France aurait déjà déboursé en urgence 80 millions d'euros pour raboter 300 quais, notamment en Midi-Pyrénées. Si l'on multiplie ce chiffre par quatre pour atteindre le nombre de quais annoncés comme trop étroits par l'hebdomadaire, on arrive à une facture totale de 320 millions d'euros pour cette erreur.

D'où vient-elle ? Toujours selon Le Canard enchaîné, la SNCF a communiqué aux ingénieurs d'Alstom et de Bombardier, pour ces nouvelles rames plus larges, des dimensions basées sur les données de Réseau ferré de France (RFF). Mais ces mesures datent d'une trentaine d'années, rappelle le journal, alors que de nombreuses gares ont été construites plus de cinquante ans avant ces normes. Les trains étaient alors encore plus fins.

09/04/2014

La SNCF réorganise ses TER pour calmer la colère des régions

http://www.lefigaro.fr/societes/2014/04/08/20005-20140408...

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jourle 09/04/2014 à 14:46
    • Publiéle 08/04/2014 à 20:27
«Les 20 régions qui disposent de TER auront un directeur», explique Alain Le Vern.

 

La qualité du service et la ponctualité devraient s'améliorer avec la mise en service, à partir du 22 avril, de nouveaux trains.

À force de ruer dans les brancards, les régions auront-elles gain de cause? La SNCF a annoncé mardi son intention de réorganiser sa direction TER. L'objectif est d'améliorer le service rendu aux collectivités locales. «Les 20 régions qui disposent de TER auront un directeur avec des responsabilités importantes qui travaillera directement avec le conseil régional et une organisation par région afin d'avoir le meilleur TER possible», a expliqué mardi le nouveau directeur général régions et intercités, Alain Le Vern. Ancien président de la région Haute-Normandie, il est au fait des critiques adressées par les élus à l'entreprise publique. Cette décentralisation devrait lui permettre de mieux s'adapter à la demande des régions.

La qualité du service et la ponctualité devraient logiquement s'améliorer avec la mise en service, à partir du 22 avril, de nouveaux trains livrés avec un an de retard sur le calendrier prévu. Avec l'arrivée de ces trains construits par Bombardier et Alstom, la flotte sera plus homogène. «Il y aura des gains en termes d'opérations de maintenance», assure Alain Le Vern. Donc moins de retard ou de suppressions de trains pour cause d'indisponibilité du matériel. «Nous voulons des TER plus performants, plus réguliers et qui permettent un voyage plus agréable dans des trains innovants, avec une information en temps réel, via des écrans dans les trains. Il y a une volonté d'avoir une meilleure information», a ajouté Alain Le Vern.

Alors que, pour bien des régions, le transport est souvent le premier budget, devant les lycées, la SNCF doit aussi calmer leur fronde financière. Sur ce point, Alain Le Vern a aussi promis plus de «transparence» sur les prix. ­Actuellement, les régions se plaignent de l'opacité de la tarification. La SNCF doit prendre cette colère d'autant plus au ­sérieux que les régions ont demandé il y a un mois que la législation française soit modifiée: elles veulent avoir la possibi­lité de faire appel à d'autres prestataires que la SNCF pour exploiter les TER.

09/01/2014

La SNCF lève une option de 30 Jumbo TER construits par Bombardier

http://www.mobilicites.com/fr_actualites_la-sncf-leve-une...

6 janvier 2014

Le 23 décembre 2013, la SNCF levait une option pour 30 Regio 2N supplémentaires pour le compte des régions Midi Pyrénées, Pays de Loire et Picardie. Une commande de 277 millions d'euros. Il s'agit de rames à deux niveaux, ultra capacitaires. Les premières versions de ce "Jumbo TER" doivent circuler en Rhône-Alpes début 2014


"L'A380 des trains régionaux", come le surnomme le président de la SNCF, Guillaume Pepy. © Ch. Recoura - Cliquez pour agrandir la photo
 
Joli cadeau de Noël pour Bombardier avec la levée de l'option par la SNCF de 30 trains TER à deux niveaux, les Regio 2N (en photo). A ce jour, le constructeur canadien implanté en France (son usine de Crespin dans le Nord, emploie 2 000 personnes) dispose d'un carnet de commandes de 159 Regio 2N.

La commande, qui sera financée par les Régions, s'élève à environ 277 millions d'euros. Elle fait partie du contrat signé en 2010 avec la SNCF qui prévoit la fabrication d'un maximum de 860 trains. Ces nouveaux trains seront livrés entre juin 2016 et avril 2017, dans différentes versions.


760 places assises

Avec ses 760 places assises par rame dans sa version la plus longue - un tiers de capacité en plus que le plus gros TER existant - le Regio 2N a été conçu pour répondre aux besoins des lignes ferroviaires régionales les plus chargées.
"En unité multiple de trois trains de 110 mètres, il offre 1 800 places assises et une capacité totale de 3 000 voyageurs", indiquait Jean Bergé, président de Bombardier Transport France, en septembre 2013 lors de la présentation de la première rame aux élus régionaux.


Intérieur du train à deux niveaux de Bombardier. © Ch. Recoura - Cliquez pour agrandir la photo
Ce nouveau train de trois mètres de large est disponible en diverses configurations : six à dix voitures, 81 à 135 mètres de long. Suivant sa motorisation, il peut filer de 160 km/h à 200 km/h. Il est équipé de portes de 1,60 mètre, d'amples plate-formes de six mètres carrés et d'un accès de plain-pied pour faciliter les flux de passagers. 

La Région Pays de Loire a sélectionné une version pouvant être exploitée à 200km/h et qui sera aménagée en 2+2. De son côté, la Picardie a commandé une version extra longue de 135 mètres, comportant dix voitures.

A ce jour, neuf régions ont donc passé une commande ferme de 159 rames Regio 2N. De quoi alimenter les chaînes de production du constructeur pendant deux ans.
Et après ? L'avenir du constructeur qui emploie 2 000 salariés sur le site de Crespin, auxquels il faut ajouter les 8 000 à 10 000 employés par ses sous-traitants, est plus incertain.

Nathalie Arensonas

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu