Avertir le modérateur

08/05/2016

Le cadeau de Manuel Valls à Jean-Paul Huchon

On aurait voulu de l'impartialité et quelqu'un qui connait les dossiers brulant dans la nomination d'un tel poste !

Ça devient désespérant de voir de tels agissements encore de nos jours :(

Eric

http://actu.orange.fr/politique/le-cadeau-de-manuel-valls...

Le cadeau de Manuel Valls à Jean-Paul Huchon

6Medias, publié le Vendredi 06 Mai 2016 à 11h27

Mais que devient Jean-Paul Huchon ? On l'avait laissé après avoir abandonné l'idée de briguer un 4ème mandat à la tête de la région Ile-de-France au profit de Claude Bartolone, mais depuis, il n'a pas chômé. Car « dans la vie, les gentils ne perdent pas toujours » , aurait déclaré l'homme politique qui selon Le Monde n'aurait pas tout perdu. Le socialiste a été nommé chargé d'une mission de conseil pour relancer l'attractivité touristique de la France, qui souffre après les attentats de Paris.

Une activité rémunérée. « C'est une façon pour Manuel de reconnaître que je n'ai pas totalement démérité » , aurait-il analysé. Au programme, de nombreux voyages qui se te termineront en juillet prochain, mois de la fin de la mission. Jean-Paul Huchon aura alors 70 ans. Mais l'heure de la retraite n'a pas encore sonné. Selon Le Monde, Manuel Valls devrait lui trouver une belle place comme président de l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières, l'Arafer. Salaire : 148 000 euros bruts annuels pour un mandat de 6 ans.

01/05/2016

Patrick Jeantet futur président de SNCF Réseau

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/04/30/patr...

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Philippe Jacqué

Patrick Jeantet, futur président de SNCF Réseau.
Patrick Jeantet, futur président de SNCF Réseau. ERIC PIERMONT / AFP

Patrick Jeantet devrait prendre la présidence de SNCF Réseau en lieu et place de Jacques Rapoport. C’est en tout cas le candidat que François Hollande, le président de la République, a désigné samedi 30 avril. Dès le 28 avril, la lettre professionnelle Mobilettre avait annoncé cette probable nomination. Lundi 2 mai, le conseil de surveillance de la SNCF doit proposer la candidature de l’actuel directeur général délégué de Paris Aéroport.

En mars, après la démission de Jacques Rapoport, le gouvernement avait hésité entre son profil et celui de Jean-Pierre Farandou, le PDG de Keolis. À l’époque, M. Farandou, fin connaisseur de la SNCF pour y avoir vécu l’essentiel de sa carrière, avait été choisi. Cependant, l’Arafer, le gendarme du rail avait mis son veto à cette nomination, car le parcours de M. Farandou ne donnait pas toutes les garanties d’indépendance du gestionnaire d’infrastructure vis-à-vis de SNCF Mobilité.

« X-Ponts » globe-trotter

Cette fois, ni l’Arafer ni le Parlement ne devraient bloquer la candidature de Patrick Jeantet qui, à 56 ans, n’a jamais travaillé directement pour la SNCF. En revanche, il connaît le groupe public, car l’ingénieur polytechnicien a travaillé de 2005 à 2013 pour Keolis, la filiale du groupe public. Ironie du sort, il a travaillé un an sous les ordres de Jean-Pierre Farandou en tant que directeur général délégué…

Avant cela, cet « X-Ponts » globe-trotter a travaillé aux quatre coins de la planète tout d’abord pour des groupes de BTP : Bouygues en Algérie ou à Hong Kong, puis Sogea, pour développer de nouveaux marchés en Afrique avant de travailler dans les « utilities » et plus précisément dans la gestion de l’eau pour International Water, une coentreprise de Bechtel et de United Utilities. Il passera trois ans aux Philippines avant de rejoindre en 2000 Londres, puis Paris, d’abord chez Keolis, puis à Aéroports de Paris, devenu récemment Paris Aéroports.

Patrick Jeantet aura deux tâches très importantes et compliquées : gérer et moderniser un réseau ferroviaire à bout de souffle, le tout avec une dette exponentielle, qui approche désormais les 43 milliards d’euros. La seconde tâche sera de trouver un modus vivendi avec Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF et PDG de SNCF Mobilité. Ce dernier a placé nombre de ses « hommes » à SNCF Réseau, depuis que ce dernier, autrefois appelé RFF, a été rapproché de la SNCF, consacrant une véritable OPA de la SNCF sur RFF.

08/04/2016

Avec la SNCF, l’État a toujours un train de retard

http://www.usinenouvelle.com/article/avec-la-sncf-l-etat-...

Par Par Olivier Cognasse - Publié le | L'Usine Nouvelle n°3463


Cet article est réservé aux abonnés de l’Usine Nouvelle La dépréciation record des actifs de la SNCF marque une nouvelle étape dans la crise traversée par l’établissement public. Et ressemble à un appel au secours en direction de l’État.

Candidat de la SNCF et du président de la République, Jean-Pierre Farandou devait succéder à Jacques Rapoport, démissionnaire, à la tête de SNCF Réseau. Mais l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) s’y oppose. Le 30?mars, elle a émis un avis défavorable, craignant le manque d’indépendance de Jean-Pierre Farandou vis-à-vis de SNCF Mobilité. L’État peut faire appel devant le Conseil d’État… Si la SNCF et l’État passent en force, le président de l’opérateur de transport de voyageurs Keolis quittera une entreprise en bonne santé pour rejoindre un gestionnaire des infrastructures du réseau ferroviaire plongé dans les abîmes de la dette. La SNCF vient de franchir la barre symbolique de 50?milliards d’euros de dettes, dont plus de 42?milliards pour SNCF Réseau (ex-Réseau ferré de France - RFF). Pour ne rien arranger, la direction de la SNCF a décidé de déprécier les actifs de 12,2?milliards d’euros, dont 9,6?milliards pour la seule branche infrastructures, dont les actifs ne valent plus que 33?milliards d’euros.

En 2005, RFF avait déprécié plus de 10?milliards d’euros d’actifs avant de les réévaluer pour une somme comparable trois ans plus tard. En 2011 et en 2013, la SNCF a procédé à deux dépréciations concernant essentiellement le matériel roulant, pour 840?millions d’euros et 1,4?milliard. Cette nouvelle dépréciation serait-elle une simple écriture ­comptable ? « C’est très grave. La SNCF organise son insolvabilité », dénonce Yves Crozet, économiste des transports et professeur au Laboratoire aménagement économie transports (Laet). Pierre Cardo, le président de l’Arafer, n’est pas plus tendre : « La[…]

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu