Avertir le modérateur

06/02/2015

SNCF : Alstom livrera le remplaçant du Corail avec un an de retard

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/tran...

(Crédits : Reuters)

Fabrice Gliszczynski  |  06/02/2015, 7:27

Appelés à remplacer une partie des vieux Corail, les premiers des 34 Coradia Liner commandés en 2013, entreront dans le parc de la SNCF fin 2016 avec un an de retard en raison des difficultés rencontrées l'an dernier par un équipementier. Des discussions sur des pénalités sont en cours. Pour l'appel d'offres d'une deuxième tranche de commande, prévue en 2015, la SNCF souhaite un train "facilement mobilisable".

Départ à la retraite retardé pour les vieux Corail de la SNCF utilisés sur le réseau Intercités. La livraison des premiers Coradia Liner d'Alstom commandés en 2013 est retardée d'un an. Ils entreront dans le parc de la SNCF non pas fin 2015 comme préfu mais un an plus tard.

 

«Il y a eu un peu de retard du côté d'Alstom et les premières rames vont arriver fin 2016 au rythme de deux à trois rames par mois», a indiqué ce mardi Jean Ghedira, le directeur d'Intercités lors de la présentation d'une nouvelle offre tarifaire.

 

Soit un retard d'un an par rapport au calendrier annoncé en décembre 2013 lors de la signature de la convention du financement du renouvellement des trains d'équilibre du territoire (TET) entre le ministère des transports, la SNCF et l'agence de financement des infrastructures de transports (Afit), laquelle apporte un chèque de 510 millions (+100 millions en option) pour l'achat de ces 34 rames, mais aussi pour construire et adapter des centres de maintenance. Les premières livraisons étaient prévues au dernier trimestre 2015.

 

Pénalités

 

Interrogé ni la SNCF, ni Alstom n'ont souhaité expliquer les causes de ce retard.

 

"Nous sommes en discussion pour ajuster le nouveau calendrier de livraison", indique-t-on chez Alstom. Dans les discussions, figurent bien entendu les questions de pénalités à verser à la SNCF, précise-t-on à la SNCF.

 

Selon des sources industrielles, ce retard serait la conséquence des difficultés financières rencontrées l'an dernier par CEIT l'équipementier en charge de l'aménagement intérieur des trains, repris en septembre par Barat.

 

"Ils sont aujourd'hui en train d'absorber le retard", explique une source chez Alstom.

 

C'est donc le même problème que celui qui était intervenu sur les Regiolis (TER). Le Coradia Liner est d'ailleurs un train Regiolis adapté à des distances plus longues avec un confort amélioré.

 

Ils doivent être positionnés sur des lignes thermiques de «moyenne longue distance», comme Paris-Amiens-Boulogne, Paris-Troyes-Belfort, Bordeaux-Nantes, Nantes-Lyon, ou Bourges-Montluçon.

 

Deuxième commande en 2015

 

Cette première commande faisait partie des avancées de la convention actuelle signée entre l'Etat et la SNCF.

 

Reste la deuxième tranche pour renouveler d'ici à 2025 l'ensemble du parc Corail de la SNCF, annoncée par l'ancien premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en juillet 2013. Un an plus tard, en juillet 2014, la SNCF a remis un rapport à la DGITM (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer), qui fait office de cahiers des charges pour le futur appel d'offres concernant les trains des grosses lignes Intercités de la SNCF : Bordeaux-Marseille, Paris-Clermont-Derrand, Paris-Limoges, Paris-Caen-Cherbourg.  "On parle d'une commande à hauteur de 1,5-2 milliard d'euros" rappelle Jean Ghedira, précisant que la "SNCF a donné des idées précises sur le confort car, et c'est paradoxal, nos trains sont vieux, mais nos clients plébiscitent le confort". Et d'ajouter :

 

"L'idée de la SNCF est d'avoir du matériel assez rapidement mobilisable et donc de ne pas créer un train ex-nihilo"

 

"Cela peut donc être soit du matériel sur étagère qui existe déjà et qui circule ailleurs à l'étranger, soit dans le cadre de Regiolis, d'une adaptation de la plateforme actuelle", explique un expert.

 

L'industrie ferroviaire pousse pour le Regiolis d'Alstom ou le Regio 2N de Bombardier.

 

"Cette commande permettra d'éviter une catastrophe pour la filière ferroviaire", explique un observateur, "au moment où les commandes TER sont en panne et celles de TGV incertaines".

 

 Examiné il y a un an et demi pour la ligne Paris-Clermont le projet d'utiliser de vieux TGV a été abandonné.

 

 Cet appel d'offres devrait être lancé en 2015, mais précise un industriel, «le volume de rames n'a pas encore été indiqué». Il dépendra de la nouvelle carte des dessertes TET.

03/11/2014

Trains trop larges : où en est la SNCF ?

http://www.europe1.fr/economie/trains-trop-larges-ou-en-e...

Publié à 08h30, le 03 novembre 2014, Modifié à 12h35, le 03 novembre 2014

Trains trop larges : où en est la SNCF ?

TRANSPORT - La SNCF a commencé à raboter des centaines de quais de gare suite à une commande de trains trop larges. Où en sont les travaux ?

L'affaire avait frappé l'opinion publique tant elle était cocasse. En avril dernier, on apprenait que la SCNF avait commandé 340 rames… trop larges pour les gares françaises. Pour pouvoir faire rouler ces nouveaux Trains express régionaux (TER), la SNCF devait entreprendre le rabotage de 1.300 quais de gare. Six mois après, où en est-elle de cette entreprise ?

Deux tiers des travaux effectués. La SNCF peut se féliciter, les deux tiers des quais concernés ont été transformés. Comment expliquer une telle rapidité ? Elle avait en fait débuté les travaux il y a un an, c'est à dire bien avant que n'éclate la polémique en avril. L'entreprise est donc largement dans les délais. Il lui reste d'ailleurs encore deux ans pour finir le rabotage des quais.

Possible retard dans la réception des nouvelles rames. C'est en effet en 2016 que la SNCF doit recevoir les nouvelles rames, fournies par Alstom et Bombardier. Ces nouveaux TER ont l'avantage pour les particuliers d'accueillir plus de voyageurs et d'être accessibles aux handicapés en fauteuil roulant.

Mais la SNCF pourrait les recevoir avec du retard, les deux constructeurs ayant des problèmes avec leurs fournisseurs. La SNCF demande donc à Alstom et à Bombardier des dédommagements, sous forme de réductions de prix sur les prochaines livraisons.

Une erreur de 50 millions d'euros. Ces travaux de rabotage représentent un coût de 50 millions que la SNCF, en avril, avait minimisé. "Nos quais ont 150 ans d’âge. Ces trains sont des trains neufs. A chaque fois que nous introduisons un nouveau matériel roulant, nous devons modifier les infrastructures”, s'était justifié sur Europe 1 Jacques Rapoport, le patron de Réseau Ferré de France (RFF).

Il avait également expliqué que ces 50 millions étaient prévus dans le budget normal d'investissements de RFF qui est d'un montant total annuel de 2,5 milliards d'euros.

20/10/2014

Alstom et Bombardier pourraient payer 100 à 150 millions d’euros de pénalités à la SNCF

http://www.usinenouvelle.com/article/alstom-et-bombardier...

Par  - Publié le 17 octobre 2014, à 15h13

Alstom - Le train Régiolis

Les retards dans les livraisons des nouveaux TER vont coûter cher aux deux constructeurs de matériel roulant. La SNCF envisage de leur faire payer des pénalités. Une histoire qui se répète après celle des Francilien.

100 à 150 millions d’euros ! C’est la somme que pourraient verser les constructeurs Alstom et Bombardier à la SNCF en compensation des retards importants sur les livraisons des nouveaux TER. Ceux-ci atteindraient environ un an sur un certain nombre de rames.

Il y a quelques mois, lors de la polémique des quais trop larges, la SNCF laissait entendre à L’Usine Nouvelle que ces retards de livraisons n’existaient pas, malgré les rumeurs insistantes.

Aujourd’hui, Alstom et la SNCF ne nient plus que la production ne suit pas. C’est un sujet qui devient récurrent entre les constructeurs et l’opérateur de transport. Les livraisons des nouveaux Transilien de Bombardier ont été un casse-tête pendant deux ans. Alors, on peut se demander si les relations entre les deux parties ne sont pas biaisées. La SNCF impose des délais intenables et les constructeurs acceptent les conditions sans en mesurer les conséquences, de peur de perdre les contrats gigantesques qu’on leur fait miroiter.

Revoir les planning de livraison

Les régions sont déjà montées au créneau, à commencer par l’Aquitaine, qui a suspendu depuis avril 2013 le paiement de 43 millions d’euros à la SNCF pour la facture de ces nouveaux trains régionaux. Toutefois, la SNCF indique que des discussions sont en cours et que son but n’est pas de mettre en péril les industriels.

À ce jour, Alstom a reçu une commande de 184 rames Regiolis pour 13 régions, et Bombardier doit livrer 159 rames Regio2N pour 10 régions. Mais seules 36 rames Regiolis ont été livrées à ce jour. Chez Alstom, on confirme: "Nous recalons le planning de livraisons car le programme est ambitieux. C’est un train très apprécié des usagers."

Au départ, le contrat gigantesque signé par les régions avec les deux constructeurs concernait près de 1 900 rames, mais la crise économique est passée par là.

Olivier Cognasse

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu