Avertir le modérateur

21/06/2016

Trop c'est trop => Rendez-vous le 23 juin à 8h45 devant l'hôtel de région

Mesdames, Messieurs,
 
Vous trouverez ci-joint un communiqué diffusé ce jour à l'attention des adhérents de l'ADUT, des élus et des médias.
 
 
Nous vous remercions de diffuser plus largement ce communiqué et nous restons à votre disposition pour répondre à vos sollicitations dans la mesure de nos disponibilités.
 
D'ici là, nous vous donnons rendez-vous le 23 juin à 8h45 devant l'hôtel de région à Lyon 2ème.

1 esplanade François Mitterrand
 69002 Lyon

Objectif : Obtenir la gratuité pour 2 mois d’abonnement suite aux dysfonctionnements de ce début d’année.

Tram T1 - Arrêt Hôtel de Région - Montrochet

Plan Hotel de région.jpg

 
Cordialement,
 
Pour l'ADUT,
Patrice BELVEGUE
Secrétaire de l'ADUT
--
Association Dauphinoise des Usagers du Train
1285, Route de la croix St Marc
38440 Ste Anne sur Gervonde
Email : adut.ter.ra@gmail.com
Blog :  http://adut.20minutes-blogs.fr/

20/06/2016

"Trop c'est trop !" disent les usagers du train des lignes Grenoble-Lyon et Chambéry-Lyon

https://www.francebleu.fr/infos/transports/trop-c-est-tro...

Par Nicolas Crozel, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie vendredi 17 juin 2016 à 9:04

les usagers du TER sont exaspérés
les usagers du TER sont exaspérés © Maxppp - Maxppp

Ils ont compté 53 jours de grève sur leur ligne depuis le début de l'année, et dès la semaine prochaine ce sont des travaux qui vont perturber leur quotidien. Ils demandent un geste sur l'abonnement mensuel qu'ils payent plein pot.

"Qui se moque des usagers qui payent leurs abonnements sans avoir aucun service en retour ?" Voilà comment commence la missive adressée par l'Association dauphinoises des usagers du train (ADUT) envoyée à la direction régionale de la SNCF et au vice-président chargé des transports à la région. L'ADUT a en effet totalisé pas moins de 53 jours de grève depuis le 1er janvier et dresse la (longue) liste des désagréments.

 

"Ce printemps, nous avons eu droit à la réduction de l’offre car la direction de la SNCF 'a découvert' début 2016 qu’il allait lui manquer des conducteurs pour faire circuler ses trains TER. Résultat note l’Association, Début avril, puis début mai, ce sont 20 TER qui sont supprimés dont certains en heures de pointe (8 sur Lyon / Chambéry et 12 sur Saint-André-le-Gaz ou Rives / Grenoble) imposant à de nombreux usagers des heures supplémentaires de déplacement travail/domicile et cette situation va perdurer jusqu’en décembre 2016 !"

"Nous ne sommes pas contre les travaux, nous demandons juste un service de substitution correct."

Par ailleurs d’importants travaux vont être réalisés cet été entre la Tour du Pin et Chambéry, du viaduc du Grenant et du pont-rail St Charles à Cognin. L’ADUT affirme avoir fait, début mars, des proposions de scénarii à la SNCF pour réduire les impacts de la fermeture de la ligne Saint-André-le-Gaz / Chambéry du 23 juin au 30 août. Toujours selon l’ADUT, SNCF Mobilité n’a répondu que fin mai (trois mois plus tard) et présente les fiches horaires qui sont prévues et les moyens de substitution "qui vont conduire les usagers à subir des conditions de transport vraiment très dégradées et un allongement des durées de transport."

"_Nous ne sommes pas contre les travaux, nous demandons juste un service de substitution correct" _déclare sur France Bleu Isère le secrétaire de l’association, Patrice Belvègue, qui rappelle aussi "qu’une négociation interne à la SNCF sur les futures conditions de travail des salariés de la SNCF est le prétexte pour un certain nombre d’entre eux à se mettre en grève pénalisant une fois de plus les usagers."

Un service réduit pendant l’été

A ces événements, s’ajoute aussi de la mi-juillet jusqu’à fin août, une réduction supplémentaire de l’offre avec la mise en place du service estival ! "Eh oui, il paraît que les usagers pendulaires ont six semaines de congés l’été" ironise Patrice Belvègue. L’association demande donc un geste sur les abonnements qui sont payés par avance par les usagers. L‘ADUT estime que la SNCF devrait offrir deux mois gratuits à ses abonnés.

L'ADUT demande deux mois gratuits pour les abonnés TER

"Afin que l’usager revienne au centre des discussions, nous demandons à M. Patrick Mignola d’organiser dès le mois de septembre des assises du TER d’Auvergne-Rhône-Alpes pour que toutes les parties prenantes : AOT, SNCF direction et syndicats, associations d’usagers aboutissent à la mise en place d’actions visant à faire circuler tous les trains, avec une ponctualité d’au moins 90% sur l’ensemble des lignes d’Auvergne-Rhône-Alpes pour les trains en heure de pointe, et dans des conditions correctes pour les usagers (le transport debout devant être exceptionnel." rajoute l’Adut dans son communiqué.

D’ici là, pour que les élus de la région d’Auvergne-Rhône-Alpes prennent conscience de leur besoin et de leur colère, l’Adut appelle ses membres à se rassembler jeudi 23 juin devant le siège de la région à Lyon à 8h45.

Patrice Belvègue le secrétaire de l'Adut est l'invité de France Bleu Isère l_invite_de_france_bleu_isere_matin-aod-net_367d4624-9176...

10/02/2016

Performance des trains régionaux (TER, RER, Transiliens)

http://www.quechoisir.org/transport/train-route/communiqu...

Face au train de retard français, l’UFC-Que Choisir passe à l’action

 

Alors que le nombre de plaintes des 4,3 millions de voyageurs quotidiens des transports régionaux ne désenfle pas et que les Conseils régionaux, piliers du système, sont renouvelés en décembre prochain, l’UFC-Que Choisir épingle,chiffres à l’appui, la qualité et le coût des TER, RER et Transiliens. Sur cette base, l’association passe à l’action et appelle les usagers à la mobilisation à travers une pétition «Payons en fonction de la qualité» et une application pour smartphone à télécharger gratuitement. De même, l’association intervient auprès des pouvoirs publics en vue de l’instauration d’une tarification à la qualité réelle des transports, et dépose un recours gracieux auprès du Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF).

Qualité et Ponctualité : les trains régionaux français à la traîne !
En 2014, seulement 89,5% des TER sont arrivés à destination avec un retard inférieur à 6 minutes. Malgré plus de 7 milliards d’euros investis par les régions dans le renouvellement des TER depuis 2002, on constate une dégradation inacceptable de la  ponctualité, qui était meilleure il y a dix ans (90,4%). La France se situe bien loin des performances de nos voisins européens comme l’Allemagne, les Pays-Bas (94,9%), ou l’Autriche (96,4%).
 

Les performances des TER sont en outre très variables d’une région à l’autre.

 
Si l’Alsace (95,2% de ponctualité), et dans une moindre mesure la Champagne-Ardenne ou la Bretagne, affichent une ponctualité satisfaisante, les régions du Sud de la France présentent une qualité désastreuse, notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur (seulement 77,3% de ponctualité).

En Ile-de-France, la situation n’est pas plus brillante, avec 550 000 usagers des RER et Transiliens qui subissent chaque jour un retard.

Chiffres officiels de ponctualité, reflet amincissant des difficultés réelles des voyageurs
Les chiffres officiels, loin de refléter fidèlement les difficultés quotidiennes des voyageurs, font en réalité preuve d’une inadmissible cécité statistique. Les retards inférieurs à 6 minutes ne sont pas comptabilisés, et les heures de pointe ne sont pas distinguées des heures creuses. De ce fait, les 10 000 usagers quotidiens de la ligne TER Beauvais-Paris, loin des 90,6 % de ponctualité officiellement annoncés dans leur région, atteignent péniblement les 77,1% de trains ponctuels les jours ouvrés aux heures de pointe(1) .

Pire, les données officielles masquent une grande partie des trains annulés, puisque sortent totalement des statistiques tous les trains supprimés au plus tard la veille avant 16h. C’est ainsi jusqu’à 10% des TER chaque mois, et même 25% en juin 2014, qui ne roulent pas mais ne sont pas comptabilisés comme des trains annulés.

TER : Des coûts d’exploitation 50% plus élevés qu’en Allemagne
Ces médiocres performances ont pourtant un coût considérable : 10,3 milliards d’euros ont été consacrés en 2013 aux trains régionaux. Les subventions atteignent quant à elles l’équivalent, hors investissements, de 7 800 € par abonné au TER et par an, et de 1 500 € en Ile-de-France. En cause, la dérive des coûts d’exploitation de la SNCF, protégée par son monopole. Pour le TER, et hors péages pour l’utilisation des rails, la SNCF a vu ses frais d’exploitation au kilomètre passer en dix ans de 13,1 € à 18,5 €. Un emballement de 41%, 2,3 fois plus élevé que l’inflation. En conséquence, l’exploitation des TER est aujourd’hui 50% plus coûteuse en France qu’en Allemagne, où la mise en concurrence des exploitants ferroviaires existe de longue date.

Qualité des trains régionaux, une remise à plat s’impose
Cet échec durable de la SNCF et de la RATP est notamment le résultat des faibles incitations à la qualité : les bonus/malus, qui incluent une part de rémunération variable dans les subventions reçues par les transporteurs pour les trains régionaux, sont dérisoires : en moyenne, moins de 1% du total des subventions. De même, les abonnés qui subissent ces retards ne sont, sauf rares exceptions encore  embryonnaires, pas indemnisés par les transporteurs.

Face à ces constats marquant les échecs lourds et durables de la SNCF et de la RATP, l’UFC-Que Choisir agit sur plusieurs fronts : 

  • L’UFC-Que Choisir lance aujourd’hui une application gratuite pour smartphones, « Anti-Retards ». Elle permet aux voyageurs de signaler facilement tout incident subi, contribuant ainsi à la mise en place d’un observatoire indépendant et participatif de la qualité dans les transports régionaux ;
  • L’association lance la pétition « Payons en fonction de la qualité », demandant une baisse automatique du tarif des abonnements en cas de retards récurrents sur une ligne ;
  • L’UFC-Que Choisir  forme un recours gracieux auprès du syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF) pour que celui-ci modifie les conventions qui le lient à la SNCF et à la RATP afin de mettre en place des dispositifs réellement incitatifs pour une meilleure qualité de service ;
  • L’association demande l’autorisation de l’expérimentation de l’ouverture à la concurrence de l’exploitation des trains régionaux, pour les régions qui le souhaitent. Cette concurrence permettrait, à l’horizon 2030, 20% d’économies sur l’exploitation des TER.

(1) Retards et annulations relevés d’octobre 2014 à mars 2015, par un collectif d’usagers de la ligne Beauvais-Paris.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu