Avertir le modérateur

22/06/2018

Grève du Samedi 23 Juin 2018 (Jour perlé)

Bonsoir,

La SNCF a décidé que demain Samedi seul un ter pour se rendre sur Lyon était suffisant arrivé à 9h04

Il ne faut pas travailler dans le commerce le samedi , c'est interdit  car vous n'aurez aucun service public pour vous rendre sur votre lieu de travail.

Par contre si vous habitez uniquement dans les très grandes villes de France vous avez alors gagner au loto et le droit d'avoir 9/10 de chance d'avoir un très beau TGV pour vous rendre uniquement et TRÈS RAPIDEMENT dans une autre très grande villes de France.

C'est ça le service public !

Donc à beau répéter comme toutes les études scientifiques et des rapports pertinents:  LÂCHER ce FOUTU TGV !

Eric

 

Veuillez trouver ci-joint les horaires pour demain :

https://www.ter.sncf.com/auvergne-rhone-alpes/horaires/gr...

01 - Grenoble - Bourgoin - Lyon

Grenoble - Bourgoin-Jallieu - Lyon / samedi 23 Juin

54 - Chambéry - Lyon

Chambéry - Lyon / samedi 23 Juin

62 - Grenoble- St André le Gaz

Grenoble - St-André-le-Gaz / samedi 23 Juin

Mis à jour le vendredi 22 Juin à 16h

Grève du Vendredi 22 Juin 2018 (Jour perlé)

Bonjour,

Voici les horaires pour demain Vendredi 22 juin 2018 jour perlé :

https://www.ter.sncf.com/auvergne-rhone-alpes/horaires/gr...

01 - Grenoble - Bourgoin - Lyon

Grenoble - Bourgoin-Jallieu - Lyon / vendredi 22 Juin

54 - Chambéry - Lyon

Chambéry - Lyon / vendredi 22 Juin

62 - Grenoble - St André le Gaz

Grenoble - St-André-le-Gaz / vendredi 22 Juin

Mis à jour le jeudi 21 Juin à 16h

 

Les conducteurs, noyau dur de la grève à la SNCF

https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/06/22/les-co...

Les conducteurs représentant 9% des cheminots. Photo JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP

Les conducteurs représentant 9% des cheminots. Photo JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP

Depuis le début du mouvement de grève à la SNCF contre la réforme ferroviaire, un corps de métier résiste à l’érosion de la mobilisation: les conducteurs de trains, une corporation très soudée et syndiquée.

Les 13 500 conducteurs (soit 9% des cheminots, selon des chiffres de 2017) ont été les plus mobilisés depuis le début et le taux de grévistes est rarement descendu en-dessous de 50% au sein de cette profession.

Taux de grévistes au plus bas lundi

Lundi 18 juin, au 32e jour de grève, 43,8% des conducteurs étaient en grève, le taux le plus bas depuis le début du mouvement, mais il restait plus élevé que celui des contrôleurs (38%) et des aiguilleurs (17%). Le taux global, tous métiers confondus, était descendu à 10,8%, selon les chiffres communiqués par la SNCF.

«Le succès de la grève repose sur les épaules» des conducteurs, estime Dominique Andolfatto, professeur de science politique et spécialiste des syndicats. «C’est la profession phare de la SNCF, l’équivalent des pilotes d’avion d’Air France. Ils considèrent qu’ils doivent montrer l’exemple et avoir un rôle d’entraînement.»

Métier stratégique

«A la SNCF, il suffit que les conducteurs, les aiguilleurs, un certain nombre de métiers stratégiques soient mobilisés et on bloque complètement la circulation des trains», explique Eric Dhenin, chargé de l’encadrement des conducteurs et cadre à la CFDT Cheminots. Il considère que les conducteurs ont une «capacité de mobilisation ancienne, forte, inscrite».

«C’est également une corporation très soudée, ça explique qu’elle soit plus syndiquée», ajoute M. Andolfatto.

S’il n’est pas possible d’obtenir le pourcentage de syndiqués chez les conducteurs, les résultats des dernières élections interprofessionnelles de 2015 placent la CGT en tête de leurs votes (35% - en dessous de la moyenne de 42% sur l’ensemble des cheminots), devant SUD-Rail (30% - taux le plus haut enregistré sur l’ensemble des cheminots) et la CFDT (20% - également le taux le plus élevé).

Pression des collègues

Lorsque autant de conducteurs sont en grève, il peut être compliqué pour les non-grévistes de continuer à travailler. «Quand vous prenez le train et que vous passez par un piquet de grève, ça met une petite pression», témoigne, sous couvert d’anonymat, un conducteur de train à Paris, qui rapporte que certains de ses collègues ont eu «des soucis pour faire partir leur train» lors de précédents mouvements sociaux.

«Il y a une certaine pression du corps professionnel en interne, notamment au vu de sa capacité de nuisance. Certains l’utilisent pour obtenir la mobilisation de ceux qui ne souhaitent pas s’inscrire dans le mouvement», reconnaît Éric Dhenin.

Poids des syndicats

Pour lui, le poids des syndicats s’explique par les avancées sociales gagnées au cours de décennies de «luttes», citant notamment les grandes grèves de 1986 et 1987.

«Il y a eu une évolution tant sur les compensations salariales que la qualité de vie au travail. Maintenant les découchées (nuits passées en dehors du domicile) se font dans des endroits plus confortables», explique-t-il. La rémunération a été au cœur de nombreuses revendications. Aujourd’hui, un conducteur perçoit environ 2 300 euros net en début de carrière.

Une rémunération qui permet de tenir la grève

Pour Vincent Schaller, secrétaire régional SUD-Rail à Strasbourg, cette rémunération permet à certains conducteurs de tenir dans la durée du mouvement: «le niveau salarial est un peu plus élevé que sur la moyenne des cheminots, donc ça nous permet de faire plus grève qu’un cheminot sédentaire qui gagne 1 200 euros par mois.»

Le cycle de grève débuté le 3 avril se finira le 28 juin. Seuls la CGT et SUD-Rail ont pour l’instant prévu de poursuivre le mouvement pendant l’été.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu