Avertir le modérateur

13/07/2013

Accident de Brétigny : « Après les bateaux, les trains poubelles »

Bonjour,

Toutes nos pensées vont directement aux victimes de ce train et à leurs familles.

Nous sommes tous touchés et émus devant l'ampleur des dégâts qui aurait pu nous arriver sur notre ligne par exemple vu les problèmes à répétition de ces derniers jours.

Comment ne pas faire la comparaison entre notre ligne Lyon Grenoble - Lyon Chambéry et la ligne Paris Orléans Limoges.

Les 2 lignes font parties des 12 lignes malades :

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20110110.OBS5979/...

Il est vrai que nous sommes au début de l'enquête mais pas mal d'éléments ont déjà été écartés (vitesse, erreur humaine).

L'ADUT demande depuis de nombreuses années des travaux d'envergures mais nécessaires et qui étaient prévus : doublement de la ligne, le noeud férroviaire lyonnais.

Malheureusement la SNCF mais surtout la classe politique ont préféré mettre tous les moyens sur le tout TGV durant des décennies. Il serait bon que ces derniers prennent le train de monsieur tout le monde. Nous commençons à payer cette mauvaise stratégie avec des lignes TER vaillissantes et du matériel roulant insuffisant et ancien (les voitures corails circulent sur le réseau depuis 1975).

Les 26 milliards d'Euros que va coûter le Lyon Turin permettraient de faire des miracles dans le TER français au lieu de jeter l'argent du contribuable par les fenêtres !!!

Eric

http://www.rue89.com/2013/07/13/accident-bretigny-apres-l...

Pascal Riché | Cofondateur Rue89

Mis à jour le samedi 13 juillet 2013 à 9h27

« On se disait depuis longtemps qu’il allait se passer quelque chose. » Pour le porte-parole d’une association d’usagers, « il y aura un avant et un après Brétigny ».


L’Intercités Paris-Limoges accidenté, en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne), le 12 juillet 2013 (TRIBOUILLARD -POOL/SIPA/SIPA)


Une éclisse (Wikimedia Commons/CC)

« La SNCF est responsable de la vie de ses clients et nous agissons en ce sens », a déclaré samedi le président de la SNCF Guillaume Pepy au cours d’une conférence de presse, au lendemain de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge. Selon la SNCF, c’est la défaillance, au niveau d’un aiguillage, d’une éclisse, agrafe métallique de dix kilos reliant deux rails, qui a provoqué l’accident. L’éclisse est « sortie de son logement » pour se placer « au centre de l’aiguillage ». Les 5000 éclisses du même type vont, en urgence, être inspectées sur le réseau, a annoncé Guillaume Pépy.

Vétusté ? Sabotage ? Certes, il faut attendre les résultats des trois enquêtes (diligentées par le ministère des Transports, la SNCF et la justice) pour comprendre les raisons précises de cette défaillance. Mais pour Willy Colin, porte-parole de l’Association des voyageurs usagers des chemins de fer (AVUC), cet accident, qui a fait six morts, s’inscrit dans un contexte bien précis, celui de la vétusté croissante de certaines lignes du réseau.

Rue89 : Peut-on déjà relier l’accident de Brétigny à une mauvaise gestion du réseau ferroviaire ?


Willy Colin (@Willy_Colin)

Willy Colin : Ce serait malhonnête de faire un lien direct. Mais ce qu’on peut observer c’est qu’il ne s’agit pas d’une erreur humaine : le conducteur roulait normalement. C’est donc, pour reprendre les mots de Guillaume Pepy, le patron de la SNCF, un problème de roue ou un problème de rails. Ou des deux. Or, nous observons pour notre part que cet accident a eu lieu sur la liste des douze lignes malades de la SNCF, qui a été présentée par Guillaume Pepy en janvier 2011 : la ligne Paris-Orléans-Limoges.

Qu’est-ce qu’une « ligne malade » ?

C’est une ligne qui a été abandonnée, qui n’a pas été entretenue, qui n’a pas reçu les investissements nécessaires. La SNCF prend comme critère les trains annulés ou retardés, mais la conséquence de ce mauvais entretien, ce sont aussi les risques qu’il représente pour la sécurité des passagers, du fait d’une infrastructure dégradée : voie, dallage, caténaires, électrification, aiguillages, signalisation... A-t-on tout mis en œuvre pour effectuer les travaux nécessaires sur ces lignes malades ? C’est la question qui doit être posée.

L’autre aspect de ces lignes malades concerne les matériels roulants. Sur les trains Intercités, ils sont vétustes, si vous les comparez aux TGV ou aux TER. Le convoi du Paris-Limoges était hétéroclite : il y avait différentes sortes de wagons (Corail, Intercités, etc.). On parle de « bateaux poubelles », on peut aussi parler de « trains poubelle ». Ce n’est pas pour rien qu’il y a quelques jours, Jean-Marc Ayrault a promis de renouveler la flotte des trains Intercités. L’état du réseau et du matériel, sur de nombreuses lignes, est à bout de souffle, ce qui menace des vies humaines. Aujourd’hui, nous posons la question à la SNCF : est-elle en capacité de faire circuler tous ces trains ? Il faut vérifier en urgence tout le matériel.

Pourquoi ces trains Intercités sont-ils les plus délaissés ?

On peut se demander si la sécurité n’a pas été sacrifiée sur l’autel de la rentabilité. Le réseau secondaire a été délaissé au profit du TGV. Les trains Intercités sont les trains « d’équilibre du territoire », des liaisons dites « modestes ». Elles sont financées par l’Etat, avec la SNCF comme opérateur. Mais les finances de l’Etat sont exsangues. Les TER, eux, ne sont pas vétustes : ils sont financés par les régions, qui ont fait des efforts énormes pour renouveler leur flotte. L’Etat, lui, a-t-il fait son travail, investi suffisamment d’argent ? Il est clair que non.

Au sein de notre association, nous nous disions depuis longtemps que ces lignes Intercités étaient entrées dans une zone de danger, qu’il allait se passer quelque chose.

L’avez-vous dit publiquement ?

Non, nous évoquions ce risque dans nos conversations.

Quand cette dérive a-t-elle commencé ?

Elle a commencé avec la réforme de la SNCF [en 1997, ndlr] et il faut la mettre en parallèle avec la suppression de postes sur les réseaux. Le ferroviaire est désormais soumis à une directive européenne de libre concurrence : la SNCF se prépare à affronter sur les lignes la concurrence d’autres opérateurs. Elle s’est donc lancée dans des économies. La catastrophe de Brétigny s’inscrit dans ce contexte et force à réfléchir sur l’évolution actuelle. Il y aura je pense un avant et un après Brétigny.

12/07/2013

Jeudi 11 juillet 2013 : 3 Problèmes en cascade autour de Lyon

Bonsoir,

On commence par ceci en début d'après midi :

http://www.leprogres.fr/actualite/2013/07/11/un-tgv-percu...

Faits divers. Un TGV percute un piéton dans l’Isère

Publiée le 11/07/2013 à 15:41

L'accident s'est produit sur la ligne TGV au sud de Lyon, au niveau de Cour-et-Buis.

/Photo archives Jean-Pierre Balfin

/Photo archives Jean-Pierre Balfin

Vers 14 heures, ce jeudi, le TGV 6189 a percuté une personne traversant une voie dans l’Isère, entre Saint-Georges d’Espéranche et Lapeyrouse-Mornay. On ignore pour l’heure s’il s’agit d’un suicide.

Cet accident a provoqué l’immobilisation du TGV et l’arrêt de toute circulation sur les deux voies. Les autres TGV venant du sud et du nord ont été détournés de la ligne grande vitesse et ont transité pour Lyon-la Part-Dieu, ce qui a entraîné un retard pour chaque train d’une heure environ. 

Selon la SNCF , la situation pourrait se débloquer sur la ligne TGV vers 16 heures.
 

 

Annie Demontfaucon

 

 
---------------------------------------------------------------------------------------
2ème problème, on est dans le 16h40 pour Chambery, le départ est imminent,
Mais on attend bien 16h48 pour nous signaler le problème de Chambéry, les démineurs sont à l'ouvrage.
Dommage on ne pourra pas prendre le 16h44 pour Grenoble.

http://www.ledauphine.com/savoie/2013/07/11/bagage-suspec...

Bagage suspect : la gare de Chambéry évacuée

Photo d'illustration archives Le DL

Photo d'illustration archives Le DL

Un bagage suspect repéré par un contrôleur dans un TGV assurant la liaison entre Lyon et Annecy a provoqué l’évacuation par précaution de la gare de Chambéry en attendant l’arrivée de démineurs de Lyon. L’incident est en cours depuis 16 h 40 et la circulation des trains interrompue pour l’heure dans tout le secteur.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est pas finit, le 3ème problème :

On nous fait monter dans le 17h14 pour Grenoble

On est tous bien serrer , les derniers sont debouts

Malheureusement problème d'acheminement du personnel, train supprimé

C'est là que nous attendions le 17h44 dont le quai n'est toujours pas indiqué

le 17h40 pour Chambéry/Modane est lui annoncé avec 20mn de retard

La solidarité des usagers fonctionne, nous arrivons à faire une voiture à 5 personnes.

La femme d'un voyageur avait pris sa voiture au lieu du train MIRACLE !!!

d'un autre coté une autre voiture se prépare avec d'autres usagers

Nous sommes arrivé à 19h10 avec plus de 2h de retard et nous sommes vraiment chanceux

 

http://www.leprogres.fr/actualite/2013/07/11/incendie

Transports. Un incendie sur les voies à Saint-Fons paralyse le trafic des trains

Un incendie sur les voies paralyse actuellement le trafic SNCF au sud de Lyon. A la gare Part-Dieu, des centaines de voyageurs sont en attente.

 

/Photo archives Le Progrès Philippe Juste

/Photo archives Le Progrès Philippe Juste

Journée noire pour la SNCF dans la région lyonnaise. Alors qu'une personne a été heurtée par un train dans l'après-midi, entraînant une interrumption totale du trafic de 13h40 à 16h45, un incendie s'est déclaré "aux abords des voies près de Lyon", selon la SNCF qui affirme que le feu est désormais maîtrisé.

Un feu s’est en effet déclaré à 18h15 à Saint-Fons au milieu des voies. Afin d’intervenir, les pompiers ont demandé la rupture électrique ce qui a occasionné l’arrêt total du trafic venant du grand Sud (Marseille, Saint-Etienne, Chambéry, Grenoble).

Ce faisceau électrique qui a été interrompu gère l’entrée sud de la gare de la Part-Dieu. L’incendie a été maîtrisé à 19 heures. A l’heure actuelle, les trains vont pouvoir commencer à circuler mais, selon la SNCF, le trafic va s’écouler lentement.

Quant à l’incident également au sud de Lyon, dans l’Isère, si les voies ont été dégagées, il subsiste encore quelques retards résiduels, indique la SNCF

L'interruption du trafic a provoqué une accumulation de voyageurs dans la gare de la Part-Dieu à Lyon, comme en témoignent de nombreux internautes sur les réseaux sociaux:

View image on Twitter

2013-07-11 17.44.09.jpg

2013-07-11 17.56.42.jpg

retard2.jpg

retard .jpg

 Merci à zeneke de la Verpillière pour ses captures d'écran

-------------------------------------------------------------------------------------------------

N'hésitez pas à nous relater vos péripéties de ce retour tornitruant.

La SNCF était completement dépassé par les évenements qui se sont enchainés.

Eric

La gare rouverte vers 18 h 15 après l’alerte au bagage suspect

http://www.ledauphine.com/savoie/2013/07/11/bagage-suspec...

Dans le hall de la gare de Chambéry vers 18 h 30, l’activité a repris mais les policiers sont encore présents sur les lieux en nombre. Photo DL

La gare de Chambéry, qui avait été évacuée par précaution peu après 16 h 30 ce jeudi 11 juillet à la suite de la découverte d’un bagage abandonné et suspect dans un TGV reliant Lyon à Annecy, a pu être rouverte aux environs de 18 h 15. Des démineurs sont intervenus, sondant le bagage avant de l’ouvrir.  Le bagage, qui avait été dérobé ce matin apparemment à un voyageur rentrant sur Paris, et qui n’a déclaré le vol qu’à son arrivée dans la Capitale, contenait finalement du matériel professionnel (de cinéma). Le trafic a été interrompu en attendant l’arrivée des démineurs et leur intervention sur la région SNCF de Chambéry. Il a pu reprendre mais les trains au départ et à l’arrivée en gare de chambéry accusent pour la plupart environ 30 minutes de retard.

le 11/07/2013 à 17:29

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu