Avertir le modérateur

26/06/2013

Lyon: Part-Dieu, gare à l'embolie!

http://www.lexpress.fr/region/lyon-part-dieu-gare-a-l-emb...

Par Nicolas Barriquand, publié le24/06/2013 à 11:57

Archisaturée, Part-Dieu, la principale gare de Lyon absorde un trafic sans cesse plus intense. 

Le ton monte sous le panneau d'affichage. Dans la cohue, deux hommes viennent d'entrechoquer leurs valises. Un vendredi soir ordinaire à la gare de la Part-Dieu... Dimensionnée pour 35000 voyageurs quotidiens, elle en accueille aujourd'hui 120000 en moyenne, et jusqu'à 150000 les jours de pointe! Première gare de transit de France, la Part-Dieu repousse sans cesse les limites de sa saturation. "A sa création, en 1983, on sortait des Trente Glorieuses, du règne du tout voiture. Personne n'avait imaginé les succès du TGV et du TER", analyse Josiane Beaud, directrice régionale de la SNCF. Avec 817 trains par jour, en majorité des express régionaux, la Part-Dieu frise l'embolie.

Comment l'éviter ? Gérard Collomb souhaite étendre la gare... vers le bas. Enterrer des voies et leurs quais, comme à Turin, limiterait l'empiétement du ferroviaire sur le quartier d'affaires. Mais cette gare souterraine, que le maire de Lyon espère "d'ici dix à quinze ans" (des études préliminaires sont en cours), coûte cher. Très cher: entre 1,73 et 2,53 milliards d'euros pour quatre voies et les aménagements, ­selon un rapport d'octobre 2011. "Si onéreux soit-il, cet investissement se justifie, car il ne concerne pas qu'un trafic local: la Part-Dieu se trouve sur l'axe national Nord-Sud, affirme Yves Crozet, membre du Laboratoire d'économie des transports de l'université Lyon II. On ne pourra pas échapper à cette gare souterraine." Ce n'est pas l'avis de Christophe Geourjon. Le conseiller municipal (UDI) de Lyon propose une autre solution: soulager la Part-Dieu en détournant une partie du trafic vers la gare sous-exploitée de Saint-Exupéry -Perrache est également saturée, selon la SNCF. Et relier les deux en dix minutes à l'aide d'un nouveau métro, dont il estime le coût à 1 milliard d'euros. "Difficile de priver les Lyonnais de TGV au coeur de leur ville", doute Josiane Beaud. 

"On ne peut pas se permettre d'attendre le grand soir ferroviaire, poursuit la représentante de la SNCF, en référence à la gare souterraine. Il faut vivre, entre-temps. "Comment? Un quai supplémentaire, le K, a été ajouté en décembre 2011. Une voie L est attendue pour 2021 (pour environ 83 millions d'euros). M et N pourraient suivre. Après, terminé! L'extension en surface aura alors grignoté toutes les réserves foncières disponibles. La SNCF et Réseau ferré de France (RFF) étudient par ailleurs la construction d'accès aux quais par l'avenue Pompidou. Soit six ensembles d'escaliers, Escalator et ascenseurs (pour environ 45 millions d'euros), prévus pour 2019 et que pourrait utiliser un voyageur sur cinq. Ces béquilles donneront un peu d'air dans le hall principal. A moins que l'augmentation continue du trafic ne les fasse passer inaperçues... 

24/06/2013

SNCF. Tarifs discriminatoires : l’AVUC saisit le tribunal administratif

http://www.lemainelibre.fr/actualite/sncf-tarifs-discrimi...

L’AVUC (Association des Voyageurs Usagers des Chemins de fer) vient de déposer un recours contre la SNCF et son président Guillaume Pépy, devant le tribunal administratif.
L’AVUC (Association des Voyageurs Usagers des Chemins de fer) vient de déposer un recours contre la SNCF et son président Guillaume Pépy, devant le tribunal administratif.
Photo "Le Maine Libre", Hervé Petitbon

L’AVUC (Association des Voyageurs Usagers des Chemins de fer) vient de déposer un recours contre la SNCF et son président Guillaume Pépy, devant le tribunal administratif.

Ce recours concerne l’initiative « les samedis de TGV » annoncée en mai dernier par la direction de la SNCF. L’AVUC constate en effet que les tarifs proposés sont différents :

20 euros aller-retour pour des parcours en 2e classe entre Paris et les villes desservies par le TGV Nord mis en service en 1993, contre 30 euros entre Paris et les villes desservies par le TGV Atlantique mis en service en 1989 et 1990 (notamment Le Mans, Tours, Vendôme…) ou Est (notamment Reims).

L’AVUC estime que "cet écart de prix est discriminatoire et que la SNCF ne respecte pas le cahier des charges de sa mission de service public rappelé par un avis du Conseil d’Etat de 1993".

L’AVUC a appris que cette offre réservée aux «TGVistes » du Nord avait été pérennisée suite à l’intervention de Martine Aubry, maire de Lille. "Dès la fin mai, l’AVUC a contacté par courrier le président de la SNCF pour lui demander de respecter l’égalité de traitement due aux voyageurs. Mr. Pépy n’ayant ni répondu, ni agi en ce sens, l’AVUC a décidé de saisir la juridiction compétente, le tribunal administratif de Paris, pour obtenir gain de cause."

lundi 24 juin 2013
- 11:04

22:23 Publié dans SNCF, TGV | Lien permanent | Commentaires (0)

Aléas du lundi 24 au dimanche 30 juin 2013

Déposez un commentaire afin de signaler un retard, un dysfonctionnement. Lors d'un grand clash comme une panne de train bloquant la circulation, vos commentaires déposés permettront de tenir informé chaque usager au fil de l'eau. Bonne semaine à chacun.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu