Avertir le modérateur

07/03/2019

LGV Lyon-Turin : l'Italie veut rediscuter de la facture

Bonjour,

Qui veut mettre un pays à plat et des générations futures avec une dette de 36 milliards d'euros pour un projet non prioritaire !

Alors que des citoyens veulent aller travailler tous les jours aller au lycée!

75% des trains de l'avant pays savoyard sont supprimés mais par contre certains veulent à tout prix nous emmener à Turin ????

Il ne serait pas très malin d'envoyer à la catastrophe l'Italie, car l'Europe suivra bêtement. L'Italie ce 'nest pas le budget de la Grèce !

Eric

 

https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/03/07/lgv-ly...

Le gouvernement italien remet en cause la pertinence de la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin. Photo Marco BERTORELLO/AFP

Le gouvernement italien remet en cause la pertinence de la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin. Photo Marco BERTORELLO/AFP

Le gouvernement populiste italien a indiqué jeudi vouloir rediscuter avec la France et l’UE de la pertinence du controversé projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin, ainsi que d’une éventuelle "répartition différente de ses coûts économiques". Avec une coalition divisée, le chef du gouvernement semble vouloir gagner du temps.

Le gouvernement italien estime que de récentes estimations, notamment "en matière de volume de trafic sur les rails", imposent de rediscuter avec les partenaires du Lyon-Turin "afin de vérifier s’il est toujours pertinent et, si tel est le cas, de la possibilité de répartir différemment ses coûts économiques".

"En l’absence d’accord final, de nouvelles rencontres seront nécessaires", ajoute le communiqué, alors qu'une décision définitive sur le projet, remis en cause depuis l'arrivée aux commandes de la coalition populiste, était attendue vendredi.

La coalition toujours divisée

Après un sommet gouvernemental dans la nuit de mercredi à jeudi, qui n’a pas permis de trouver un compromis, il est possible que le chef du gouvernement Giuseppe Conte cherche à nouveau à gagner du temps, alors que le dossier divise la majorité au pouvoir, formée par La Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème).

"Si nous prenons quelques semaines de plus en tant que gouvernement pour prendre une décision, je ne crois pas que ce soit véritablement un problème", a ainsi commenté jeudi le chef de file du M5S au sénat, Stefano Patuanelli.

Une étude polémique

Vieux de plusieurs décennies, le projet de LGV vise à réduire les transports de camions pour les transférer sur le rail et à diviser par deux le temps de trajet pour les passagers, en mettant Turin à deux heures de Lyon. Son élément central est un tunnel de 57,5 km qui a commencé à être creusé dans les Alpes italiennes et françaises et dont le coût est estimé à 8,6 milliards d’euros.

Une analyse coûts-bénéfices commandée par le gouvernement italien a estimé que cette ligne présenterait "une rentabilité très négative", avec des coûts supérieurs de 7 milliards d’euros à ses bénéfices d’ici à 2059. Mais la composition de la commission d’experts et la méthodologie utilisée sont très contestées.

Par AFP | Publié le 07/03/2019 à 12:50 |Mis à jour il y a environ 1 heures

Les buralistes vont expérimenter la vente de billets SNCF

https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribu...

Les Echos Le 06/03 à 21:06

Le détail des bureaux de tabac qui participeront à l'expérimentation n'a pas encore été défini - JULIEN DE FONTENAY/JDD/SIPA

Le président de la confédération des buralistes et le patron de la SNCF se sont mis d'accord pour une « première série de tests ».

« Un paquet de cigarettes, une grille de loto et un aller-retour pour Bordeaux, s'il vous plaît ». C'est le genre de phrase que l'on pourra bientôt entendre dans certains bureaux de tabac. Mercredi, le président de la confédération des buralistes Philippe Coy a annoncé « une première série de tests » pour la vente de billets de train dans ces commerces, qu'il ne considère pas comme une concurrence aux guichetiers de la SNCF.

« Les orientations sont actées. Maintenant, il nous reste à travailler sur le projet, sa mise en oeuvre et comment cela peut se déployer », a expliqué Philippe Coy à Franceinfo, après une rencontre avec le patron de la SNCF Guillaume Pepy . « Nous allons maintenant travailler avec les équipes pour déployer une première série de tests prochainement », a-t-il ajouté.

Pour Philippe Coy, il s'agit de donner plus de flexibilité dans l'achat de billets de train : « Les régions ont un souci de servir encore mieux les territoires, il est impératif aujourd'hui d'avoir des amplitudes horaires qui correspondent aux attentes des usagers », a-t-il indiqué. « Ce n'est absolument pas de la concurrence aux guichetiers de la SNCF », a souligné Philippe Coy, pour qui il s'agit de « compléter l'offre » du groupe public.

Des billets de TER sur les marchés

La SNCF n'a pas souhaité faire de commentaire après la visite de Philippe Coy. Guillaume Pepy avait estimé le 26 février que la vente de billets de train dans les bureaux de tabac était « une bonne idée ».

« Il y a beaucoup de bureaux de tabac, on vend de moins en moins de cigarettes, on pourrait vendre autre chose, et les billets de TER c'est une vraie bonne idée », avait-il dit sur RMC et BFMTV.

La SNCF expérimente aussi la vente de billets des TER dans des guichets mobiles présents sur les marchés et travaille avec La Poste et les collectivités locales pour diversifier ses canaux de distribution. « Mon objectif, c'est qu'on puisse acheter des billets de TER partout en France », avait souligné le patron de la SNCF.

Source AFP

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu