Avertir le modérateur

15/10/2018

A la SNCF, verbaliser pour gagner plus !

https://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2018/10/15...

Des chèques cadeaux à ceux   qui dresseront le plus de procès-verbaux.  Photo C. ARCHAMBAULT/AFP

Des chèques cadeaux à ceux qui dresseront le plus de procès-verbaux. Photo C. ARCHAMBAULT/AFP

Si vous verbalisez plus que votre collègue, vous serez récompensés. Voilà comment le centre SNCF d’Asnières (Hauts-de-Seine) motive ses troupes. En lancant un concours intitulé « TOP LAFEUR » (pour lutte antifraude), il encourage ses agents commerciaux à dresser le plus de contravention entre le 1er  octobre et le 31 décembre. À la clé : des chèques cadeaux de plusieurs centaines d’euros. « Réalisez le plus grand nombre de CC (coupons comptables ou encaissement au comptant, NDLR) (hors CC à 5 euros) sur la période et gagnez 250, 150 ou 100 euros », peut-on lire sur une affiche transmise au Huffington Post par un syndicat de cheminots.

Pas une consigne de la direction

Ce concours ne s’adresse pas aux contrôleurs dans les trains mais plutôt aux agents commerciaux qui, depuis 2016, sont assermentés par l’entreprise publique pour dresser des procès-verbaux dans les gares. Par exemple : ils peuvent punir la non-validation d’une carte Navigo, l’absence d’un titre de transport ou encore certaines incivilités (cigarette allumée, crachat, etc.).

Contactée, la SNCF assure qu’« il s’agit d’une initiative locale qui ne répond aucunement à une éventuelle consigne de la direction ». Mais elle ne la condamne pas pour autant… « Si la méthode interpelle, le coût de la fraude qui représente plus de 300 millions chaque année n’interpelle pas moins. C’est autant de ressources financières en moins pour acheter des trains, les rénover, les nettoyer, maintenir les voies », explique la SNCF.

Selon un document interne que Le Figaro s’est procuré, d’autres centres SNCF, dont celui de Versailles dans les Yvelines, pratiqueraient également ces méthodes de management. « Ce concours peut sembler une pression positive, mais c’est surtout une pression négative », souligne Éric Bezou, militant au syndicat Sud Rail. « Si quelqu’un n’obtient pas de bons chiffres, que se passera-t-il ? Les agents le vivent très mal », explique ce cheminot.

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu