Avertir le modérateur

20/06/2018

Grève du Jeudi 21 Juin 2018

Bonjour,

Veuillez trouver ci-dessous les horaires pour demain Jeudi 21 Juin 2018:

https://www.ter.sncf.com/auvergne-rhone-alpes/horaires/gr...

01 - Grenoble - Bourgoin - Lyon

Grenoble - Bourgoin - Lyon / jeudi 21 Juin

54 - Chambéry - Lyon

Chambéry - Lyon / jeudi 21 Juin

62 - Grenoble - St André le Gaz

Grenoble - St-André-le-Gaz / jeudi 21 Juin

La SNCF ouvrira son nouveau technicentre industriel à Vénissieux en 2019

Pas mal d'usagers de notre ligne travaillent actuellement sur le site de Oullins, celle ci va encore prendre de l'importance.

https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-des-marches...

Vincent Charbonnier Le 20/06 à 09:11

20180620 La SNCF ouvrira son nouveau technicentre industriel à Vénissieux en 2019.jpg

La SNCF ouvrira son nouveau technicentre industriel à Vénissieux en 2019 - SNCF

Le technicentre de la SNCF va migrer de la Mulatière à Vénissieux. Ce transfert marque un changement d'ère industrielle pour la maintenance des matériels roulants. C'est un des éléments de la vitrine de l'industrie du futur promue par la Métropole de Lyon.

Une page va se tourner pour la SNCF dans l'agglomération lyonnaise. L'entreprise publique va quitter en milieu d'année prochaine son site de la Mulatière pour installer un nouveau Technicentre industriel à Vénissieux, près de Lyon. Les ateliers d'Oullins étaient ouverts depuis le milieu du XIXe siècle, en bordure du Rhône.

Initialement dédiés à la construction et à la réparation de matériels ferroviaires, de bateaux à vapeur et de ponts, ils s'étaient spécialisés dans la réparation et la maintenance de matériels roulants et d'équipements électriques.

Présence d'amiante

Leur sort avait été scellé après la baisse de charge intervenue en 2014-2015 touchant la maintenance de locomotives électriques. Décision avait alors été prise par la SNCF de se délester de cet établissement qui ne correspondait plus aux normes industrielles, ni à celles sanitaires du fait de la présence d'amiante, et d'opter pour une nouvelle implantation sur un ancien site de Renault Trucks à Vénissieux.

ironie de l'histoire, l'un de ceux qui avaient conduit les négociations sur ce projet pour la Métropole de Lyon au titre de directeur général des services de la collectivité, Benoît Quignon, est devenu entre-temps directeur général de SNCF Immobilier, à la manœuvre pour la mise en œuvre de ce technicentre.

Sa foncière S2FIT1 a acquis 8,5 hectares de foncier et confié la réalisation de ce nouvel outil industriel au promoteur GSE, en liaison avec l'agence Unanime Architectes. Le personnel du centre d'Oullins a été impliqué dans la conception des futures zones de travail et l'ergonomie des postes de travail.

Maintenance lourde

Le futur technicentre de Vénissieux aura en charge la maintenance lourde des matériels roulants. En particulier la révision des moteurs de traction, alternateurs, générateurs, rotors, stators, et la maintenance de convertisseurs de puissance. D'ici à 2020, l'activité moteurs devrait connaître une « forte croissance ».

Quelque 2.500 moteurs seront pris en charge par le Technicentre, pour des clients internes au groupe et extérieurs. Cette perspective n'aura pas d'impact sur l'emploi. Au contraire. Les effectifs passeront de 650 personnes à Oullins à 500 à Vénissieux.

70 millions vont être investis : 45 millions dans le foncier et l'immobilier, 25 millions dans les équipements industriels. Ce chantier a été lancé en février. Les travaux de gros œuvre de l'atelier devraient être achevés en fin d'année. La livraison de tous les bâtiments est prévue en en juillet 2019.

Lunettes connectées

Ce transfert est l'occasion pour la SNCF de déployer son programme « Usine du futur ». Ce projet a été labellisé en 2016 comme « vitrine technologique de l'Alliance Industrie du futur » qui distingue les projets innovants et technologiques menés par des industriels. Il sera notamment fait appel à l'Internet des objets, par l'emploi de capteurs connectés pour surveiller le fonctionnement de machines et prévenir une panne majeure. Des technologies qui permettent également de mieux maîtriser les consommations d'énergie et améliorer la qualité de vie au travail par la mesure de la température à différents postes de travail. La SNCF prévoit également que ses techniciens utiliseront des lunettes connectées pour faciliter le dépannage à distance. Un FabLab situé à l'intérieur du technicentre permettra de faire du prototypage rapide de pièces par impression 3D ou découpe laser ou pour tester certaines innovations. Un exosquelette est aussi en cours de développement avec une start-up du sud de la France pour assister les opérateurs dans différentes tâches de maintenance.

Sans être formellement compris dans son enceinte, ce technicentre participe aussi au Campus de l'industrie du futur porté par la Métropole de Lyon sur une partie du site de Bosch à Vénissieux, en partenariat avec l'industriel allemand et un promoteur qui devrait être désigné au début de l'été.

À noter

Les salariés de l'ex-site d'Oullins veulent faire classer leur établissement au titre de l'amiante, un classement ouvrant droit à l'équivalent de l'allocation de cessation anticipée d'activité. En dix ans, 33 agents travaillant ou ayant travaillé sur le site ont été victimes de pathologies liées à l'exposition à l'aimante et onze d'entre eux sont morts des suites de ces affections, dénonce la CGT qui incite les salariés à porter plainte.

Vincent Charbonnier

SNCF: La grève en pointillés s’achèvera fin juin mais ne vous réjouissez pas trop vite

https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/20/sncf-la-greve-en...

ACTUALITÉS 20/06/2018 11:41 CEST | Actualisé il y a 4 heures

Même esseulés, la CGT et Sud-Rail ont de quoi peser sur la mobilisation.

Philippe Wojazer / Reuters
SNCF: La grève en pointillé s’achèvera fin juin mais ne vous réjouissez pas trop vite

SNCF - Lancé en avril par l'ensemble des syndicats de la SNCF, le format de grève en "2-5", c'est à dire deux jours de grève sur cinq, prendra officiellement fin le 28 juin prochain. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, la paralysie des transports ferroviaires ne s'arrêtera pas pour autant.

L'union syndicale a certes volé en éclat. L'Unsa a annoncé mardi 19 juin qu'elle ne poursuivrait pas le mouvement au mois de juillet, tout comme la CFDT ce mercredi. De leur côté, la CGT et Sud-Rail ont choisi de maintenir la mobilisation. Ce mercredi 20 juin, la CGT-cheminots a ainsi annoncé qu'elle appellera régulièrement à la grève en juillet et août". "Les dates seront dévoilées au fur et à mesure de l'avancée ou non des négociations" sur les suites de la réforme ferroviaire, a déclaré à l'AFP son secrétaire général Laurent Brun.

Les journées de grève "pourront être calées sur les départs en vacances, mais ne le seront pas exclusivement et majoritairement" car "ce n'est pas notre cible principale", a expliqué Laurent Brun. Il y aura "beaucoup d'autres dates" qui vont correspondre à "des dates de réunions de l'entreprise" SNCF et qui "ne sont pas confirmées" à ce jour, a-t-il ajouté.

Sud-Rail, qui a lancé depuis le 3 avril une grève illimitée, veut comme la CGT poursuivre le mouvement cet été. Le syndicat "réunira ses structures le 26 juin afin de prendre une décision collective" sur la suite du mouvement, a indiqué à l'AFP Erik Meyer, secrétaire fédéral et porte-parole de Sud-Rail.

L'impact pourrait être conséquent

Même avec plus que deux syndicats sur quatre mobilisés cet été, l'impact pourra quand même être conséquent sur le trafic. Respectivement 1er et 3eme syndicat du groupe, la CGT et Sud-Rail ont à eux deux obtenu plus de la moitié des suffrages lors des dernières élections: 34,33% pour la CGT et 16,83% pour Sud-Rail.

Des chiffres à prendre cependant avec des pincettes, l'impact de la grève sur le trafic dépendant en grande partie de la mobilisation de certaines branches, dont les conducteurs. Mais selon les informations communiqués au HuffPost par le syndicat Sud-Rail, les deux organisations qui poursuivront la grève en juillet sont cependant majoritaires dans les branches les plus mobilisées par la réforme ferroviaire. Chez les conducteurs de trains par exemple, la CGT et Sud-Rail arrivent en tête avec près de 60% de représentativité. Et il en va de même pour les contrôleurs, représentés majoritairement par ces deux syndicats (42% à la CGT, 23% chez Sud-Rail).

Au début du mouvement social, Sud-Rail était partisan d'une grève illimitée reconductible. La CGT plaidait elle pour une grève d'un mois. Les deux organisations avaient finalement changé leur fusil d'épaule, au profit de l'unité syndicale. Mais maintenant que la division règne, plus rien n'oblige les syndicats à se conformer à l'ancien calendrier.

Au micro d'Europe 1 ce mercredi 20 juin, le secrétaire général de la CGT-cheminots avait déjà donné quelques indices, évoquant "un calendrier allégé par rapport aux trois derniers mois". "Les jours de grève que nous ferons ne seront pas spécialement ciblés sur les départs en vacances", avait déclaré Laurent Brun. Qu'en sera-t-il, par exemple du premier grand week-end de départ en vacances du 6 au 7 juillet?

En revanche, certaines dates "clés" de réunions déjà programmées pourraient se transformer en journées de mobilisation. C'est notamment le cas du 11 juillet, où une réunion sur la question du fret est d'ores et déjà prévue.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu