Avertir le modérateur

02/08/2017

Le gouvernement met la pression sur la SNCF

https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-trans...

Antoine Boudet
 
Le secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie, Benjamin Griveaux, a qualifié ce nouvel épisode dans la longue liste des déboires de la SNCF d’« inconcevable » et d’« inacceptable ». - Shutterstock

La ministre des Transports attend un rapport sur son bureau dès cette fin de semaine.

Les équipes de la SNCF auront eu beau mettre toute leur énergie pour remédier aux conséquences de la panne ayant plongé dans le chaos la circulation des TGV au départ et à l'arrivée de la gare Montparnasse depuis dimanche, le mal est fait.

La gestion calamiteuse de l'information voyageur, dont a convenu Mathias Vicherat, le directeur général adjoint du groupe en charge du projet d'entreprise et de la communication, appelant même à « un changement manifeste et important » (« Les Echos » du 1er août) ; les annulations et les retards de train plongeant vacanciers et passagers habituels dans l'angoisse, même si au final plus de 90 % des voyageurs auront été transportés à destination ; les difficultés pour identifier l'origine de la panne, renforçant l'impression partagée par beaucoup d'un réseau vétuste, alors qu'en l'occurrence l'équipement concerné ne l'était pas : autant de raisons pour les usagers de râler et pour l'Etat actionnaire de taper du poing sur la table.

Pourquoi « une situation aussi dégradée » ?

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a ainsi annoncé mardi matin au micro d'Europe 1 avoir « demandé un rapport aux deux présidents de la SNCF (Guillaume Pépy pour le groupe SNCF et Patrick Jeantet pour SNCF Réseau, NDLR) pour la fin de la semaine » qui devra répondre à la question de savoir « pourquoi on a eu une situation aussi dégradée à Montparnasse ».

Le secrétaire d'Etat au ministère de l'Economie, Benjamin Griveaux, a quant à lui qualifié ce nouvel épisode dans la longue liste des déboires de la SNCF d'« inconcevable » et d'« inacceptable » sur RMC/BFMTV. Autant dire que la pression est maximale sur la direction du groupe ferroviaire, et singulièrement sur Guillaume Pépy qui, pour une fois, ne sera pas monté en première ligne pour assurer la communication de crise, laissant ce soin à Rachel Picard, la patronne de l'activité TGV et à Mathias Vicherat.

Les moyens supplémentaires mis en oeuvre dans la nuit de lundi à mardi auront finalement permis à la SNCF d'annoncer dans un communiqué matinal que « l'origine de la panne qui perturbait le trafic depuis dimanche matin à la gare Montparnasse a été identifiée. » Il s'agit « d'un défaut d'isolement dans une alimentation du poste » de commande de signalisation de Vanves.

Installation réparée

« L'installation en question est réparée », a déclaré à l'AFP, le directeur général adjoint de SNCF Réseau, Matthieu Chabanel, ajoutant que cela permettait « une amélioration des conditions de circulation », notamment en termes de régularité.

Dans la nuit de mardi à mercredi, la SNCF effectuera des vérifications techniques « pour rouvrir tous les itinéraires dans des conditions parfaites de sécurité et de régularité », a précisé Matthieu Chabanel. Mardi, la compagnie ferroviaire assurait pouvoir faire circuler 3 TGV sur 4 à la gare Montparnasse, les réseaux Transilien, Intercités et TER devant, eux, fonctionner normalement.

Antoine Boudet
@ABoudet

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu