Avertir le modérateur

28/12/2016

En 2017, la Région veut payer les TER au juste prix !

http://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/transport/2016/...

En 2017, la Région veut payer les TER au juste prix !
Inauguration Régiolis Wauquiez Bianchi en gare de Clermont-Ferrand © Grégoire Nartz
 
La Région Auvergne-Rhône-Alpes veut imposer ses conditions à la SNCF sur le réseau TER régional. Sur le coût, évidemment, mais surtout la performance du service.

A la recherche du « juste prix », la Région Auvergne-Rhône-Alpes a dit non aux propositions de la SNCF pour le réseau des TER. La convention en cours se termine au 31 décembre et il n'y en aura pas de nouvelle à partir du 1er janvier (pour la période 2017-2021)

Rassurez-vous, les TER vont continuer de circuler en 2017 comme en 2016.

Et si l’exécutif régional a également voté ce que l’on appelle « la liberté tarifaire », le prix des billets ne va pas bouger en janvier. 

S’appuyant sur la réglementation européenne, la deuxième région de France pour les TER (après l’Ile-de-France) a fixé elle-même « les obligations de service » et « le montant de la redevance au niveau où il devrait être », indique Patrick Mignola, vice-président MoDem chargé du dossier.

L’enjeu est d’abord celui de l’amélioration du service aux usagers, insiste Laurent Wauquiez, président LR de la Région.

Compétente dans les transports régionaux ferroviaires, la région confie cette mission à la SNCF, en échange d'une contrepartie financière.  Et elle considère que la SNCF profite de son monopole pour sur-facturer la prestation.

Le chèque pour 2017 est estimé par la Région à 510 millions d’euros, alors que la SNCF voulait au moins 50 millions de plus. Un chiffre  à comparer aux 567 millions d’euros payés en 2016.

Des ajustements sont prévus sur la base du service effectivement réalisé. À minima, la Région espère économiser 40 millions.


En attendant l'ouverture à la concurrence ?

À gauche, l’élu ardéchois du groupe Front de Gauche, François Jacquart, soupçonne la majorité régionale de se préparer à une éventuelle ouverture de la concurrence, à l’image du président LR Provence-Alpes-Côte d’Azur Christian Estrosi, qui n’en fait pas mystère. Mais à Lyon, ce n’est pas aujourd’hui à l’ordre du jour.
Pour Jean-Michel Guerre, conseiller régional PS du Bourbonnais :

 La majorité actuelle promettait de tout révolutionner. Aujourd’hui, les annonces se heurtent à la réalité. »

"On n’a pas une baguette magique, réplique Patrick Mignola (vice-président MoDem). La convention, c’est celle de la précédente gestion, pas la nôtre. À chaque fois qu’on ouvrait un placard, on trouvait un cadavre. On paye la dernière de vos factures."

Dans un style plus cow-boy, Laurent Wauquiez prévient : 

Quand on découvre l’opacité de la SNCF, il y a de quoi vous écœurer. Le mépris avec lequel on est traité dans nos discussions, ça va comme ça. Nous sommes le premier client TER de la SNCF (ndlr : hors région parisienne) et on n’a pas l’intention de se laisser faire. 

Philippe Cros

26/12/2016

Aléas du lundi 26 décembre 2016 au dimanche 1er janvier 2017

Déposez un commentaire afin de signaler un retard, un dysfonctionnement. Lors d'un grand clash comme une panne de train bloquant la circulation, vos commentaires déposés permettront de tenir informé chaque usager au fil de l'eau. Bonne semaine à chacun.

22/12/2016

Ratification du projet de loi Lyon-Turin : les syndicats en colère

Bonjour,

Enfin nous voila sur la longueur d'onde avec les syndicats !

Tant d'argents gaspillé permettrai de réaliser pleins de projets permettant d'avoir un véritable réseau ferré digne d'un pays moderne.

Eric

http://www.mlyon.fr/154782-ratification-du-projet-de-loi-...

Ce jeudi le gouvernement ratifiera l’accord France – Italie pour la réalisation de la section internationale Lyon – Turin, sans l’avoir fait passer par un débat parlementaire à l’Assemblée Nationale. Un projet qui déplait fortement à la fédération des syndicats SUD-Rail.

Cette nouvelle section a pour but de « constituer un maillon essentiel du corridor transeuropéen méditerranéen reliant la péninsule ibérique à l’Europe centrale et orientale », explique le Comité pour la Transalpine. Cependant, le syndicat Sud-rail n’est pas du même avis. En effet, selon eux, cette nouvelle portion ne permettra pas d’augmenter ces échanges, car elle ne répond pas à la même logique que les autres tunnels, suisses ou encore autrichiens.

Sud-rail demande donc de réutiliser l’argent de ce projet pour améliorer les systèmes déjà existants en région Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi qu’un report modal. Ce dernier partirait depuis Ambérieu. Un projet qui rebute aussi les Italiens du parti populiste Mouvement 5 étoiles, qui avaient voté contre au début du mois de décembre.

Rédigé dans Transport le 21/12/2016 à 17h41
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu