Avertir le modérateur

29/03/2016

Lyon: Une vingtaine de TER supprimée en Auvergne Rhône-Alpes faute de conducteurs

http://www.20minutes.fr/lyon/1814919-20160328-lyon-vingta...

TRANSPORTS A compter du 4 avril, plusieurs lignes seront affectées par cette diminution de l'offre de transport...

Lyon, le 19 novembre 2014. Illustration d'une rame TER Regio2N. Lyon, le 19 novembre 2014. Illustration d'une rame TER Regio2N. - Elisa Riberry / 20 Minutes

Elisa Frisullo

Publié le

La direction régionale de la SNCF qui évoquait, il y a encore quelques jours auprès des collectifs d’usagers, des « contraintes de production », reconnaît désormais une « erreur » dans ses prévisions. Résultat de cette mauvaise anticipation des départs à la retraite des conducteurs de trains, à compter du 4 avril, 21 TER sur les 1200 circulant chaque jour en Auvergne Rhône-Alpes vont être supprimés.

Les lignes les plus touchées dans la région, impactée comme d'autres territoires en France, seront les liaisons Saint-Etienne-Roanne, et Saint-André-le-Gaz, avec 8 TER supprimés chaque jour. Deux trains seront retirés sur la ligne Saint-Etienne-Firminiy et trois entre Saint-Etienne et Montbrison. 

Les usagers en colère

Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir les associations d’usagers, à l’instar de l’Adulst, Association de la ligne Lyon Saint-Etienne. « Nous sommes très surpris et mécontent d’une telle décision de la SNCF, qui est faite sans discussion et concertation avec l’ensemble des acteurs du ferroviaire. Ce manque de dialogue et d’écoute n’est en réalité qu’un manque d’anticipation de la SNCF », a réagit l’association, déplorant que les usagers des TER soient devenus «les parents pauvres de la SNCF». 

Rappelant le sentiment d’abandon très fort des voyageurs, confrontés à de fréquents retards ou à des supressions de trains, l’Adulst a réclamé une « réelle compensation financière pour les usagers empruntant les lignes impactées » et a demandé à la région Auvergne Rhône-Alpes, en charge des TER, d’obtenir de la SNCF  « un réel plan de prévision pour les prochaines années».

Une volonté de ne pas embaucher selon la CGT

Du côté du syndicat CGT Cheminots, la pilule a également du mal à passer. « Une formation de conducteur dure une année. L’anticipation est donc la base de la gestion de la SNCF », indique le syndicat, qui, derrière cette erreur de prévisions des effectifs, voit plutôt un « choix délibéré de la direction de ne pas embaucher de nouveaux conducteurs en nombre suffisant pour remplacer les départs à la retraite ».

« Cette erreur pourrait préfigurer une décision de réduction de l’offre, validée par le conseil régional, comme semble l’être la suppression des contrôleurs à bord des trains à partir de 1er juillet 216 », s’inquiète le syndicat.

>> A lire aussi : SNCF: La décision de supprimer des TER faute de conducteurs ne passe pas du côté de la Région

Suite à cette diminution de l’offre, le conseil régional, injoignable en ce lundi de Pâques, a indiqué à nos confrères du Progrès qu’elle avait demandé à la direction régionale de la SNCF « un quadruplement des pénalités initialement prévues par la convention TER ou une rétrocession du bénéfice de la dernière année de convention ». Soit une compensation financière comprise entre 15 et 20 millions d’euros.

Pour tenter de calmer la grogne des usagers, des cheminots et de la Région, la SNCF a prévu de remplacer certains trains supprimés par un service de cars. Selon la direction régionale citée par le quotidien régional, 69 futurs conducteurs seraient également en cours de formation pour être opérationnels entre le mois de mai et le dernier trimestre de l'année.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu