Avertir le modérateur

26/02/2016

Les vraies raisons du départ du patron de SNCF Réseau

http://www.lefigaro.fr/societes/2016/02/25/20005-20160225...

 

Jacques Rapoport.

 

Jacques Rapoport. Crédits photo : Sébastien SORIANO/Le Figaro

 

Le départ de Jacques Rapoport a surpris tout le monde. Mais sa lettre de démission n'a pas convaincu. Le PDG de SNCF Réseau en dit un peu plus au Figaro.

Répercussion des révélations concernant l'accident de Brétigny-sur-Orge, bras de de fer avec l'État actionnaire, désaccord avec Guillaume Pepy, problème de santé? Toutes les hypothèses ont été envisagées mercredi soir à l'annonce par le secrétaire d'État aux Transports de la démission de Jacques Rapoport, le président de SNCF Réseau, la société publique qui entretient et gère le réseau ferroviaire.

Ce jeudi, l'intéressé dévalait les pistes de ski pendant ses vacances, ennuyé tout de même de n'avoir pas eu le temps d'expliquer lui-même sa décision à ses collaborateurs. Le ministère de tutelle de la SNCF a publié l'information alors que la rumeur d'une démission commençait à circuler... Deux conférences téléphoniques organisées ce jeudi matin avec ses collorateurs à la SNCF lui ont permis de s'expliquer. Mais le dirigeant a-t-il évoqué les vraies raisons?

Les relations hostiles avec les opérateurs du fret, les régions...

Dans sa lettre de démission, Jacques Rapoport évoque l'ampleur de la tâche à accomplir: «gestionnaire d'infrastructures vieillissantes, de profondes transformations sont à conduire afin que SNCF Réseau, nouvellement créée, puisse atteindre les performances légitimement demandées par les pouvoirs publics et toutes les parties prenantes...»

«Pour y parvenir, il faut 5 à 10 ans, explique-t-il au Figaro. Il faut que le président ait la visibilité nécessaire. Ce sont de lourds défis et d'une grande complexité.» Le dirigeant, qui aurait atteint la limité d'âge dans un peu plus d'un an, n'aurait pas eu le temps suffisant, assure-t-il. Ce n'est pas tout. Jacques Rapoport parle du faisceau de relations globalement hostiles avec les opérateurs ferroviaires privés dans le fret mais aussi les régions...

Alors faut-il interpréter ce départ comme un avertissement, ainsi que l'avance Gilles Savary, député de la Gironde et grand connaisseur du transport ferroviaire? Pour ce dernier «il ne peut être exclu que Jacques Rapoport ait souhaité mettre un terme à la surexposition juridique et financière du président de SNCF Réseau en regard de responsabilités et de décisions qui lui échappent». Pas tout à fait vrai mais peut-être pas tout à faux non plus...

Les accidents, des «dossiers lourds»

«L'État peut être criticable, comme tout un chacun, et je ne manque pas de le dire dans les échanges avec nos tutelles, souligne Jacques Rapoport. Mais il nous a surtout beaucoup aidés en nous soutenant dans le report des nouveaux projets et en donnant la priorité à la maintenance avec des moyens en augmentation.»

Alors faut-il chercher du côté des accidents (Brétigny, Denguin, Eckwersheim) des éléments qui ont pesé sur sa décision? «Je fais face à mes responsabilités, j'assume, mais ce sont des dossiers lourds qui vont s'inscrire dans la durée et sur le long terme pour s'assurer que cela ne puisse plus se produire.» Jacques Rapoport a donc préféré partir avec le sentiment d'avoir accompli la fusion des deux entreprises, SNCF et RFF, plutôt que de démarrer un chantier beaucoup plus vaste dont il n'aurait jamais vu la fin.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu