Avertir le modérateur

19/10/2015

Feuilles mortes : impact trafic et solutions SNCF

Voila l'automne !

http://www.sncf.com/fr/presse/fil-info/automne-feuilles-m...

Créé le 19/10/2015 - Mis à jour le 19/10/2015

 

Lorsque l'automne s'installe, les conditions météorologiques fragilisent les infrastructures et le matériel ferroviaires. Une problématique qui affecte particulièrement les voies ferrées dès lors qu'elles traversent des zones fortement végétalisées ou boisées. L'impact du phénomène sur les circulations reste aléatoire, mais il focalise l'attention des équipes SNCF afin de maintenir le confort des voyageurs.

Contexte
BREVE - SNCF
Publié le 19/10/2015 à 17h47

 

La cellulose écrasée constitue alors une pellicule qui adhère à la surface du rail

 

L’automne fragilise les infrastructures et le matériel ferroviaires. Lorsque les rails sont humidifiés par la pluie ou le brouillard et que le vent fait tomber les feuilles mortes des arbres, certaines se collent sur les rails et sont écrasées par les roues des trains. La cellulose écrasée constitue alors une pellicule qui adhère à la surface du rail. Humidifiée par les précipitations, cette pellicule devient glissante et réduit considérablement l’adhérence de la roue sur le rail, comme une voiture sur une route glissante. C’est une problématique qui affecte les voies ferrées dès lors qu’elles traversent des zones fortement végétalisées ou boisées.

L’Île-de-France reste une des régions les plus touchées du fait de la présence importante de forêts et du trafic très élevé. Par ailleurs, cet impact est aléatoire et difficile à prévoir puisqu’il dépend de la conjonction du vent, pour faire tomber les feuilles, et d’un temps humide pour qu’elles restent collées au rail. Lorsque ces conditions sont réunies, deux phénomènes se créent : le patinage et l’enrayage.

Patinage et enrayage
BREVE - SNCF
Publié le 19/10/2015 à 17h54
Reprofilage d'une roue
  • L'une des principales causes de patinage est la présence de feuilles mortes sur les rails. En effet, la cellulose écrasée cumulée à l'humidité ambiante favorisent le glissement de la roue sur le rail
    Le train est alors ralenti dans sa prise de vitesse, d’où un allongement du temps de parcours jusqu’à la gare suivante. En cas de perte d’adhérence trop importante, le conducteur doit procéder à un « arrêt d’urgence ». Cette procédure provoque des dégâts sur les roues, les essieux et éventuellement sur les rails. Le conducteur doit signaler la zone au régulateur qui applique des mesures drastiques pour limiter les risques (limitation de la vitesse sur la zone tant qu’un agent de la voie envoyé sur place ne confirme pas la possibilité de reprendre à vitesse normale). Il peut parfois arriver que le train ne parvienne pas à redémarrer après un arrêt. Les roues tournent alors dans le vide et le trafic est totalement interrompu en attendant l’arrivée d’une locomotive pour venir chercher le train impacté.
L'enrayage survient lorsque le train est en phase de freinage. A ce moment-là, les roues se bloquent et le train continue alors à avancer en glissant sur le rail. Le temps de freinage devient plus long et le rail se transforme en rabot pour la roue, ce qui fabrique des plats ou « roues carrées ». Lorsqu’un un plat se forme, le train doit être envoyé en atelier pour que la roue soit usinée afin de retrouver ses caractéristiques normales. Ce « reprofilage » s’effectue dans un « tour en fosse » : le train avance au-dessus d’une fosse et la roue est rabotée par une machine-outil spécialisée. Dans les cas les plus sérieux, la roue doit parfois être changée après dépose de l’essieu. Il s’agit d’opérations lourdes qui s’effectuent dans des ateliers de maintenance spécialisés. La rame doit alors être retirée de la circulation.
 
Conséquences et solutions
BREVE - SNCF
Publié le 19/10/2015 à 17h57
Nettoyage des rails sous haute pression

Les conséquences sur le trafic ferroviaire et pour les voyageurs peuvent être importantes : retards et suppressions de trains, diminution du nombre de rames disponibles, immobilisations de trains sur le parcours, etc. 
SNCF se doit donc d’être préparée et de se doter de moyens pour limiter les patinages et enrayages. Pendant la saison automnale, les ateliers de maintenance des trains passent d’une organisation en 2x8 la semaine à un travail en 3x8, parfois 7j/7. Dans tous les établissements de maintenance, des mesures préventives sont réalisées avant la fin septembre notamment sur les organes sensibles tels que les essieux et les freins. Les programmes sont réaménagés pour favoriser toute la maintenance préventive et corrective nécessaires. 

Plusieurs points font l’objet d’une attention particulière :

  • Le renforcement des stocks de roues et d’essieux
  • Contrôles renforcés des installations stratégiques
  • Renforcement des stocks de sable
  • Généralisation des anti-enrayeurs dernière génération au fonctionnement semblable aux ABS des voitures 
  • Elagage et débroussaillage des voies
  • Installation de filets au dessus des voies 
  • Tournées de lavage sur les rails : 16 nouveaux wagons laveurs ont été commandés pour un montant de 8 millions € et 7 nouveaux engins ont été réceptionnés en 2015. Le parc sera complètement renouvellé pour 2016.
 

21:06 Publié dans SNCF | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu