"Notre métropole est unique. Avec ses statuts sur mesure, nous sommes parvenus à la forme la plus aboutie d’une collectivité en mettant un terme à la multiplication des acteurs et en simplifiant le fameux millefeuille institutionnel", a rappelé Bernard Rivalta, le président du Sytral, lors de la cérémonie des vœux qui s'est déroulée le 30 janvier 2015.

Cette innovation "à la lyonnaise" en cache une autre : le Sytral est devenu l’autorité organisatrice de tous les transports du Rhône. En effet, depuis le 1er janvier 2015, il pilote les Transports en commun lyonnais (TCL), les Cars du Rhône, le réseau urbain Libellule de Villefranche sur Saône, Rhône-Express (la liaison rapide qui dessert l’aéroport de Saint-Exupéry) et Optibus, le service dédié aux personnes à mobilité réduite.

Pour l’instant, le Sytral n’envisage pas de modifier les structures juridiques d’exploitation de ces différents réseaux. Il continuera à gérer distinctement la délégation de service public des TCL, aux côtés de laquelle s’ajouteront celles du réseau Libellule, puis les cinq concernant les Cars du Rhône.

Double révolution


Cette double révolution institutionnelle et de gestion des transports publics est guidée par la volonté des élus de maintenir Lyon dans le peloton de tête des métropoles mondiales. "L’économie et l’attractivité se concentrent désormais dans les métropoles. En Chine, on ne connaît pas le nom des provinces, mais celui des villes, car c’est là que se créent les richesses, le développement économique et les innovations", a indiqué Gérard Collomb, président de la Métropole de Lyon. 

"L’un de nos paris est de démontrer que nous savons faire du développement économique. A Lyon, nous avons créé des emplois", a-t-il affirmé. Et pour cela, la mobilité joue un rôle essentiel, à la fois pour garantir le développement du territoire, mais aussi pour accroître son attractivité. Condition sine qua non "pour garantir l’équilibre des métropoles", a insisté Bernard Rivalta.

Aujourd'hui le réseau lyonnais opéré par une filiale de Keolis enregistre 1,4 million de voyages, soit 320 par an et par habitant. "C’est deux fois plus qu’à Lille ou à Marseille. Cela prouve que l’offre répond aux besoins", s'est félicité le président du Sytral rappelant qu'avec un chiffre d’affaires d’environ 2 milliards d’euros, c’est aussi le plus gros contrat de délégation de service publique.

Feuille de route


Lors de la cérémonie des vœux, Bernard Rivalta a présenté les grandes lignes de la feuille de route pour les six ans à venir. Plus d’un milliard d’euros seront investis. Parmi les projets phares : le prolongement de la ligne B du métro jusqu’aux hôpitaux sud. Ce sera également le cas pour la ligne de tramway T1 jusqu’à Mermoz. D’autres projets engagés se concrétiseront : la réalisation d’un double site propre sur la ligne de trolleybus C3, le prolongement de la ligne T3 jusqu’au Grand Stade, la création d’un parc relais à Mermoz.

Par ailleurs, plus de 400 millions d’euros seront consacrés à l’accroissement du parc, portant essentiellement sur l’achat de rames de métro et de tramway. "Ce plan de mandat permettra de conforter l’excellence du réseau TCL. La métropole de Lyon sera mieux armée avec des investissements qui bénéficieront à tous : habitants, entreprises, collectivités", a conclu l’élu.

Christine Cabiron