Avertir le modérateur

12/01/2015

Lyon : le métro de la polémique

http://www.lepoint.fr/societe/lyon-le-metro-de-la-polemiq...

Le Point - Publié le12/01/2015 à 06:06- Modifié le12/01/2015 à 07:36

Le président des transports en commun lyonnais est contre la gratuité et invite les plus démunis à moins se déplacer. Scandale et repentir.

Le métro lyonnais est l'un des plus chers de France. Le métro lyonnais est l'un des plus chers de France. © Franck Dunouau/AFP

De notre correspondante à Lyon,

Alors que le prix du ticket de métro vient de subir, à Lyon, une nouvelle augmentation, ce qui en fait l'un des plus chers de France (1,80 euro le ticket et 60,40 euros le pass mensuel), le président, socialiste, des transports en commun lyonnais, proche du maire de Lyon Gérard Collomb, se dit farouchement opposé au principe de gratuité et conseille "aux plus démunis" de réduire leurs déplacements.

Après les déclarations d'Emmanuel Macron sur "les pauvres qui pourront voyager plus facilement" avec la libéralisation du secteur des autocars, les propos de Bernard Rivalta font polémique. "Il faudrait apprendre aux gens à maîtriser leurs déplacements : quand ils n'ont pas beaucoup de moyens, il faut qu'ils ne se déplacent que dans la mesure où ils en ont besoin et non uniquement parce qu'ils en ont envie", avait expliqué en décembre le président des transports en commun lyonnais sur France Culture, dans un reportage consacré à la gratuité des transports en commun.

Aujourd'hui, Bernard Rivalta se défend en précisant qu'il n'a pas stigmatisé "les pauvres" et que ses propos ont été sortis de leur contexte. "Sur une heure trente d'entretien, il n'a été retenu qu'un quart d'heure", explique son entourage. Et comme gage de son engagement social, l'élu socialiste avance la liste des réalisations engagées sur le réseau lyonnais durant son mandat. "C'est quand même moi qui ai fait passer le tramway aux Minguettes, le trolley à Vaulx-en-Velin, à Rillieux ; moi qui prends les jeunes en insertion sur le réseau, qui répète sans cesse qu'il n'y a pas de banlieue pour les transports... Cette polémique est artificielle !" s'emporte-t-il.

"Je suis contre la gratuité"

Le président du Sytral, le syndicat des transports en commun lyonnais, persiste cependant sur la limitation que doit faire le public de l'usage du service. "Il faut apprendre à rationaliser l'utilisation des services, car ils ne peuvent pas croître à l'infini. Il faut apprendre à les utiliser quand on en a un besoin important, ou urgent, et cela d'une façon générale, pas seulement pour les plus démunis", explique-t-il au Point.fr. "On attend maintenant d'avoir un bus en bas de chez soi, au moment où on le veut, mais c'est illusoire ! Je suis contre la gratuité et la porte ouverte en permanence, il en va de même pour le prix de l'eau, de l'électricité, de la santé, etc." "La société de consommation a ses limites, il faut une autodiscipline des concitoyens, une responsabilisation face à la consommation", conclut-il sur ce qu'il considère comme "un débat de fond".

Bernard Rivalta voit dans cette "fausse polémique" une façon de lui nuire au moment où s'engage, à Vénissieux, où il est élu, une nouvelle campagne électorale. Dans cette commune de la banlieue lyonnaise, les élections municipales qui avaient vu, en mars dernier, la réélection de la maire communiste sortante Michèle Picard ont été invalidées. De nouvelles élections seront organisées cette année. Et Bernard Rivalta, candidat sur la liste socialiste, doit regagner son siège s'il veut poursuivre son mandat à la tête des transports en commun lyonnais.

17:48 Publié dans Prix, TCL | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu