Avertir le modérateur

26/12/2014

SNCF : la hausse des tarifs qui risque de fâcher

http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transp...

Lionel Steinmann / Journaliste | Le 26/12 à 14:50, mis à jour à 17:52Le prix billets TGV majoré 2,6 % 2015, l’exception billets Prem’s.

Le prix des billets de TGV sera majoré de 2,6 % en 2015, à l’exception des billets Prem’s. - François Guillot/AFP

Le prix des billets de TGV (hors Prem’s), d’Intercités et de TER va augmenter de 2,6 % l’an prochain. La SNCF minore la portée de ces hausses.

L’annonce par la SNCF d’une hausse de 2.6 % de ses tarifs maximums sur les TGV, les trains Intercités et les trains régionaux (TER) au 1er janvier prochain ne devrait pas manquer de susciter une flopée de réactions virulentes, en cette période d’inflation très basse.

Pour sa défense, l’entreprise fait remarquer qu’en 2014, elle n’avait fait que répercuter la hausse de 3 points de la TVA sur les billets décidée par le gouvernement. Par ailleurs, la hausse annoncée vendredi « ne veut pas évidemment dire que les billets augmenteront tous de 2,6 % », fait valoir un cadre de l’entreprise. Cette hausse ne s’applique pas par exemple aux abonnements TER, dont le montant est décidé par les régions, ni au tarif des cartes de réduction. Le prix des billets TGV Prems’ restera lui aussi inchangé. Et leur nombre continuera à augmenter, promet le groupe public, qui indiquait récemment que les Prem’s avaient représenté un billet TGV sur huit en 2014, contre un sur 10 en 2012.

Variation des prix en fonction de la demande

Plus largement, la SNCF s’est convertie depuis de nombreuses années à une politique tarifaire basée sur le « yield management », c’est-à-dire à une variation des prix en fonction de la demande. Ce qui va augmenter de 2,6 %, c’est le tarif maximum que peut payer le client, lorsque la demande est forte. Un prix que la SNCF applique lorsqu’il ne reste plus qu’une poignée de places à réserver dans un train, ou alors en période de pointe, lorsqu’elle est quasiment sûre de vendre tous les billets.

Le reste du temps, les clients ne paient pas plein tarif, expliquait récemment un représentant de l’entreprise publique : au total, les trois quarts d’entre eux bénéficient d’une réduction, sous une forme ou sous une autre. Cette proportion devrait s’accentuer, car le renforcement de la concurrence (comme le covoiturage ou les compagnie aérienne low cost), devrait sans doute peser sur le « yield » de l’entreprise, et l’encourager à augmenter le nombre de billets à prix réduits pour stopper l’érosion de sa clientèle.

Image de cherté du TGV

La hausse annoncée vendredi ne vas pas moins entretenir l’image de cherté qui colle de plus en plus en au TGV. Pour la clientèle qui ne peut anticiper ses déplacements des semaines à l’avance, les parages des 100 euros pour un aller simple (95 euros pour un Paris-Lyon Loisirs avec un départ le vendredi 9 janvier par exemple) sont de plus en plus fréquents. Or c’est justement dans cette population que figurent les leaders d’opinion.

19:19 Publié dans Prix, SNCF, TER, TGV | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu