Avertir le modérateur

12/12/2014

Débuts difficiles dans le transport en car pour la SNCF, qui espère profiter de la loi Macron

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/debuts-difficil...

 

12/12/14 à 16:52 Mis à jour le 12/12/14 à 17:22

La SNCF, qui a créé IDBUS il y a deux ans, compte sur la libéralisation du marché de l'autocar, inscrite dans la loi Macron, pour redresser les comptes de cette filiale lourdement déficitaire.

Ca sera l’un des effets les plus visibles de la loi Macron, qui devrait être votée début 2015 et permettre, dès cet été, de voyager en car partout en France. Les entreprises de transport de voyageurs en autocar, comme Transdev, qui opérait déjà des liaisons vers l’international (les seules autorisées jusqu’ici) via sa filiale Eurolines, ont d'ores et déjà promis d’ouvrir des dizaines de lignes à petits prix : 16 euros le trajet Paris-Lille ou 28 euros le Paris-Bordeaux. De quoi donner des sueurs froides à la SNCF, dont les Intercités et le TGV, déjà en perte de vitesse, vont être fortement concurrencés…

A vrai dire, la compagnie nationale s’était déjà positionnée sur le créneau des voyages en car en lançant, fin juillet 2012, sa filiale iDBUS, qui dessert aujourd’hui une vingtaine de villes en France et en Europe (Paris, Londres, Bruxelles, Milan, Turin, Barcelone…). Mais cette branche est lourdement déficitaire depuis sa création, d’après les comptes déposés au greffe : elle a perdu 16,6 millions d’euros en 2012 et 24,8 millions d’euros en 2013 (pour un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros l’année dernière).

 

Le problème ? iDBUS aurait des taux de remplissage entre 60 et 70%, pas suffisants pour rentabiliser ses cars qui, par ailleurs, auraient été achetés, selon nos informations, à prix fort.  «Au départ, ils ont choisi du matériel flambant neuf, plus coûteux, raconte une source à la SNCF. Maintenant, ils font beaucoup plus attention, se fournissent plutôt sur le marché de l’occasion et font repeindre les bus en Espagne.» Autre lourde charge : le personnel. Loin de fonctionner en mode start-up, iDBUS emploie 222 personnes, dont 150 chauffeurs de bus et… 72 salariés au siège !

Reste que, grâce à la loi Macron, l’entreprise devrait pouvoir étoffer son réseau de dessertes, augmenter son trafic et son remplissage. Sa directrice générale Maria Harti espère ainsi atteindre l’équilibre en 2016. Mais la concurrence va être rude. Outre Eurolines, d’autres entreprises comme l’anglais low-cost Mégabus ou le français Starshipper sont sur les rangs. Pour se démarquer, iDBUS mise sur la qualité de son offre : des sièges «grand confort», avec prises électriques et surtout le wifi gratuit à bord. 

Emmanuelle Andreani

17:46 Publié dans Bus, SNCF, TER, TGV | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

merci la loi maqueron pour le retour de la troisième classe! les pauvres te remercient pour ton soucis d’équités, les riches en 1ère, les pauvres au ralenti dans des cars se traînant, serrés comme des cochons. Avec la hausse de la mortalité routière en prime...

Et paf, mon 14h09 au départ de Grenoble pour Gap ouvre le bal : un autorail sûr et confortable devient autocar, ou comment le carrosse devient citrouille... si l'Etat en a marre de la SNCF, qu'il la supprime une bonne fois pour toute, on se prendra deux mois de grève et après fini, abrégeons les souffrances... 70 années de bons et loyaux services pour en arriver là... on n'aura plus que les rails rouillés pour pleurer, à moins qu'un élu visionnaire ne transforme les voies SNCF en vélopiste ou en quartier Europole...

ben mes amis! quel gâchis!

Écrit par : jérôme | 18/12/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu