Avertir le modérateur

29/08/2013

Nouveaux produits TER + réseaux urbains => T-Libr

http://www.ter-sncf.com/Regions/rhone_alpes/Fr/Se_deplace...

Découvrez les nouveaux produits T-Libr             

Le Syndicat Mixte de Transport de l’aire métropolitaine lyonnaise met en place, à partir du 20 août 2013, une nouvelle gamme de produits T-Libr afin de faciliter vos déplacements réguliers sur plusieurs réseaux de transport et lignes TER.

LES AVANTAGES DE CES PRODUITS :

  • Voyages illimités :
    - sur l’ensemble du périmètre des Transports Urbains du ou des réseau choisis
    - sur votre parcours TER choisi (à l'intérieure du réseau choisi ou sur un trajet vous permettant de rejoindre ce réseau de Transport Urbain)
  • Réductions supplémentaires sur vos autres trajets avec TER en Rhône-Alpes (ainsi que Mâcon et Genève) : - 25% de réduction en semaine pour vous, - 50% les week-ends et jours fériés pour vous et jusqu’à 3 accompagnants.


CHOISISSEZ VOTRE FORMULE :
(prix indicatifs au 20 Aout 2013)

  • T-Libr TER+TCL
     Voyages illimités sur l'ensemble du PTU de Lyon (bus, tram, metro ou TER)
     Tarif Tout Public : 75€/mois  / Réduit : 60€/mois
  • T-Libr TER+STAS
     Voyages illimités sur l'ensemble du PTU de Saint-Etienne (bus, tram ou TER)
     Tarif Tout Public : 55€/mois  / Réduit : 46€/mois
  • T-Libr TER+RUBAN
     Voyages illimités sur l'ensemble du périmètre du réseau RUBAN de Bourgoin Jaillieu (bus ou TER)
     Tarif Tout Public : 40€/mois  / Réduit : 32€/mois
  • T-Libr TER+L'VA
     Voyages illimités sur l'ensemble du périmètre du réseau L'VA de Vienne (bus ou TER)
     Tarif Tout Public : 40€/mois  / Réduit : 32€/mois
  • T-Libr TER+TCL+STAS 
     Voyages illimités :
     - sur l'ensemble du PTU de Lyon et du PTU Saint-Etienne
     - sur le parcours TER reliant les PTU de Lyon et Saint-Etienne
     Tarif Tout Public : 136€/mois  / Réduit : 109€/mois
  •  T-Libr TER+TCL+RUBAN 
     Voyages illimités :
     - sur l'ensemble du PTU de Lyon et du réseau RUBAN de Bourgoin Jaillieu
     - sur le parcours TER reliant le PTU de Lyon et le réseau RUBAN
     Tarif Tout Public : 108€/mois  / Réduit : 86€/mois
  •  T-Libr TER+TCL+L'VA
    Voyages illimités :
    - sur l'ensemble du PTU de Lyon et du réseau L'VA
    - sur le parcours TER reliant le PTU de Lyon et le réseau L'VA
    Tarif Tout Public : 108€/mois  / Réduit : 86€/mois
  • T-Libr TER+TCL+L'VA+RUBAN
    Voyages illimités :
    - sur l'ensemble du PTU de Lyon, du réseau L'VA et du réseau RUBAN
    - sur le parcours TER reliant ces réseaux
    Tarif Tout Public : 165€/mois  / Réduit : 132€/mois
  • T-Libr TER+TCL+STAS+L'VA+RUBAN
    Voyages illimités :
    - sur l'ensemble du PTU de Lyon, du réseau L'VA et du réseau RUBAN
    - sur le parcours TER reliant ces réseaux
    Tarif Tout Public : 190€/mois  / Réduit : 152€/mois

 PLUS DE RENSEIGNEMENTS :
Plaquette d'information sur les produits T-libr 

La fraude coûte 400 millions par an à la SNCF et la RATP

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transpor...

Par Lionel Steinmann | 28/08 | 19:41

 Selon les deux établissements, le phénomène ne varierait guère d’une année sur l’autre.

La fraude coûte 400 millions par an à la SNCF et la RATP - Rea
La fraude coûte 400 millions par an à la SNCF et la RATP - Rea

Combien coûte la fraude aux transports en commun ? Le sujet excite souvent la curiosité des usagers. Elle titillait également celle du député Dominique Tian (UMP), qui a posé une question écrite sur ce sujet en juin dernier au ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier. « Ma démarche est celle d’une plus grande transparence, précise l’élu aux « Echos », afin que ces problèmes puissent être traités sans fantasme ni tabou ». La réponse du ministère a été publiée mardi au « Journal officiel » : la perte de recettes est évaluée à 300 millions d’euros par an pour la SNCF, et à 100 millions pour la RATP.

 

Des montants loin d’être négligeables. A la RATP, cela représente 5 % des voyageurs, précise l’entreprise. A la SNCF, à titre de comparaison, le résultat net pour 2012 se montait à 383 millions d’euros. En avril dernier, la lutte accrue contre la fraude faisait d’ailleurs partie des « moyens d’adaptation » annoncés par la direction pour répondre au tassement de l’activité due à la crise. L’entreprise devrait notamment développer le contrôle avant l’embarquement dans les TGV pour réduire le nombre de voyageurs sans billet.

Plusieurs types de fraudeurs

Interrogée, la compagnie précise qu’elle distingue plusieurs types de voyage sans billet : la fraude systématique, mais aussi involontaire (la queue au guichet était trop longue), collective (lorsque les usagers se préviennent sur les réseaux sociaux de la présence de contrôleurs), militante (la grève des billets organisée sur certaines lignes pour protester contre les retards)... Avec à chaque fois « une réponse adaptée », précise la SNCF. Les contrôles sont également mieux ciblés, que ce soit sur les trains détectés comme « sensibles », ou sur certains titres de transport (la carte Interail dernièrement), lorsqu’une hausse des falsifications est observée. La réponse du ministère au député précise que la SNCF a également pris plusieurs mesures pour lutter contre les escroqueries, « avec une veille accrue sur les ventes de titres de transport par Internet et les fraudes au abonnements ».

Selon ce texte, le montant de la fraude dans les 2 établissements publics varie peu d’une année sur l’autre. Il ne serait donc pas en hausse avec la crise, comme on a tendance à le penser spontanément. A la SNCF, les taux de fraude sont par contre très disparates selon les régions, précise un expert du ferroviaire : minimes en Alsace, mais très marqués en provence-Alpes-côté d’Azur.

A la RATP, « le taux de fraude sur le réseau de surface (bus, tramway), est en moyenne deux fois plus important que celui dans le métro, et plus encore par rapport au RER », pointe le ministère, qui précise que l’entreprise « mène une politique de contrôle itinérant concentrée sur les zones à fort flux de fraudeurs, soit 140 points prioritaires en Ile-de-France situés principalement au nord et nord-est et dans l’est et le sud-est de la capitale. Ces zones font l’objet d’une présence quotidienne et pérenne des contrôleurs dans près de 47 lignes de bus et tramways, 46 gares et 47 stations de métro ».

11:03 Publié dans SNCF | Lien permanent | Commentaires (0)

Impôt et dividendes : l'État renonce à ponctionner la SNCF

 

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/08/28/20005-20130828...

  • Mis à jourle 28/08/2013 à 19:46
  • Publiéle 28/08/2013 à 19:34

 

L'Etat va renoncer aux 500 millions d'euros annuels générés par les dividendes et l'impôt sur les sociétés acquittés par la SNCF pour résorber l'endettement du système ferroviaire.

L'Etat va renoncer aux 500 millions d'euros annuels générés par les dividendes et l'impôt sur les sociétés acquittés par la SNCF pour résorber l'endettement du système ferroviaire. Crédits photo : BERTRAND GUAY/AFP

Cette mesure annoncée ce mercredi par le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, vise à endiguer l'endettement du système ferroviaire. L'État fait un effort de 500 millions d'euros annuels.

 

L'Etat va renoncer aux 500 millions d'euros annuels générés par les dividendes et l'impôt sur les sociétés acquittés par la SNCF pour résorber l'endettement du système ferroviaire, a annoncé ce mercredi le ministre des transports, Frédéric Cuvillier. «Il y a quelque chose qui n'a pas beaucoup de sens, c'est que l'on ait des dividendes et que l'on reçoive des impôts sur un système ferroviaire qui lui-même est lesté de 32 milliards de dettes. Donc cet effort là, nous le ferons», a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec la presse.

L'objectif principal de la réforme ferroviaire reste de stabiliser la dette du gestionnaire de l'infrastructure, Réseau Ferré de France (RFF), qui s'élève aujourd'hui à 31,5 milliards d'euros et dont le service augmente de plus de 1,5 milliard par an.

Avec cette annonce, Frédéric Cuvillier embrasse la vision de Guillaume Pepy pour gommer ce déficit. Le président de la SNCF avait proposé en juin «un pacte national» comprenant trois paquets d'économies de 500 millions d'euros. Le premier paquet correspond à l'abandon par l'Etat des dividendes et de l'impôt sur les sociétés ponctionnés sur la SNCF, qui seraient réinjectés au bénéfice du nouveau gestionnaire d'infrastructure plutôt que d'alimenter le budget général.

Il y a trois paquets (d'économies) de 500 millions, on aimerait bien les voir vraiment

Frédéric Cuvillier , ministre des Transports

 

La réunification de RFF et d'une partie de la SNCF (Direction de la circulation et SNCF Infra) au sein d'un gestionnaire d'infrastructure unifié doit permettre une économie supplémentaire de 500 millions, grâce aux gains de productivité engendrés par cette réorganisation. Les 500 millions d'euros restants doivent venir d'économies internes à la SNCF.

Après avoir confirmé l'aide de l'Etat pour le premier paquet, Frédéric Cuvillier a souhaité voir se préciser les autres économies évoquées par Guillaume Pepy et Jacques Rapoport, le président de RFF, dans le cadre de la réforme. «Il y a trois paquets de 500 millions, on aimerait bien les voir vraiment», a estimé le ministre. L'examen de la réforme par le parlement pourrait intervenir «au premier semestre 2014», a indiqué Frédéric Cuvillier.

(AFP)

11:01 Publié dans SNCF | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu